Lyon et Madrid se retrouvent...encore.

Cela fini par devenir une habitude en Ligue des Champions. Real Madrid - Olympique Lyonnais devient une affiche réccurente dans la plus prestigieuse des compétitions européenne. Les deux équipes se connaissent bien, et se respectent. Mais mardi soir, dès 20h45, les deux clubs pourront ecrire une nouvelle ligne à leurs confrontations.

Lyon et Madrid se retrouvent...encore.
Michel Bastos jouera t'il un mauvais tour au Real Madrid de Cristiano Ronaldo ?

Une nouvelle fois le Real Madrid et l'Olympique Lyonnais se retrouvent. Mardi soir, les deux clubs se retrouvent pour jouer leur troisieme rencontre de la phase de poule de Ligue des Champions. Le Real Madrid est actuellement leader de sa poule grace à deux victoires (3-0 face à l'Ajax d'Amsterdam et 0-1 face au Dinamo Zagreb). Lyon occupe la seconde place et compte un match nul (0-0 à Amsterdam) et une victoire (2-0 à Lyon contre le Dinamo Zagreb). Et si le Real Madrid de José Mourinho est incontestablement le favoris de cette rencontre, les lyonnais peuvent toujours pretendre à "l'exploit", les resultats de ses dernières années sont la preuve que cela est possible.

2005-2006 : Real Madrid 1-1 Olympique Lyonnais - Le sang froid de Carew

L'histoire d'amour entre l'Olympique Lyonnais et le Real Madrid débute le 23 novembre 2005, deja en phase de poule. L'Olympique Lyonnais des Juninho, Abidal, Malouda, Diarra ou encore Carew devait faire face à un Real Madrid "Galactique" avec Zidane, Beckham, Robinho ... Alors qu'au match aller les lyonnais avaient donné une leçon de football aux madrilènes (3-0), les espagnols comptaient bien, à Santiago Bernabeu, donner le change et corriger les lyonnais. C’est pourtant sans aucun complexe que les joueurs de Gérard Houllier rentrent sur le terrain. Le début de match est à l’avantage des locaux, mais la défense de l’OL ne rompt pas. Grégory Coupet effectuant des arrêts de classe mondiale. Après la demi-heure de jeu, la rencontre s’équilibre. Pourtant c’est bien Madrid qui ouvrele score juste avant la pause. A la suite d’un coup franc, Guti place une reprise imparable (1-0, 40’). Lyon a pris un coup sur la tête et la seconde mi-temps sera moins passionnante. Moins passionnante jusqu’à la 72e minute. Wiltord s’arrache côté gauche et centre pour Carew, dos au but. Le Norvégien contrôle, temporise et talonne entre les jambes de Roberto Carlos, Casillas est battu. Phénoménal (1-1, 72’) ! La fin de match n’y changera rien, Lyon ramène un excellent point de son déplacement chez les multiples champions d’Europe !

 http://s.olweb.fr/ol/image/phototheque/g/59/11668.jpg


La prestation des joueurs de l'OL avait alors ravi l'entraineur Gérard Houllier : « Ce soir on a fait preuve d'une grande qualité mentale. On a su se surpasser dans les moments difficiles. Quand Tiago a été bousculé, on a vu une grande solidarité du groupe. Ce n'est pas pour cela que j'adhère, mais le groupe s'est montré très soudé. Le nul est amplement mérité, on a été séduisant dans le jeu. Moins en première mi-temps, peut-être par respect, ou à cause de l'enjeu, mais je ne trouve pas que Madrid a été très dangereux. Je suis content du jeu et du spectacle produit. »

2006-2007 : Real Madrid 2-2 Olympique Lyonnais - A huit minutes près ...

Comme la saison précedente, les deux équipes se retrouvaient dans la même poule. On se dit alors que cette saison, le Real Madrid ne sera pas surpris et que Lyon rentrera dans les rangs. Mais que néni. Madrid allait vivre une opposition compliquée.  Battu à Gerland 2-0 sans n’avoir jamais vraiment existé, la "casa blanca" est meme passée tout près de la correctionnelle à domicile. Malgré les 80 000 supporters madrilènes de Bernabeu et quelques absences dans les rangs lyonnais, les champions de France entraient dans le match pied au plancher. Il ne fallut pas longtemps à John Carew pour se rappeler les bons souvenirs de l’exercice précédent. Lancé en profondeur, le Norvégien mystifiait le ballon d’or Fabio Cannavaro et s’en allait tromper tranquillement Iker Casillas (0-1, 11’). Malgré ce but, Madrid ne parvenait pas à réagir, pire encore pour eux, les visiteurs aggravaient le score. Juninho, le maître artificier lyonnais, déposait un coup franc au point de pénalty. Florent Malouda qui traînait par-là, ne se fit  pas prier pour crucifier Casillas (0-2, 31’). Cette fois s’en était trop pour les Espagnols, l'humiliation ne pouvait plus durer. Les madrilenes se relancent dans la partie grace à l’ancien Lyonnais, Mahamadou Diarra, qui réduisait la marque (1-2, 38’). La deuxième période était  alors dominée par le Real. Pourtant ils ne parvenaient pas à trouver le  chemin des filets. Pas avant la 82e. Sur un coup franc de Roberto Carlos, Raul envoya sa tête sur le poteau. Le cuir revint alors sur Ruud Van Nistelrooy qui pousse le ballon dans le but vide (2-2, 82’). Les lyonnais ont laissé filer ce qui aurait pu etre leur première victoire à Bernabeu. Pire encore, l’OL aurait même pu perdre si Coupet n’avait pas repoussé le pénalty du Hollandais (86’) suite à une faute imaginaire sifflée contre Cris. Malgré cela, Lyon repartait avec un bon point dans les valises.

