Evian afffronte Brest pour finir

Ce soir, on saura. On saura définitivement si le Stade Brestois demeure une équipe de Ligue 1 ou s'il doit retourner à l'endroit d'où il est venu il y a deux ans, ce que lui éviterait une victoire à Evian. Mais un nul et même une défaite pourraient écarter une descente en Ligue2.

Evian afffronte Brest pour finir
Evian afffronte Brest pour finir

L'ultime entraînement d'hier matin avait beau être à huis-clos, quelques dizaines de supporters faisaient le pied de grue aux portes du stade de Penhélen, afin d'apporter leur soutien aux joueurs pour l'ultime épreuve qui les attend. «On ressent la ferveur, la forte envie des supporters de voir l'équipe rester en ligue 1. Ça décuple notre motivation» lâche Steeve Elana, qui ne sera bientôt plus qu'un point à l'horizon pour le public brestois. «Je n'ai vraiment pas envie de quitter le club sur un échec!»

Brest va s'avancer vers son destin, vers un verdict que toute une ville et une région espèrent clément, avec un effectif émacié. Avec, comme cela s'est produit à de multiples reprises cette saison, une défense encore remaniée et à la composition inédite. Lorenzi étant devenu hier matin le 12e joueur blessé (!), Corentin Martins n'a pas eu à chercher longtemps qui pouvait jouer arrière gauche. A son avantage en milieu récupérateur face à Valenciennes, Tripy Makonda était l'unique choix qui lui restait. Restez groupés! Ce sera plus que jamais le mot d'ordre donné aux Brestois face à des Savoyards libérés de tout souci depuis quelques semaines mais guère décidés à abandonner leur 9e place aux Marseillais. «Même si tout le monde pense que Dijon et Ajaccio ne sont pas capables d'aller gagner à Rennes et à Toulouse, il n'y a pour moi rien de fait. Il ne faudra compter que sur nous-mêmes pour assurer le maintien» appuie Coco Martins. Gagner à l'extérieur. Brest a passé toute sa saison avec ce rêve en tête. Après dix-huit déplacements ornés de neuf nuls et neuf défaites, cela relèverait de l'utopie pour l'ultime voyage. «Ça peut paraître présomptueux de dire qu'on se rend à Evian pour gagner, quand on n'a jamais réussi un tel résultat loin de notre stade. Mais ce n'est pas pour cela qu'on n'y croit pas.»

L'objectif de Brest et de son coach épouse en une phrase toute la philosophie et toute la difficulté du foot: «Essayer de commettre le moins d'erreurs possibles sur le plan défensif et profiter de celles de l'adversaire». Misant sur le bon esprit collectif, la solidarité et l'agressivité qui leur ont permis de garder la tête hors de l'eau face à Toulouse, Lyon et Valenciennes, les Brestois auront affaire à une équipe assez imprévisible. Capable de se faire battre dans son stade par Sochaux (2-3) comme d'aller prendre un point à Montpellier (2-2), Evian n'a été battu qu'une fois - à domicile face à Lyon (1-3) - dans ses six dernières rencontres. Alors que Martins souligne «l'organisation très regroupée, la capacité à bien jouer le contre d'une équipe qui a peu de failles», Pablo Corréa cède à l'optimisme pour cette soirée de clôture: «J'espère une victoire. Plein d'éléments, dont la conservation de la 9e place, font que mon équipe devra être performante». Tout en concédant: "Brest est une équipe très difficile à manier, qui encaisse peu de buts, qui a obtenu beaucoup de victoires mais beaucoup de matches nuls». Brest ne cracherait sûrement pas sur un 18e tout à l'heure.

Les Compos:

Le groupe de Brest
Elana, Hartock - Kantari, Makonda, Baysse, Gentiletti, Baudin, Kerjean - Sissoko, Grougi, Licka, Lesoimier, Khaled, Culma - Jemaa, Poyet, Ba, Ben Basat.

Le groupe de l’Evian TGFC

Andersen, Laquait - Angoula, Cambon, Rippert, Tié Bi - Sorlin, Kahlenberg, Ehret, Poulsen, Wass, Farina, Thomasson, Rabiu, Khlifa, M’Madi - Sagbo, Bérigaud