Bordeaux n'a pas loupé son rendez-vous

Ce soir, Brest recevait Bordeaux. Les brestois n'ont perdu qu'une fois à domicile (contre le PSG), mais enchaïnent les matchs nuls, déjà quinze cette saison. Les bordelais souhaitaient, eux, réagir après une défaite à domicile le week-end dernier face à Nice (1-2).

Bordeaux n'a pas loupé son rendez-vous
Brest
0
2
Bordeaux
Brest: Carrasso - Trémoulinas, Ciani, Planus, Sané, Mariano - N'Guemo, Plasil (Sertic, 90") - Maurice-Belay (Diabaté, 80"), Gouffran (Ben Khalfallah, 90"), Obraniak
Bordeaux: Elana - Daf, Kantari, Martial, Baysse - Ben Basat, Grougi, Sissoko (Ewolo, 45"), Khaled (Licka, 45") - Jemaa (Poyet, 67"), Alphonse
MARCADOR: - 0-1, Gouffran 35" - 0-2, Plasil 48"
ÁRBITRO: Antony Gautier (FRA) Avertissements : - Khaled (SB29) 41" - Maurice-Belay (GDB) 43"
INCIDENCIAS: 27ème journée de Ligue, stade Francis le Blé. Brest - Bordeaux, rencontre arbitrée par A. Gautier. 13 000 spectateurs environ.

Le match verra se dérouler une première mi-temps à l'avantage des couleurs girondines. Les vagues se succèdent face à un navire brestois en plein naufrage dans cette première période. Bordeaux fait le break dès les premières minutes de la seconde période, et s'impose à Brest 2-0 au terme d'un joli match.


Une première mi-temps aux couleurs bordelaises


Bordeaux entame le match en affichant clairement ses ambitions. Les Girondins choisissent d'effectuer un pressing très intense, qui gêne la défense brestoise, pourtant considérée comme la plus solide du championnat. Les bordelais, en ce début de match, font tourner le ballon, et portent le jeu dans le camp adverse, au plus grand détriment d'Alex Dupont, le technicien brestois. Brest éprouve déjà des difficultés dans les premières minutes de la rencontre. Et ce malaise va se confirmer. Le Stade Brestois 29 est en effet amputé de deux atouts principaux, Jonathan Zebina (suspendu) ainsi que Benoît Lesoimier (suspendu également).


Le mauvais début de match des brestois profite à Bordeaux dès la quatrième minute, par l'intermédiaire de Ludovic Obraniak, d'ailleurs suspendu pour la réception d'Ajaccio le 17 janvier. L'international polonais profite d'une mauvaise relance de Paul Baysse, mais sa frappe fuit le cadre du portier brestois, l'homme en forme du côté de Francis le Blé, Elana.


Bordeaux enchaîne les centres, et garde le ballon dans le camp adverse, sans que Brest ne parvienne à poser le pied dessus. Les Girondins profitent également ce soir du déchet technique des brestois, qui perdent beaucoup de ballons. Gouffran, meilleur buteur du FCGB avec huit réalisations, se retrouve seul au point de penalty à la onzième minute. Malgré un très bon centre en retrait du latéral droit brésilien Mariano, son plat du pied passe juste au-dessus de la cage du gardien brestois. Avertissement sans frais pour Brest : Bordeaux est déterminé à réagir après leur défaite à domicile contre Nice le week-end dernier.


Pourtant, la tâche ne s'annonce pas aisée pour les Girondins, puisque Brest n'a perdu qu'une seule fois à domicile, c'était contre le Paris Saint-Germain il y a quelques mois. C'est sans compter la motivation des joueurs de Francis Gillot, qui veulent faire un résultat ce soir. Trémoulinas, encore une fois, sollicite le une-deux avec son partenaire Maurice-Belay. Le latéral gauche efface Baysse, puis tente un pointu, mais Elana est vigilant et détourne en corner. Vingt-troisième minute, toujours un score de parité 0-0 à Brest, mais les brestois semblent avoir du mal à contenir les assauts des bordelais, qui mettent beaucoup de coeur dans leurs actions ce soir. La pression devient difficile à supporter pour le Stade Brestois 29.


