L'arrêté préfectoral de la discorde

Drôle de polémique qui enfle dans les rues de la capitale. Paris se déplace en effet à Dijon dimanche : une rencontre totalement interdite aux supporters parisiens démunis de billets.

L'arrêté préfectoral de la discorde
L'arrêté préfectoral de la discorde

Les drapeaux parisiens ne flotteront pas à Dijon dimanche. Les fumigènes parisiens n'empliront pas les travées du stade Gaston-Gérard. Ou alors, peu d'animation parisienne subsistera en Bourgogne. Un arrêté préfectoral a été publié dans la semaine, visant à interdire l'accès à tous les supporters parisiens démunis de billets aux abords du stade du Dijon FCO. Les joueurs parisiens, Pastore, Sissoko, Alex ou autres noms étincelants devront donc faire sans une grosse partie de leurs supporters dimanche, et seront seuls pour aller chercher une victoire qui leur permettrait de s'affirmer un peu plus comme leaders de la Ligue 1.


«Il est interdit à toute personne se prévalant de la qualité de supporter du club du Paris Saint-Germain ou se comportant comme tel, alors qu'elle est démunie de billet, ainsi qu'à toute personne ayant appartenu à une association de supporters du Paris Saint-Germain dissoute d'accéder au stade Gaston-Gérard de Dijon et de circuler ou stationner sur la voie publique dans le périmètre délimité par les voies suivantes de la commune de Dijon : Rue Jean Moulin, Rue du Docteur Schmitt, Boulevard Maréchal de Lattre de Tassigny, Boulevard Trimolet, Avenue Paul Doumer». L'annonce est claire et concise, tout individu arborant une écharpe du Paris Saint-Germain et étant démuni de billet sera interpellé sur le champ.


Cette annonce a été faite alors que des troubles étaient en cours de recensement dans un rapport destiné à la préfecture de la Bourgogne, troubles ayant été commis lors des dernières rencontres Dijon-PSG (match en Coupe de la Ligue, remporté par Dijon 3-2, ainsi que match en Coupe de France, remporté par Paris 1-0). Mais pas seulement. Cet arrêté préfectoral stipule clairement que la décision a été prise suite aux problèmes récents causés par les supporters du Paris Saint-Germain. Lors du match contre Lyon (score de parité 4-4), ces "supporters", parfois considérés comme hooligans (à juste titre ou non), avaient dégradé des bâtiments dans le communauté de Lyon, et avaient saccagé une aire d'autoroute au retour du match, à proximité de Nemours, sur l'A6.

«Il est interdit à toute personne se prévalant de la qualité de supporter du club du Paris Saint-Germain, démunie de billet [...] d'accéder au stade Gaston-Gérard de Dijon»


Tout n'est pas au beau fixe dans la capitale. Jeudi, une trentaine de supporters parisiens a investi le Camp des Loges (structures d'entraînement franciliennes) afin de manifester leur mécontentement. Ces derniers estiment ne pas être suffisamment écoutés par le club. Vendredi, la Justice tranchait, et prononçait à 27  parisiens leur interdiction de stade, dégradant un peu plus le climat qui pèse au Parc des Princes.


Cet arrêté préfectoral n'est pourtant pas inconnu aux supporters du Paris Saint-Germain, puisque que ce qui avait été appelé le "plan-Leproux", visant à pacifier les tribunes du stade, avait vu la publication de décisions semblables à celle prise dans la semaine par la préfecture de Dijon.