Movistar, l’autre équipe à surveiller ?

S’il ne fait aucun doute que les équipes BMC et Sky vont mener le train lors de ce Tour de France, il se détache quelques outsiders. Parmi elles, RadioShack-Nissan, Liquigas-Cannondale et surtout Movistar. Emmenée par l’ex-suspendu Alejandro Valverde et d’autres bons grimpeurs, peut-elle créer la surprise ?

Movistar, l’autre équipe à surveiller ?
L'équipe Movistar entoure le maillot rouge de la Vuelta 2011, Juan Jose Cobo (Reuters)

Il a payé, et tant mieux. Cela dit, devait-il revenir sur les routes du Tour ? Alejandro Valverde a désormais une réputation qui lui colle à la peau : celle d’un dopé. Il fait partie des coureurs, avec Ivan Basso, à avoir plus payé que les autres : deux ans de suspension, quand nombre d’entre eux (dont son actuel coéquipier Rubén Plaza, ou Alberto Contador) ont été blanchis par la justice espagnole. Aujourd’hui, il est de retour, mais est-il prêt ? Certains pensent que oui, en regardant son palmarès sur l’année 2012 : vainqueur de la Ruta del Sol en février, mais surtout une troisième place au Paris-Nice en mars. Mais, sur trois semaines, pourra-t-il tenir le rythme de Bradley Wiggins, Cadel Evans ou même Vincenzo Nibali ? Et là, on regarde le résultat du Tour de Suisse, qui s’est terminé le 17 juin. Valverde est neuvième au général, derrière Frank Schlek, Robert Gesink, Levi Leipheimer ou Roman Kreuziger. Le vainqueur du Tour de Suisse ? Rui Costa, qui court chez Movistar…

Une équipe au-dessus de tout soupçon ?

Au Tour de France 2011, le coureur portugais avait fait forte impression lorsqu’il remporta l’étape n°8, avec l’arrivée à Super-Besse. Autant dire qu’il fait partie des coureurs à suivre de près en montagne, bien qu’il ait terminé 90e au classement général. Faut dire qu’il n’était pas beaucoup épaulé. Ses coéquipiers travaillaient davantage pour le leader de l’équipe, Jose Joaquín Rojas. Le sprinteur espagnol, champion national l’an dernier, n’a pas remporté d’étape mais a terminé dauphin de Mark Cavendish au classement par points qui donne le maillot vert. Thor Hushovd étant absent, il aura peut-être un peu plus de place pour essayer de faire de l’ombre à Mark Cavendish. Son équipe sera cependant davantage concernée par le classement général avec des coureurs comme Vladimir Karpets, Juan José Cobo, Alejandro Valverde et Rui Costa. Avec leur équipier Rubén Plaza, grimpeur aussi, ils lutteront contre les machines de guerre que sont Sky, RadioShack-Nissan, BMC et Liquigas-Cannondale. Vasil Kiryienka, Iván Gutiérrez et Imanol Erviti, trois rouleurs seront davantage au service du sprinteur de l’équipe.

Quand j’évoque tous ces noms, rien ne vous vient à l’esprit ? Je vais vous rafraichir la mémoire si vous ne voyez pas. Valverde, on l’a dit, suspendu deux ans dans l’affaire Puerto. Plaza, impliqué dans l’affaire. Rui Costa, contrôlé positif à la methylhexanamine (stimulant, considéré comme dopant entre 2010 et 2011) en juin 2010, pas suspendu mais mis à la porte de son équipe, la Caisse d’Epargne (il a toujours clamé son innocence). Cobo, jamais contrôlé positif mais soupçonné après sa victoire sur la Vuelta 2011 alors qu’il sortait de trois années blanches, et ancien coéquipier de Riccardo Ricco et de Leonardo Piepoli sur le Tour 2008 (avec Saunier-Duval). Quatre sur neuf, et les quatre qui veulent se montrer en montagne, ça fait moyen. Ont-ils laissé tomber le dopage, ou les soupçons qui pèsent sur eux sont-ils injustifiés ? On verra…

L’équipe

L’équipe a obtenu les dossards allant du 161 au 169. Alejandro Valverde (161) sera le leader, épaulé par Juan Jose Cobo (162), Rui Costa (163) et Vladimir Karpets (166) en montagne. Le Russe aura une carte à jouer sur les contre-la-montre. Rubén Plaza (168) pourra être vu dans les étapes de moyenne montagne, il devrait travailler pour les grimpeurs de son équipe dans les étapes importantes avant de se faire lâcher. Iván Gutiérrez (165) sera le coureur qu’on pourrait voir dans les échappées. Il devrait cependant épauler la plupart du temps le sprinteur Jose Joaquín Rojas (169), au même titre que Vasil Riryienka (167) et Imanol Erviti (164).

Pronostic

Pour la victoire finale, ça risque d’être difficile pour l’équipe espagnole d’Yvon Ledanois et de Jose Luis Arrieta. Mais voir Valverde, ou Cobo, ou Costa dans le top 10 est loin d’être irréaliste. Pour le maillot vert, Rojas devra sans doute repasser, car on ne le voit pas battre Peter Sagan, Mark Cavendish, André Greipel ou Tyler Farrar à ce jeu. Il pourra néanmoins grappiller une étape. Ce tour sera malgré tout celui de la rédemption pour Valverde, qui devrait marquer le coup sur au moins une étape.