La rétrospective de 1993

Toujours dans les mémoires et parfois encore dans l'actualité en 2012, l'année 1993 a été une année football marquante en France. Au top sur la scène européenne avec Marseille, Paris et Auxerre, l'histoire est beaucoup moins belle en championnat avec l'affaire VA-OM. A l'aube d'une coupe du monde aux USA, l'avenir prometteur de l'équipe de France se transforme en un enfer. A cette époque, de grands joueurs foulent les terrains de Ligue 1 et dans les autres championnats majeurs.

La rétrospective de 1993
Kostadinov crucifie la France

1993 a été une année mémorable pour le football français. Entre première historique, scandale et désillusion, cette année a secoué les supporters, la Ligue et la Fédération. 1993, c'est aussi l'occasion de redécouvrir la Ligue 1 et les joueurs d'une autre époque.

Coupes d'Europe

1993 a été, et est encore aujourd'hui, le meilleur cru des clubs français sur la scène européenne. Le grand Milan AC des Rossi, Maldini, Costacurta, Baresi, Rijkaard et van Basten fait figure de grand favori de la Ligue des Champions, 1ère du nom. Auteurs d'un parcours sans faute avant la finale (10 matchs, 10 victoires, 23 buts inscrits, 1 encaissé marqué par Romario meilleur buteur de la compétition), les Rossoneri de Papin s'inclineront contre Marseille par la plus petite des marges, 1-0 grâce à Basile Boli. Le 26 mai 93, la France tient son 1er trophée européen.

Dans le même temps, la coupe UEFA (C3) voit deux clubs français arriver jusqu'aux 1/2 finales. Le Paris-SG et l'AJ Auxerre flambent et offrent aux supporters un parcours phénoménal. Après avoir épinglé en match aller-retour le PAOK Salonique (5-0), Naples (2-0), Anderlecht (1-1) pour le Paris-SG, le Lokomotiv Plovdiv (9-3), le FC Copenhague (7-0), le Standard de Liège (4-3) pour Auxerre, les quarts proposent deux belles affichent avec Auxerre contre l'Ajax et Paris-SG contre le Real Madrid.

Défaits à l'aller 1-0 aux Pays-Bas et rapidement menés au Stade Abbé-Deschamps, les auxerrois entament une remontée fantastique pour finalement s'imposer 4-2 face aux hommes de Luis van Gaal dont Frank de Boer, Edgar Davids, Marc Overmars, Dennis Bergkamp et Jari Litmanen.

Lourdement battus au stade Santiago Bernabeu 3-1, la tâche s'annonce ardue face aux Fernando Hierro, Luis Enrique, Míchel, Robert Prosinecki, Emilio Butragueño, Iván Zamorano. Mais ce soir-là, c'est un Valdo de feu sur la pelouse, avec un but plein de maîtrise et deux passes décisives. Le brésilien envoie le PSG en 1/2 à la 94e minute sur un ultime centre sur la tête de Kombouaré pour le 4e but et une magnifique victoire 4-1.

Au tour suivant, le Borussia Dortmund aura les pires difficultés à éliminer l'AJA (2-0, 0-2, t.a.b. 5-6) tandis que le PSG tombera contre la Juventus (2-1, 1-0) le futur vainqueur de la compétition.

Affaire VA-OM

Tout n'est pas rose pour le championnat français. La réussite sur le vieux continent est ternie quelques jours auparavant par le début de l'affaire VA-OM. Une semaine avant Marseille-Milan, les phocéens se déplacent chez le promu valenciennois pour y assurer le titre de champion qui lui est promis. L'affaire éclate juste avant ce match quand le joueur nordiste Jacques Glassmann accuse le joueur marseillais Jean-Jacques Eydelie d'un arrangement accepté par ses coéquipiers Christophe Robert et Jorge Burruchaga.

La corruption est avérée un mois plus tard lorsque la police découvre 250.000 francs chez de la famille à Christophe Robert. Jean-Pierre Bernès (directeur général de l'OM) et Jean-Jacques Eydelie sont mis en examen pour corruption active, Christophe Robert et Jorge Burruchaga pour corruption passive. En juin, Boro Primorac, entraîneur de Valenciennes, affirme que le président de l'OM, Bernard Tapie, lui a proposé le 17 juin de porter le chapeau. Tapie rétorque qu'il recevait ce jour-là et à cette heure le maire-adjoint de Béthune, Jacques Mellick alors que ce dernier est photographié à Béthune à peine quelques minutes plus tard.

Le 6 septembre, l'équipe de Marseille est exclue de la Ligue des champions, de la SuperCoupe d’Europe et de la Coupe Intercontinentale. Son titre de champion de France 1993 lui est retiré le 22 septembre au profit du PSG qui le refuse. Il n'y a donc pas de champion de France cette saison-là.

Equipe de France

Absente de la coupe du monde 90 et après un Euro 92 raté (éliminée dès le premier tour par la Suède et le Danemark) malgré un sans faute en qualification (8 victoires en 8 matchs), la France est attendue aux USA. Surprise lors de son 1er match des éliminatoires en Bulgarie qui lui vaut une défaite 2-0 à Sofia, la France enchaîne par la suite les performances dignes de son rang. 4 victoires et 1 nul plus tard en 93, les Bleus se positionnent idéalement avant ses deux derniers matchs qui ont lieu à domicile.

Le 13 octobre au Parc des Princes, une formalité se présente : l'équipe d'Israël auteur de 2 nuls, 5 défaites, aucune victoire. La qualification est touchée du doigt surtout qu'à la mi-temps la France mène 2-1 et ce jusqu'à la 83e minute. Contre toute attente, Berkovich (83e) et Atar (91e) donnent à Israël son unique victoire dans ces éliminatoires.  