Deux minutes plus tard, les Girondins se procurent une nouvelle occasion, par l'intermédiaire de l'inévitable Obraniak. N'Guemo réalise un bon travail et passe au milieu droit, mais la frappe du franco-polonais passe à gauche du but.
Bordeaux est enfin récompensé de ses efforts à la trente-cinquième minute. Les bordelais obtiennent un corner, qui est bien frappé. Elana repousse, Mariano reprend à l'entrée de la surface, mais sa frappe est contrée par l'amassement des brestois venus défendre en nombre. Ciani trouve la faille, et d'un tir puissant, frappe sèchement. Elana part dans la bonne direction, mais est trop court. La frappe du défenseur bordelais vient s'échouer sur le poteau, Elana est à terre mais le score est toujours vierge, les brestois pensent pouvoir souffler.. L'espace d'un court instant. Le tir de Ciani qui a rebondi sur le poteau revient dans les pieds de Gouffran, complètement démarqué, qui précipite le ballon dans le but brestois. 1-0 pour le FCGB ici à Brest, et c'est amplement mérité, au vu du travail réalisé par les pièces offensives du schéma de jeu girondin. C'est la neuvième réalisation de la saison de Gouffran.


La mi-temps arrive, avec des statistiques implacables, qui témoignent de la nette domination de Bordeaux : trois occasions pour Bordeaux, zéro pour Brest. Douze tirs pour Bordeaux (trois cadrés), zéro pour Brest. Et 58% de possession pour les bordelais, pas une seule fois inquiétés dans cette première période.


Carrasso veille, Plasil enfonce le clou


La seconde période démarre, avec des bordelais bien décidés à maintenir leur avantage, et surtout faire le break. Bordeaux repart sur les mêmes bases qu'en première mi-temps, puisque les Girondins portent le jeu dans le camp adverse dès le coup d'envoi.


Et la domination allait encore une fois vite être concrétisée. Mariano, encore lui, centre dans la surface, Gouffran reprend maladroitement de la tête, mais Plasil a bien suivi et envoie le cuir hors de portée du gardien. 2-0 pour Bordeaux dès la quarante-huitième minute, le break est fait.
C'est certainement le meilleur match pour Mariano depuis son arrivée à Bordeaux lors du mercato hivernal. Le brésilien s'affirme comme le patron du côté droit, et ses actions tant défensives que offensives sont réalisées avec grande lucidité. Chalmé est définitivement relégué au rang des disparus du football. Le latéral droit s'illustre encore une fois, en distillant à son partenaire du côté gauche, Benoît Trémoulinas, une merveille de centre. Malheureusement, la reprise du français passe au dessus du cadre.


L'heure de jeu vient d'être comptabilisée à Francis le Blé, lorsque Maurice-Belay efface Kantari et se présente face à Elana. Il passe en retrait à Obraniak, qui surgit, mais dont la tentative est détournée par la jambe du portier brestois, aux aguets.
La rencontre aurait pu prendre une toute autre tournure à la soixante-quinzième minute. Obraniak passe très approximativement en retrait, Alphone suit le ballon et accèlère afin de l'intercepter. Il rentre dans la surface, mais Sané commet délibérément une obstruction afin de l'empêcher de tirer. L'arbitre n'hésite pas et accorde un penalty, un vent d'espoir souffle dans les travées du stade Francis le Blé.


Bruno Grougi se présente face à Carrasso. Brest a l'occasion de réduire le score, et d'accentuer la pression sur les Girondins, qu'ils tiennent en haleine depuis quelques minutes. Monsieur Gautier siffle, Grougi s'élance et.. Carrasso s'interpose. Le "roi des penaltys", qui a sauvé son équipe de nombreuses fois, la sauve encore une fois ce soir. Le gardien international français plonge du bon côté, et rassure Bordeaux. Le stade redevient silencieux, découragé, et désespéré.


Les Girondins se contenteront de se passer le ballon durant le dernier quart d'heure, profitant d'un Stade Brestois qui n'y est plus, autant physiquement que moralement.
Au terme de quatre-vingt-dix minutes de beau football, l'arbitre met un terme à la rencontre. Bordeaux assène un coup de poignard à la meilleure défense du championnat, en venant gagner ici à Brest 2 à 0.