GP Monaco : Et de six ?

Cinq courses, cinq vainqueurs différents. Un sixième pour Monaco ?

GP Monaco : Et de six ?
Beaucoup de prétendants à la victoire

Les cinq premières manches de la saison ont couronné cinq vainqueurs différents. La sixième manche qui se déroule à Monaco ce week-end en fera-t-elle de même ? Difficile à dire mais les prétendants à une première victoire de la saison sont nombreux.

Lewis Hamilton fut souvent le plus rapide aux essais mais n’a pas encore concrétisé. Les pilotes Lotus, Kimi Raikkonen et Romain Grosjean, sont proches de la tête de course depuis la Chine mais doivent se contenter du podium. Sergio Perez  et sa Sauber ne sont pas passés loin de la consécration à Sepang. Sans oublier Michael Schumacher qui n’est guère à la fête depuis le début de la saison.

Ce qui est sûr, c’est que le Grand Prix de Monaco a toujours su réserver des surprises, avec sa piste étroite, ses virages serrés, ses chicanes et ses barrières. D’autant plus que la pluie est annoncée pour le week-end. De quoi rendre la course imprévisible.

Le peloton compte de nombreux anciens vainqueurs de l’épreuve, comme Sebastian Vettel, Mark Webber, Lewis Hamilton, Jenson Button, Fernando Alonso, Michael Schumacher et Kimi Raikkonen. Même les jeunes pilotes ont des affinités avec cette piste pour y avoir gagné en GP2, comme Nico Rosberg, Pastor Maldonado, Bruno Senna, Sergio Perez et même Charles Pic.

Circuit

Comme l’an dernier, il n’y aura qu’une zone DRS mais la ligne droite semble trop courte pour l’effet du DRS soit notable. L’autre zone rapide du circuit, le tunnel, ne permettra pas d’utiliser le DRS, la zone de dégagement étant trop limitée et le virage suivant largement accidentogène.

Les pneus super tendres de Pirelli feront leurs débuts. Les pilotes disposent également des tendres. Les deux spécifications sont assez proches en performance, ce qui facilitera un peu la tâche des tacticiens, qui auront de toute façon fort à faire avec les longs moments perdus lors des retours aux stands, tant l’entrée et la sortie des stands sont délicates. Comme d’habitude, les pilotes effectueront soixante-dix-huit tours soit 260,5 kilomètres.