Lille, le faux départ

A l'heure de lancer le sprint final, Lille a enregistré une bien fâcheuse défaite sur le terrain de Brest (3-1). Alors que les dogues auraient pu mettre la pression sur le PSG, ils laissent Montpellier filer inexorablement vers le titre, et voient même revenir Lyon à 3 petits points. Pour Brest, ces trois points sont une véritable bouffée d'oxygène et les placent temporairement à 3 points de la relégation.

Lille, le faux départ
Stade Brestois 29
3
1
Lille OSC
Stade Brestois 29: Elana - Baysse, Martial, Kantari, Daf - Ewolo (cap), Culma, Lesoimier, Grougi - Ben Basat (Sissoko, 82’), Alphonse
Lille OSC: Landreau - Debuchy, Cetto, Béria, Digne (Bruno, 89’) - Mavuba (cap), Pedretti (Gueye, 59’) - Cole (Roux, 59’), Hazard, Payet - De Melo
SCORE: Daf (5'), Grougi (10’, sp), Alphonse (52’) pour le SB29 ; Payet (26') pour le LOSC
ARBITRE: Avertissements : Jemaa (66'), Grougi (77’) pour le SB29 ; De Melo (51'), De Melo (69’) pour le LOSC Expulsion : De Melo (69’)
ÈVÉNEMENTS: 31ème journé de Ligue 1 au Stade Francis Le Blé

Il y a des défaites qui font tâches. Et celle de ce samedi risque de laisser beaucoup de regrets aux lillois. Alors que ces derniers étaient miraculeusement revenus dans la course au titre, ils viennent probablement de griller leur dernier joker. Pire? Cette défaite combinée au succès lyonnais relance totalement la bataille pour la 3ème place.

Pourtant tous les voyants étaient au vert pour le Losc. Les nordistes restaient sur trois succès consécutifs, avec une attaque retrouvée (9 buts) et une défense enfin solide (1but encaissé). En face Brest était au contraire dans la tourmente: un seul petit succès sur les 5 derniers matchs et une place de non relégable uniquement due à une meilleure différence de but que Nice. Bref personne ne voyait les brestois arrêter un Eden Hazard qui marche littéralement sur l'eau depuis quelques semaines, un De Melo efficace et un Payet enfin décisif. Et pourtant les bretons vont montrer dès le début de match que rien n'est jamais joué d'avance.

Après un cours round d'observation et sur un centre mal dégagé par la défense lilloise, Daf frappe des 35m, un frappe qui lob Landreau et finit sa course dans les filets (1-0, 5'). Les lillois sont totalement à côté de leur pompes et ne sont pas loin de se faire une nouvelle fois sanctionner, mais Landreau est vigilant sur le lob de Lesoimier (9'). LA défense de Lille n'est pas du tout sereine et cela se confirme à la 10ème minute, Béria déviant la balle de la main dans la surface. Pénalty que Grougi transforme (2-0, 10'). Début de match catastrophique pour les lillois, qui ne s'attendaient certainement pas à pareil accueil. Ils mettront d'ailleurs 10 bonnes minutes à s'en remettre. Et quand la machine lilloise se met enfin en route, c'est Elana qui sort le grand jeu, comme sur une frappe à bout portant de Payet (20'). Ce n'est que partie remise pour le lillois qui, au terme de la première réelle action construite lilloise, réduira la marque (2-1, 26'). L'espoir d'un incroyable come back renaît pour les lillois. Mais, malgré toute leur bonne volonté, ils ne parviendront pas à égaliser et rentrent aux vestiaires avec se retard d'un but.

Lille entame beaucoup mieux la seconde periode qu'il n'avat entamé la première, et est tout près de revenir au score. Mais Pedretti, seul au point de pénalty, manque sa reprise du droit (48'). C'est le tournant du match côté lillois puisque, sur un contre assasin, Alphonse va se charger de montrer aux lillois que leur chance est passée (3-1, 52'). Le coup est dur pour des lillois fous de rage, estimant que Mr Chapron aurait du siffler une faute sur De Melo au départ de l'action. Le jeu peut finalement reprendre avec des lillois qui jouent le tout pour le tout. Mais la réussite avait choisit son camp ce soir. Hazard envoye d'abord un magnifique coup franc sur la barre (63') avant que Debuchy ne voit son retourné acrobatique flirter avec le poteau (64'). Les lillois poussent mais c'est une nouvelle fois Mr Chapron qui se signale et provoque la colère lilloise en décidant d'infliger un deuxième carton jaune, synonyme d'exclusion, à De Melo pour une simulation pu évidente dans la surface (69'). Deux buts de retard, 20 minutes seulement à jouer et une infériorité numérique à gérer, s'en est trop pour des lillois qui laissent ici filer leur derniers rêves de conserver leur titre, et qui vont vite devoir repartir en avance pour ne pas voir la Ligue des Champions elle aussi leur glisser des doigts.