Le rêve de C1 s'envole pour l'OL

Accrochés à Gerland (1-1) par une équipe brestois combative, l'OL peut définitivement dire adieu à la troisième place et donc à la Ligue des Champions l'an prochain.

Le rêve de C1 s'envole pour l'OL
Olympique Lyonnais
1
1
Stade Brestois 29
Olympique Lyonnais: Lloris; Dabo (Cissokho, 77e), Cris, Umtiti, Reveillère; Källström, Gonalons, Gourcuff; Lisandro, B. Gomis (Briand, 81e), Lacazette (Pied, 64e)
Stade Brestois 29: Elana; Lorenzi, Baysse, Kantari, Daf, A.Sissoko, O.Coulibaly (Makonda, 82e), Grougi, Lesoimier; L.Touré (A.Ba, 52e), Poyet (Khaled, 78e)
SCORE: 1-0: Y.GOURCUFF (37e) 1-1 : G.LORENZI (75e)
ARBITRE: Clément TURPIN

Officiellement, rien n'était terminé pour l'OL. A neuf longueurs des Lillois avec un match en moins, les hommes de Rémi Garde pouvaient encore croire à une possible troisième place. Pour cela, il fallait absolument battre le Stade Brestois, qui lui luttait pour sa survie parmi l'élite. Mission échouée puisque les Gones n'ont pu faire mieux qu'un match nul, malgré une prestation de qualité.

 

Elana sauve la mise

Bien en jambes, les Lyonnais dominèrent sans partage la première demi-heure. A l'image d'un Bafé Gomis ou d'un Lisandro peu en verve cet après-midi, l'OL se montra dangereux par trois fois (15e, 22e, 31e) mais ne concrétisa pas ses occasions, la faute à un portier brestois dans tous les bons coups. Toujours bien placé, Steeve Elana repoussa les assauts rhodaniens pendant plus de trente minutes. Seulement voilà, un homme en quête de revanche jouait aussi ce soir sur la pelouse de Gerland. Cet homme ? Yoann Gourcuff, présent comme jamais dans l'entrejeu lyonnais et toujours dans le rythme.  C'est lui, qui quelques secondes après une frappe sur le poteau de Grougi, vint donner l'avantage à Lyon d'une superbe tête plongeante (0-1). Fort logiquement, l'OL revenait aux vestiaires avec un but d'avance sur des Brestois ayant essayé de jouer.

 

Brest voulait son nul

Au retour des vestiaires, la rencontre baissa en intensité, les Lyonnais se contentant de faire circuler le ballon face à des Bretons trop regroupés en défense. Mais petit à petit, le Stade Brestois retrouva sa "grinta" habituelle et se montra davantage dangereux, jusqu'à égaliser à un quart d'heure de la fin grâce à un but de Lorenzi qui fusilla Loris aux six mètres, à la suite d'un corner (1-1). Derrière, Lyon poussa sans trouver la faille, même si Monsieur Turpin aurait pu siffler un penalty sur Jimmy Briand à quelques secondes de la fin du match. Tenus en échec, l'espoir d'un podium en fin de saison paraît désormais irréalisable pour l'OL. Quant à Brest, ce point pris à Gerland pourrait s'avérer précieux dans la course au maintien.