L'OM au fond du trou

Battu par Lorient au Moustoir (2-1), Marseille continue sa chute libre en championnat. Les olympiens en sont désormais à treize matchs sans la moindre victoire en Ligue 1. De son côté, Lorient respire et se rapproche du maintien après une période délicate.

L'OM au fond du trou
Les marseillais au fond du trou (Valbuena, Gignac, Amalfitano)
Lorient
2
1
Marseille
Les marseillais au fond du trou (Valbuena, Gignac, Amalfitano)

Le cauchemar continue pour l’OM. Les marseillais, incapables de remporter le moindre match depuis le 29 janvier dernier et un succès à Rennes (2-1), se sont à nouveau inclinés sur le terrain de Lorient (2-1). Et alors que Morgan Amalfitano pointait du doigt cette semaine le manque d’implication de certains « tricheurs » au sein du vestiaire, la situation sportive devient de plus en plus compliquée pour le club. Marseille ne compte en effet que 8 points d’avance sur le premier relégable avec un match en plus et devrait sérieusement envisager un coup d’œil dans le rétroviseur, ce que s’interdit l’ensemble du club. Pourtant, le maintien pourrait très vite devenir un réel objectif plutôt qu’un sujet tabou…

Inconstants marseillais, courageux lorientais

Et si les phocéens ont réalisé une entame de match plutôt satisfaisante face aux Merlus, ils ont été punis de leurs carences défensives en fin de première période par Mvuemba qui transformait un pénalty (41e s.p.). Les lorientais, mobiles et solidaires, ont même ajouté un second but au retour des vestiaires sur un contre éclair conclu par Monnet-Paquet (53e). La tâche devenait alors trop compliquée pour cet OM en perdition qui pourra se plaindre de l'oubli de deux pénaltys assez flagrants. Lorient, qui laisse le ballon aux marseillais, n’est que très peu inquiété. Le but de Valbuena dans le dernier quart d’heure n’y changera rien (78e). Les bretons remontent à la douzième place et s’offrent un grand bol d’air en vue du maintien. Marseille concède, de son côté, sa neuvième défaite en onze journées et poursuit sa descente aux enfers. Si elle n’est pas déjà achevée…