On a retrouvé Montpellier

Ce soir à la Mosson, c’est avec Hilton et Stambouli, suspendus finalement mercredi dernier en coupe, que Montpellier se présentait face à Saint Etienne. Après une semaine décevante, les joueurs de Loulou Nicollin se devaient de redresser la barre et d’adresser un tout autre visage de celui affiché précédemment.

On a retrouvé Montpellier
Montpellier
1
0
Saint Etienne
On a retrouvé Montpellier

Les premières minutes sont assez timides, et ce des deux cotés. Les passes sont approximatives, les joueurs tendus, les gestes techniques imprécis. Mise à part quelques corners mal exploités par Montpellier, le rythme est assez lent durant ce premier quart d’heure, ponctué par le vilain tacle de l’arbitre assistant sur Camara, titulaire ce soir au poste de milieu droit. Chez les Verts, le jeu est tout aussi imprécis et manque clairement de vitesse. Les ballons sont top souvent balancés vers l’avant à la recherche d’Aubameyang, seul en pointe. Difficile, mais l’attaquant se démène tant bien que mal durant ces vingt premières minutes et, en sentant la défense fébrile de Montpellier, on se dit qu’un contre rapide rudement mené pourrait faire mouche. Mais il est facile de voir que les deux équipes traversent une période difficile actuellement.

René Girard peut cependant s’appuyer sur le retour de son maître à jouer du milieu de terrain, Younes Belhanda, qui faillit faire la différence à la 28ème minute, stoppé au dernier moment. La défense Stéphanoise ne tremble pas, et résiste facilement, -trop facilement ?- aux faibles offensives des locaux, menées par Bédimo sur son couloir gauche.

Le match s’emballe à la demie heure de jeu. Chez les Verts d’abord, où Aubameyang faillit tromper Jourdren, mais il lui manquait une pointure de crampon pour pousser son ballon ; à Montpellier ensuite où sur un bon ballon reçu, Giroud ne parvint pas à redresser son cuir (34ème, 36ème), mais les attaques sont encore loin d’inquiéter les gardiens. Cependant comme à Nancy la semaine dernière, Montpellier semble refaire surface à quelques minutes de la mi temps. Les actions sont plus tranchantes, le jeu est plus fluide, et Belhanda faillit surprendre Ruffier  sur une belle frappe (37ème).

Mais les joueurs de René Girard se découvrent. Sur un corner, la défense Montpelliéraine est surprise, mais les quatre Stéphanois présents dans la surface ne parviennent pas à s’entendre et ne trouvent pas le cadre. La reprise de volée d’Aubameyang bien déviée par Jourdren, vient seller une première mi temps timorée.

Saint Etienne finit à neuf, Giroud libère les siens

Au retour des vestiaires, le rythme est déjà plus engagé, les frappes au but s’enchainent et les attaques sont plus rapides, et ce des deux côtés. Ainsi Giroud (46ème , 52ème, 60ème) et Sako (49ème) ont apporté le danger dans les surfaces adverses. Montpellier pousse, mais Saint Etienne ne rompt pas. Galtier a bien retenu que l’organisation de son équipe, bien regroupée en première période, avait posé bien des problèmes aux Pailladins. Ce qui n’empêche pas que les attaques se rapprochent, et les Montpelliérains voient même leur tir stoppé sur sa ligne par Clément.

Saint Etienne a du mal à garder le ballon et à construire, mis en difficulté par le changement de rythme imposé par les locaux, et les nombreux débordements proposés par Bocaly et Bédimo. Heureusement que Ruffier veille pour stopper les assauts Montpelliérains (63ème). Mais les Stéphanois ne sont pas amorphes et ont failli refroidir la Mosson sur deux occasions consécutives, à la suite d’une frappe stoppée sur sa ligne et déviée en corner, et sur ce même corner (76ème). Le cadre n’est toujours pas trouvé. Et cela va porter préjudice aux Verts, étant donné que l’action suivante verra Sylvain Marchal se faire exclure pour avoir stoppé Rémy Cabella, tout juste rentré en jeu, en position de dernier défenseur.

Montpellier croit alors en ses chances, pousse, mais Ruffier est toujours là, stoppant tous les ballons, comme celui sur cette belle et puissante frappe de Cabella, toujours lui (82ème).Mais le gardien Stéphanois va s’incliner sur un tir imparable du gauche d’Olivier Giroud, son 18ème but de la saison. D’une volée puissante et tendue, le ballon va se loger dans le petit filet, hors de portée du gardien.

La victoire Montpelliéraine ce soir loin d’être imméritée, reflète la hargne et la combativité de cette équipe Héraultaise. Longtemps les Verts ont lutté, mais c’était sans compter sur toute la détermination d’Olivier Giroud qui a permis à son club de remporter sa 18ème victoire de la saison. Les hommes de Loulou Nicollin seront donc leader ce samedi soir, en espérant fortement un faux pas de Paris demain.