Deschamps reprend les bleus

Le capitaine emblématique de 98 a finalement accepté d’être nommé au poste de sélectionneur de l’équipe de France. Un contrat de deux ans (plus deux années optionnelles) l’attend.

Deschamps reprend les bleus
Deschamps reprend les bleus

Didier Deschamps avait tout d’abord refusé d’être candidat à la succession de Laurent Blanc, sans doute pour étudier le marché et les contacts alors qu’il venait de quitter son poste d’entraîneur de l’Olympique de Marseille.

Mais pour la Fédération Française de Football, l’ancien capitaine des bleus restait le meilleur candidat. Les postulants français, issus de la DTN ou pas, semblaient avoir trop peu d’envergure pour ce poste, surtout dans la situation actuelle. Le choix d’un sélectionneur étranger semblant politiquement impossible, le seul candidat capable d’en imposer, tant aux joueurs qu’aux media et au public était bien Didier Deschamps.

Car le natif de Bayonne a beaucoup d’atouts pour lui. Une carrière de joueur exemplaire, tant en club (Nantes, Marseille, Juventus) qu’en sélection où il sera l’homme de base d’Aimé Jacquet pour le gain de la Coupe du Monde 1998 puis de Roger Lemerre pour la campagne victorieuse de l’Euro 2000. Ce dernier tentera en vain de la retenir pour 2002.

Sa carrière d’entraîneur est pour l’instant réussie aussi. Il a fait des merveilles avec Monaco, manquant de peu la conquête de la Ligue des Champions. Il a ensuite ramené la Juventus en Série A avant de rejoindre Marseille où il a enfin redonné des titres au club phocéen.

Didier Deschamps a cependant laissé certaines amertumes puisqu’il est à chaque fois parti avant terme et pas forcément dans la joie et la bonne humeur. Il a finalement laissé l’impression d’un homme plutôt inscrit sur la courte durée.

Mais n’est-ce pas au final la qualité demandée à un sélectionneur en ces temps houleux où il devra réparer voire reconstruire une équipe qui a connu deux polémiques en deux tournois, et qui doit encore largement gagner en performance.

Le premier match amical en août donnera sûrement les premières indications sur les orientations du nouveau sélectionneur, tant au niveau des hommes que de la tactique. Un nouveau cycle commence. Espérons qu’il s’agisse enfin d’un bon cycle.