Montpellier tient la cadence

Après un match équilibré à la Mosson, les Montpellierains ont su forcer le destin et s'imposer face à des Bordelais qui méritaient pourtant mieux.

Montpellier tient la cadence
Montpellier HSC
1
0
FCG Bordeaux
Montpellier tient la cadence

Après son match nul ramené du Parc des Princes la semaine dernière, Montpellier se devait de confirmer ce soir à domicile face à des Bordelais en net regain de forme depuis le début de l'année 2012. Pour ce faire, René Girard avait choisi d'aligner la même équipe qu'à Paris, préférant cependant le jeune Cabella à Camara.

La partie commence, le rythme est poussif. D'entrée de jeu les Bordelais montrent qu'ils ne sont pas venus à la Paillade pour faire de la figuration. Les assauts menés par Obraniak, Plasil ou encore Maurice-Belay sont nombreux, mais la défense centrale Montpellieraine stabilisée par Hilton et Yanga-M'Biwa reste solide. John Utaka et ses coéquipiers de l'attaque, quant à eux, restent timides. Les approximations dans les transmissions sont nombreuses et les hommes de Francis Gillot jouent bien le coup, coupant sans arrêt la relation entre Giroud et son compère Belhanda. Il faut d'ailleurs attendre la 18ème minute pour voir la première véritable occasion montpellieraine, qui s'avère être aussi la première action construite des Pailladins, lorsque Giroud parvient enfin à trouver Belhanda qui adresse une belle frappe sur la transversale de Carrasso, alors battu. Montpellier se réveillerait-il enfin?

Tout nous permet d'y croire lorsque seulement deux minutes plus tard ce même Belhanda butte sur Carrasso plus attentif cette fois-ci, à la suite d'un bon coup franc. Le rythme de la rencontre monte alors d'un cran quand c'est Obraniak qui, à son tour, trouve le poteau droit de Jourdren sur une belle frappe enroulée. Le duel à distance que se livrent Belhanda et Obraniak nous offre un beau specatcle technique. Montpellier continue de pousser durant cette première periode mais de part et d'autre les défenses sont bien en place. Du côté bordelais, les ballons sont plus vite balancés devant et la construction est plus approximative qu'en début de partie, même si sur quelques occasions, les hommes du président Triaud parviennent à se montrer dangeureux. Ce Bordeaux là reste tout de même un bon cru, un Bordeaux en confiance et qui n'hésite pas à tenter. La première mi temps se termine sur le score logique de 0-0, ce qui a pourtant tendance à irriter René Girard.

Après Paris, Utaka libère encore Montpellier

 

 

La seconde mi temps reprend de la même manière que s'est terminée la première : sur un faux rythme. Pour être plus convainquant, Montpellier doit être plus entreprenant, plus rapide à la récupération, y croire, tout simplement. Bordeaux, lui, fait son match, et malgré le fait qu'il y n'y ait que très peu d'espaces de part et d'autre, la plus belle occasion est à acréditer aux Girondins. A la 50ème minute, Sané entamme une montée rapide et joue en remise sur Gouffran. Il pénètre dans la surface et remet la balle à Maurice-Bellay, alors esseulé devant la cage de Jourdren. L'ex Sochalien pousse le cuir mais le gardien montpellierain fait preuve d'une belle vivacité et parvient à sauver la baraque. Piqué au vif, Montpellier réagit multipliant les asssauts sur la cage de Carrasso. Estrada (58ème, 69émé) et Belhanda (74ème) se succèdent sans pour autant trouver la faille. Les approximations sont nombreuses, et ce, des deux côtés.

De son côté, bien qu'il s'avère solide, Bordeaux ne refuse pas le jeu, mais va se retrouver pris à son propre piège. A la suite d'un corner évitable, Utaka s'élève plus haut que toute la défense bordelaise et place une belle tête hors de portée de Carrasso. Même si les deux équipes ont fait jeu égal pendant plus d'une heure, l'ouverture du score montpellieraine est méritée tellement les Pailladins ont su forcer le destin et faire preuve dabnégation, qualité première de l'équipe de René Girard depuis son retour en Ligue 1. La fin de match se déroule alors tranquillement pour les Montpellierains, qui conservent le résultat devant des Bordelais forcemment déçus de l'issue de la rencotre.

Belhanda quant à lui, ponctue cette belle soirée d'un petit "double contact" dont lui seul a le secret. Montpellier peut encore se permettre de rêver tant chaque week-end il se rapproche un peu plus près des étoiles.La seule vraie interrogation ce soir est celle concernant Olivier Giroud, encore et toujours seul en pointe, et qui n'a pas été très en réussite. Sa réelle occasion eut lieu à la 86ème minute, lorsqu'il enveloppa sa frappe trop à côté du montant de Carrasso. Espérons cependant que la chance lui sourira à nouveau dès mercredi, avec l'équipe de France cette fois-ci.