2009-2010 : Real Madrid 1-1 Olympique Lyonnais - L'OL élimine le Real

http://www.sport24.com/var/plain_site/storage/images/football/diaporamas/real-madrid-lyon-en-images/real-madrid-lyon2/6229173-1-fre-FR/Real-Madrid-Lyon_full_diapos_large.jpg

Leur exploit à Bernabeu, les lyonnais le tiendront en Mars 2010 lorsqu'en huitieme de finale ils éliminent le Real Madrid. Alors que cet OL là ne convainct pas, eprouve des difficultés, la presse est unanime quant au sort de l'equipe du Président Aulas dans cette double confrontation. Pour autant, c'est fort d'une victoire 1-0 à Gerland que les lyonnais se rendent à Bernabeu. Il ont alors les cartes en main pour atteindre les quarts de finale de la compétition. Les  madrilènes promettent d’éliminer Lyon dans les médias à quelques jours du match décisif. Des sorties, qui au lieu de déstabiliser les Gones, vont les surmotiver. Pourtant l’affaire semblait bien mal embarquée. Dès la première minute de jeu il fallut un grand Hugo Lloris pour remporter son duel face à Kaka. Les Madrilènes étaient totalement survoltés. Sur un ballon en profondeur Cristiano Ronaldo pénétre dans la surface côté gauche et trompe Hugo Lloris en lui glissant le cuir entre les jambes (1-0, 6’). Beaucoup voyait alors une soirée cauchemardesque pour les Français. Le tournant du match arrive à la 24e minute. Higuain élimine le portier lyonnais, et se retrouve face au but vide. Une bonne étoile veillait sur l’OL et l’Argentin expédiait le ballon sur le poteau ! Les lyonnais reviennent alors peu à peu dans la rencontre. A la pause, les deux équipes sont à égalité sur l'ensemble des deux rencontres. Lyon peu toujours y croire. La seconde mi-temps sera alors un calvaire pour Madrid. Lyon domine, Lyon joue bien, Lyon se crée des occasions… et Lyon marque ! Sur un centre de Delgado venu de la droite, Lisandro dévie pour Pjanic qui contrôle et place le ballon hors de portée de Casillas (1-1, 75’). Le camp lyonnais pouvait exulter, l’exploit était proche. L’OL aurait même pu s’imposer mais qu’importe, Lyon se qualifiait pour les quarts de la Ligue des Champions en sortant le grand Real Madrid !

2010 - 2011 : Real Madrid 1-1 Olympique Lyonnais - Le Real tient (enfin) sa revanche !

Pour la deuxieme fois consécutive, lyonnais et madrilènes se retrouvent en huitième de finale de la Ligue des Champions. La malediction lyonnaise allait elle une nouvelle fois s'abbatre sur le Real Madrid ? En six rencontres, les lyonnais n'ont jamais perdu face aux espagnols, mieu que ça meme, Lyon c'est trois victoire à domicile, trois matches nul à l'exterieur et surtout, l'élimination la saison precedente des joueurs de Mourinho. Les statistiques plaide en faveur des francais. Mais coté madrilène, la vengeance est un plat qui se mange froid. Lors du match allé à Gerland, les lyonnais n'ont pu faire mieu que d'arracher un match nul 1-1. La donne est deja en faveur des madrilène, mais peu importe, Lyon y croit. Mais cette fois, le Real n’avait pas envie de rire et voulait effacer l’élimination de la saison précédente. L’entame fut à l’avantage des locaux mais Lyon tenait bien en défense. Mais, à force de subir, le bloc lyonnais a fini par craquer. Sur une montée de Marcelo, bien relayé par Ronaldo, le Real ouvrait le score (1-0, 36’). La suite fut une promenade de santé pour Madrid. Jamais dans le rythme, jamais dangereux, Lyon passait malheureusement à côté du rendez-vous, et voyait tous ses espoirs s’envoler à cause de son ancien prodige, Karim Benzema. Sur un ballon en profondeur et une mésentente dans la défense, Benzema se présentait face à Hugo Lloris. L’international français ajustait parfaitement le gardien lyonnais (2-0, 66’). L’addition se corsait encore  lorsque Di Maria trouvait à son tour le chemin des filets (3-0, 76’). Cette défaite marquait la fin de l’invincibilité lyonnaise en terre madrilène. Un match raté et une qualification logique pour le Real.


http://www.ledauphine.com/fr/images/9F8F7E5F-2809-49D3-9A60-B0AFF7BF2837/LDL_06/retrouvailles-depuis-fin-2005-l-ol-a-deja-affronte-le-real-madrid-a-huit-reprises-avec-un-bilan-pl.jpg

2011-2012 : Real Madrid - Olympique Lyonnais, une nouvelle page à ecrire

Le hasard du tirage au sort des poules à fait que lyonnais et madrilènes se retrouvent une énième fois, comme pour permettre à Lyon de se venger à son tour. Pour autant, meme si Lyon affiche un visage séduisant depuis le début de la saison, ils devront se passer de leur buteur argentin et de leur jeune pépite Clément Grenier. Ils pourront malgré tout compter sur le duo Bastos-Gomis pour mettre en danger la defense du Real, et qui sait, jouer à nouveau un mauvais tour aux madrilènes. Maxime Gonalons, le jeune milieu de l'OL semble deja pret à relever le defi «Selon moi, le Real cette saison est peut-être encore plus fort. Il y a eu peu de recrues, l'équipe est en place, coachée pour la deuxième saison par José Mourinho. De toute évidence ce Real est un grand d'Europe et obtient de grands résultats en ce début de saison. On ne se met pas de pression trop importante. On connaît bien cet adversaire, et on peut espérer rapporter un point, voire l'emporter, même si l'on s'attend à un match très difficile».

ue des Champions