Nancy dompte un PSG new look

Grâce à un match solide, Nancy a renversé un PSG sans saveur. Une défaite qui relance complètement le championnat !

Nancy dompte un PSG new look
Nancy
2
1
PSG
À l'image de Pastore, Paris tombe à Nancy

Après des sorties peu convaincantes, Ancelotti avait tranché ce soir : 5 changements dans le onze type ! Camara, Bisevac, Armand, Bodmer et Matuidi remplaçaient Maxwell (à court physiquement), Lugano (blessé), Alex (blessé), Néné et Sakho (choix de l'entraineur). Le capitanat revenant à Sissoko.

 

Paris coule

 
Malgré un milieu de terrain reconfiguré, Paris avait la maitrise du ballon en début de match. Logique, puisque Nancy était meilleur en phase de contre. Dans ce cas de figure, les premières minutes du match ressemblaient à une partie d'échecs. Ainsi dans ce match très haché, la première occasion était pour Nancy. À la 18ème minute, suite à une perte de balle de Pastore, Mollo était servi côté gauche pour centrer en retrait,.Traoré contrôlait et enchainait d'un pointu pour tromper Sirigu. Cela récompensait un travail collectif rodé des Lorrains. Sur un nuage, Mollo multipliait les passements de jambes et offrait à son équipe de nombreux coups de pied arrêtés. Intéressant, quand on connaît la fébrilité des Parisiens dans le secteur. Suite à un coup franc, André Luiz récupérait le ballon et enroulait sa frappe sur la barre de Sirigu (20e) ! Déjà 3 tirs à zéro pour Nancy et une mine grave d'Ancelotti. Dans la foulée, Matuidi et Pastore combinaient pour servir Menez qui manquait sa tête suite à un choc avec N'Dy Assembé (21e). Le match devenait donc intense. Nancy avait la maitrise, Paris voulait recoller rapidement. Avec ce redéploiement tactique, Paris souffrait et Néné rongeait son frein sur le banc. Seul Pastore avait de l'inspiration face à des Nancéens excellent ballon au pied. Avec près d'une passe sur cinq ratées, Paris n'avait pas de quoi inquiéter des Nancéens concentrés et efficaces. Au lieu de jouer au sol et en une touche, Paris se précipitait aux abords de la surface pour chercher Hoarau. En vain, malgré une tête décroisée à la 35ème. Il fallait encore un grand Sirigu pour sauver son équipe sur un énième déboulé de Traoré. L'Italien sortait rapidement dans les pieds du buteur Nancéen qui comptait récidiver avec un pointu (37e). Fin de la première mi-temps à l'avantage de Nancy, Ancelotti se devait de prendre des décisions à la pause...
 

Nancy au courage

 
Pas de changements à l'horizon lors de la reprise, Ancelotti faisant confiance à la nouvelle tactique imposée. Dès la reprise, c'était Nancy qui mettait la pression grâce à Mollo qui faisait souffrir Jallet et forçait la défense parisienne à se dégager en catastrophe suite à une tête de l'ex-Monégasque. Solide défensivement jusque-là, Nancy contrôlait ce début de seconde période. Puis sur une action anodine, Armand centrait pour Sissoko qui profitait du laxisme défensif d'Andre Luiz pour remettre Paris sur les rails (50e). Une erreur nancéienne qui profitait à Paris dorénavant offensif. Trois minutes plus tard, Jallet centrait pour Hoarau qui plaçait une tête au ras du poteau (53e). La tendance s'était inversée au plus grand bonheur de la poignée de supporteurs parisiens présents à Marcel Picot. Ceara, Maxwell et Gameiro partaient à l'échauffement tandis qu'Armand poussait N'Dy Assembé à concéder le corner (56e). Nancy subissait et Bodmer remettait Jallet à contribution qui centrait en une touche pour Hoarau qui de la tête obtenait le corner (57e). À la 63ème minute, Pastore récupérait un ballon plein d'axe. Il servait dans la profondeur Menez surpris par la bonne sortie de N'Dy Assembé. C'était encore un signe avant-coureur de la fébrilité nancéienne. En net progrès après une première période morose, Pastore déviait du dos pour Matuidi qui mettait à contribution N'Dy Assembé (69e). Nancy s'offrait un bol d'air à la 71ème minute de jeu avec un corner mal négocié. On attendait un changement côté parisien pour assoir l'occupation territoriale. Armand sortait donc au profit de Maxwell et Menez pour Gameiro. Et toujours pas de Néné à l'échauffement... Il restait donc près d'un quart d'heure pour remporter ce match. D'entrée, Gameiro était alerté par Pastore (79e). Le français feintait une frappe et finissait par un tir contré. On rentrait dans les dix dernières minutes alors que le jeu baissait d'intensité. Et cette baisse de rythme profitait à Nancy qui retrouvait des couleurs grâce à Yohan Mollo. Suite à un ballon perdu de Maxwell, Mollo se servait de Moukandjo pour récupérer le ballon à l'entrée de la surface et placer son ballon au ras du poteau gauche de Sirigu (89e). Un choc pour Paris et la délivrance pour Nancy !