L'OM stoppe sa série de défaites

L'OM stoppe sa série de défaites

Le derby de la Méditerrannée, le "Méditerrannico" accouche d'un nul, plutôt logique tant les olympiens n'avaient que peu de jus, et les niçois peu de créativité offensive. Ce point permet aux marseillais de stopper leur fâcheuse série de défaites avant de retrouver le Bayern, mercredi.

Nice
1 1
Marseille

Recette pour un bon derby de la Méditerrannée, prenez des supporters chauffés à blanc, des guerriers et un niveau de jeu élevé. En tous points, ce derby a été foiré. Déçus des dernières prestations olympiennes, les supporters marseillais avaient décidé de faire tout bonnement grêve ce soir, au Stade du Ray. Les banderoles déployées étaient violentes : "Silence on coule", ou encore "Honte à vous". Du côté des revenchards, on note la présence dans le 11 niçois de Civelli et Grandin, qui n'ont pas réellement laissé un bon souvenir sur la Cannebière.

Côté OM, on prend ce match très à coeur, et pour cause, il s'agit de la dernière répétition avant le quart de finale aller contre le Bayern mercredi. N'Koulou suspendu, Rémy légèrement touché, Deschamps compose avec ce qu'il a, en dépit de la mauvaise forme de certains. Et les problèmes continuent de suivre le coach olympien quand dès la 4ème minute, Diawara se tord le genou. Hormis un incroyable retournement de situation, il devrait louper un ou deux matches, réponse en début de semaine. L'OM peine, tente de se rassurer, mais n'a pas le ballon et souffre en début de partie. Complètement coupée en deux, l'équipe de Deschamps n'y arrive pas, emmenée par un mauvais duo au milieu, à savoir Cheyrou-Kaboré. Néanmoins, l'absence de Kaiser Koul ne se fait pas ressentir, l'OM n'est pas vraiment inquiété par des niçois qui peinent à entrer dans la surface olympienne.

La mi-temps approche à grands pas quand intervient le deuxième fait de jeu contre l'OM. Déja averti, Kaboré fait une bête faute à 35m de son but, Mr Enjimi n'éprouve aucune pitié et sort le carton rouge, logique mais paradoxalement sevère pour un joueur qui ne s'était pas vraiment montré brutal au cours de ses 40 minutes de jeu. Grosse rentrée pour Charlie, ancien grand espoir déchu. A 10, c'est bien naturellement que Marseille peine en seconde période. Toujours sans jus, les ouailles de Deschamps se contentent de défendre en bloc, et tentent de placer une banderille de temps en temps. Contre le cours du jeu, c'est pourtant l'OM qui va ouvrir le score, par l'intermédiaire d'Ayew à la suite d'un énorme travail d'Azpi côté droit. On se prend alors à rêver d'une victoire orgueilleuse.

Mais non, l'OM va craquer à un quart d'heure de la fin, suite à un pénalty provoqué par Goncalves, titulaire surprise et très bon ce soir, qui fut fauché par un Fanni à la ramasse. Monzon le spécialiste maison transforme. Pourtant El Fenomeno Mandanda avait retardé l'inévitable à base de claquettes réflexes et d'envolées spectaculaires. Rien ne sera plus marqué par la suite et on déplore une fin de match houleuse, marquée par le duel Brandao-Digard. Le brésilien prendra même une gifle de l'ex parisien sous les yeux de l'homme au sifflet, qui sanctionnera les deux protagonistes d'une biscotte.

L'OM n'a pas perdu le match ce soir, mais a perdu Diawara pour peut être plusieurs semaines. Un coup dur de plus pour des marseillais qui souffrent d'un cruel manque de banc. A l'aube d'une double confrontation face au Bayern qui cartonne en Bulli, l'heure est à l'inquiétude pour des marseillais qui pourraient prendre deux gifles en une semaine s'ils réitèrent ce genre de match. Le mois, si capital pour la pérénnité du club, démarre mal, entre blessures, méformes et suspensions, mais l'OM l'a prouvé, cette saison plus que jamais, c'est au pied du mur qu'ils sont les meilleurs.