Paris sauve les meubles dans l'Ancelotime

Le Paris-Saint-Germain a arraché le point du match nul sur la pelouse d'une valeureuse équipe de Caen (2-2). Comme contre Lyon, Dijon ou Ajaccio, c'est un nouveau but dans les arrêts de jeu qui permet à Carlo Ancelotti de rester invaincu depuis son arrivée à Paris.

Paris sauve les meubles dans l'Ancelotime
Caen
2
2
Paris-Saint-Germain
Caen: Thébaux - Vandam, Heurtaux, Sorbon, Montaroup - Proment, Leca, Bulot, Hamouma - Frau, Nabab.
Paris-Saint-Germain: Sirigu - Ceara, Alex, Sakho, Tiéné - Pastore, Motta, Matuidi, Ménez - Hoarau, Gameiro.
SCORE: 1-0, min. 52, Frau. 1-1, min. 55, Pastore. 2-1, min 69, Heurtaux. 2-2, min 91, Jallet.
ARBITRE: Ceara ( min 15 ) Tiéné ( min 19 ) Vandam ( min 29 ) Proment ( min 48 ) Ménez ( min 50 ) Bisevac ( min 60 ) Matuidi ( min 86 )

Afin de continuer à assumer son rôle de favori en Championnat, Paris devait vaincre Caen ce soir, mal classé à un point de la zone de relégation. Montpellier, avec seulement un point de retard sur le PSG, se tenait en embuscade à l'heure de défier Nancy.

Paris amorphe

Pour ce déplacement,  Ancelotti devait composer sans Nene et Sissoko (suspendus), ni Bodmer, Maxwell et Chantôme (blessés). Le technicien italien a donc choisi de restructurer son équipe en évoluant pour la première fois sous son ère en 4-4-2. Un choix pas forcément payant à première vue.
En effet, Paris est aux abonnés absents lors de cette première période. Pour preuve dès la 4ème minute, Frau touchait la transversale suite à un centre de Montaroup depuis la gauche, remis en retrait de la tête par Nabab. Dans la foulée, Sirigu fut obligé de s'interposer une première fois face à Bulot ( 8ème ) puis sur un tir enoulé de Nabab ( 14ème). Jusqu'à la fin de cette première période, les Parisiens vont se montrer extrêmement fébriles, se procurant très très peu d'occasions. Caen est en revanche virevoltant, bien emmené par Nabab et Hamouma, de bon augure pour la seconde période.

L'orgueil du champion

Dans la lignée de leur première période les Caennais vont finir par ouvrir le score à la 52ème, à la suite d'un ballon perdu par Menez, Hamouma décale Nabab côté droit. L'attaquant sert immédiatement Frau qui bute une première fois sur Sirigu avant de tromper le portier italien. Pierre-Alain Frau entretient ainsi la fâcheuse habitude des ex du PSG de marquer contre leur ancien club. Une avance de bien courte durée puisque Pastore remet immédiatement le PSG sur de bons rails. Sur un corner mal dégagé, l'Argentin se lance dans un raid au coeur de la surface, élimine trois joueurs avant de marquer grâce à un contre-favorable sur Thébaux. Les compteurs sont donc remis à zéro et cette égalisation fait du bien aux Parisiens qui se montrent plus agressifs dans les duels. Cependant les mauvaises habitudes du PSG vont ressurgir, sur un corner de Bulot, Heurtaux se retrouve seul aux six mètres et place une tête imparable, Paris confirme alors sa fragilité sur coups de pieds arrêtés (69ème). On semblait alors se diriger vers la première défaite du PSG sous l'ère Ancelotti, c'était sans compter sur les ressources mentales du PSG, cette saison, Paris a marqué sept buts à partir de la 90ème minute soit plus que n'importe quelle autre équipe. Et ce qui devait arriver arriva, sur un centre de Menez contré par un défenseur caennais, Jallet contrôlait de la poitrine et fusillait Thébaux à bout portant ! Une égalisation très généreuse au vu du jeu proposé par les leaders du championnat, cependant ce point permet aux parisiens de prendre deux points d'avance sur Montpellier qui, à neuf contre onze, s'est incliné à Nancy (1-0).