Un heureux Hazard

Auteur du penalty égalisateur puis impliqué sur le deuxième but de son équipe, Eden Hazard a joué un rôle de choix dans la victoire de Lille face au PSG dimanche soir. Une performance de haut vol dans la droite lignée de la saison du numéro dix du LOSC : le Belge est en train de réaliser le meilleur exercice de sa carrière.

Un heureux Hazard
Eden Hazard marque le pénalty de l'égalisation face au PSG

Contre Paris ce week-end, Hazard ne s’est mis en évidence que par bribes. Mais même intermittent, le Diable Rouge a su montrer l’étendue de son talent. D’abord sur un coup-franc flottant en début de match qui a obligé Salvatore Sirigu à s’employer. Ensuite, sur un tir croisé de l’intérieur du droit qui a heurté le poteau droit, refusant de franchir la ligne de but et faisant passer un frisson dans le dos du portier Transalpin. Ce fut à peu près tout pour un première période somme toute discrète de sa part. Le second acte est sensiblement du même acabit. Toujours aussi effacé dans le jeu, l’international Belge ne voit que peu le ballon, dont il est privé par une formation parisienne très à son aise sur la pelouse du Stadium Nord et en tête au tableau d’affichage.

Pourtant une action suffit à faire basculer la partie. Sakho, trop approximatif dans son intervention, concède un coup de pied de réparation et écope d’un carton rouge indiscutable en retenant Nolan Roux dans la surface. Le penalty est transformé par Hazard. Dans la foulée, Lille profite de son avantage numérique pour enterrer définitivement ou presque les rêves de sacre du club de la capitale. A dix minutes de la fin du temps réglementaire, le métronome Nordiste distille un coup du foulard de grande classe sur la tête de De Melo, qui remet à Roux pour le 2-1. C’est cela le nouvel Eden Hazard : toujours talentueux, moins spectaculaire que par le passé mais ô combien efficace.

Le meilleur joueur de Ligue 1 ?

Pur produit de la formation lilloise, le natif de La Louvière a troqué sa tunique de fabuleux soliste contre celle d’un joueur à la feuille de statistique resplendissante. Plus fine gâchette de son équipe, il a signé contre le Paris Saint-Germain sa dix-septième réalisation de la saison. Meilleur pourvoyeur de ballons des siens, il a déjà offert treize assists à ses coéquipiers. Tout cela est, disons-le d’un mort, remarquable.

Techniquement au-dessus du lot, il figure parmi les nominés pour la couronne de meilleur footballeur de l’Hexagone, aux côtés des non moins géniaux Younès Belhanda, Olivier Giroud et Nenê, et brigue le doublé après la consécration de la saison dernière. Une distinction personnelle qui ne serait nullement usurpée, tant le dépositaire du jeu des Dogues, repositionné à un poste plus axial et plus proche du but, est essentiel au sein des pensionnaires du domaine de Luchin.

Quel nouveau jardin pour Eden ?

Sans que la tenue de gala ne soit de mise à chaque sortie, Eden Hazard a pris ces derniers mois une toute nouvelle dimension. Son avenir s’écrit à l’étranger et ses extraordinaires qualités ne devraient malheureusement plus éblouir les spectateurs Français, mais plutôt s’exporter de l’autre côté de la Manche, championnat auquel il a déclaré, il y a peu, son amour. En commissionnant Patrick Vieira et Martin Ferguson lors de Lille-PSG, les deux monstres de Manchester ont confirmé qu’ils étaient des suiveurs assidus du joyau Belge. Mais ils ne sont pas les seuls à le convoiter, puisque les autres grosses écuries du Vieux Continent se l’arrachent. Hazard va donc très certainement offrir la C1 à son club avant d’aller faire montre de ses atouts sur d’autres pelouses…