Le 17 novembre, les Bleus reçoivent la Bulgarie. La donne est limpide : il faut un point aux joueurs d'Houllier pour se qualifier. La suite, tout la connaît, tout le monde s'en souvient, l'incroyable arrive. La France tient le match nul à la 89e minute, un centre raté de Ginola et une contre-attaque plus tard, Kostadinov double la mise. La France est sous le choc, la France est éliminée, la France laisse son billet à la Suède et à la Bulgarie qui atteindront les 1/2 finales. Aujourd'hui, l'affaire Houllier-Ginola fait encore parler d'elle. Le 17 décembre 1993, Aimé Jacquet est nommé à la tête de l'équipe de France de football pour une nouvelle épopée.

En Ligue 1

Toulon et Nîmes ont vécu leur dernière saison parmi l'élite. Le Havre, Lens, Nantes, Metz, Monaco et Strasbourg faisaient partis de la Ligue 1 en 92/93.

Alen Bokšic termine meilleur buteur (23 buts, Marseille) devant Gravelaine (20, Caen), Klinsmann (19, Monaco) et Völler (18, Marseille).

Liste non exhaustive des grands noms qui jouent en France : Bruno Martini, Corentin Martins (Auxerre), Christophe Dugarry, Gaétan Huard, Bixente Lizarazu, Zinedine Zidane (Bordeaux), Ibrahim Ba (Le Habre), François Omam-Biyik(Lens), Antoine Sibierski (Lille), James Debbah (Lyon), Abédi Pelé, Fabien Barthez, Alen Bokšic, Basile Boli, Marcel Desailly, Didier Deschamps, Franck Sauzée (Marseille), Robert Pirés, Cyrille Pouget (Metz), Youri Djorkaeff, Jürgen Klinsmann, Emmanuel Petit, Rui Barros, Lilian Thuram, (Monaco), Christian Karembeu, Patrice Loko, Claude Makélélé, Japhet N'Doram, Nicolas Ouédec, Reynald Pedros (Nantes), Laurent Blanc, Philippe Vercruysse (Nîmes), David Ginola, Antoine Kombouaré, Bernard Lama, Paul Le Guen, Ricardo Gomes, Alain Roche, Valdo, George Weah (Paris-SG), Joseph-Antoine Bell (Saint-Etienne), Olivier Dacourt, (Strasbourg), Vincent Candela (Toulouse).

Les transferts

En France. En signant au PSG, le caennais Gravelaine connaît son 6e club alors qu'il n'a pas encore 25 ans. Dans le même temps, Raï arrive du São Paulo FC. Le 28 novembre, Sonny Anderson du Servette Genève foule sa 1ère pelouse française avec Marseille face à Martigues et compense le départ de Bokšic à la Lazio. C'est la saignée à l'OM qui voit aussi partir Abédi Pelé, Amoros et Olmeta à Lyon, Desailly au MilanAC et Sauzée à Bergame. Monaco perd Gil Rui Barros pour l'OM mais se renforce avec Ikpeba venant de Liège et Scifo du Torino. Laurent Blanc passe de Nîmes à Saint-Etienne. Witschge quitte le FC Barcelone pour Bordeaux.

A l'étranger. Romário quitte le PSV Eindhoven (97 buts en 108 matchs) avec lequel il a conquis six titres en cinq saisons pour rejoindre Johan Cruyff alors entraîneur du FC Barcelone. A 18 ans, Alessandro Del Piero et Angelo Di Livio quittent Padoue pour rejoindre la Juventus de Turin. Brian Laudrup (Fiorentina) et Christian Panucci (Genoa) arrivent au Milan AC qui perd Ruud Gullit pour la Sampdoria et Frank Rijkaard pour l'Ajax. Son rival l'Inter engage Dennis Bergkamp de l'Ajax. Toujours en Italie, la Juventus perd Pierluigi Casiraghi (Lazio) et David Platt (Sampdoria). Parme recrute Roberto Sensini (Udinese) et Gianfranco Zola (Naples). Le Bayern de Munich flaire la bonne affaire en enrôlant le jeune Samuel Kuffour du Torino. Retour au pays pour Andreas Brehme (du Real Saragosse au FC Kaiserslautern), Bernd Schuster (de l'Atlético de Madrid au Bayer Leverkusen) et Karl-Heinz Riedle (de la Lazio à Dortmund). Le VfB Stuttgart engage le capitaine du Brésil Dunga (Pescara Calcio) qui soulèvera par la suite la coupe du Monde en 1994. En Angleterre, l'irlandais Roy Keane (Nottingham Forest) arrive à Manchester United où il portera le brassard de capitaine pendant 8 ans. Un autre irlandais, le grand Cascarino, passe du Celtic Glasgow à Chelsea.

1993 en vrac

25 avril : Raphaël Varane, un des plus grands espoirs du football français, naît à Lille
27 avril : crash aérien de l'équipe de Zambie tuant l'ensemble des joueurs présents dans l'appareil
12 mai : les italiens de Parme et son milieu offensif suédois Tomas Brolin remportent la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en battant en finale les belges du Royal Antwerp. Monaco est éliminé dès huitièmes de finale par l'Olympiakos Le Pirée
25 mai : Jean-Michel Aulas, Président de Lyon, se sépare de son entraîneur Raymond Domenech
12 juin : troisième Coupe de France remportée par le Paris-SG, 3-0 face au FC Nantes réduit à 8, sans encaisser le moindre but pendant la compétition
19 octobre : le Premier ministre Édouard Balladur décide que le futur Stade de France sera construit à Saint-Denis
26 décembre : le milieu offensif italien Roberto Baggio est sacré Ballon d'or 1993