QPR s'impose avec l'énergie du désespoir

QPR s'impose avec l'énergie du désespoir

Un but de Djibril Cissé libère les Queens Park Rangers à l’orée du temps additionnel pour leur offrir une victoire qui pourrait bien être synonyme de maintien pour le club londonien.

QPR
1 0
Stoke

Depuis presque quatre mois, les Rangers de Mark Hughes sont condamnés à regarder nerveusement par-dessus leurs épaules, pour guetter un retour possible de Bolton ou encore de Blackburn qui les condamnerait à la relégation. Cependant, QPR semblait plus en mesure que jamais de s’en sortir, les londoniens couchant sur cinq succès consécutifs à domicile, notamment contre Livepool, Arsenal ou encore Tottenham. Malgré cette bonne forme à domicile, les bleu et blancs ne se situaient dehors de la zone de relégation qu’à la différence de but, une situation extrêmement inconfortable à deux journées de la fin du championnat, d’autant plus quand le calendrier affichait une visite chez le leader City lors de la dernière journée. Alors les Rangers n’avaient pas le choix ; S’ils voulaient croire au maintien, seule une victoire leur permettrait de garder espoir, tout autre résultat les condamnant quasiment à un retour immédiat en Championship. Leurs adversaires du jour, les Potters de Stoke, eux n’avaient plus grand chose à jouer si ce n’est grappiller quelque places dans le ventre mou du championnat pour couronner une saison solide, mais pas très spectaculaire. Malgré leur position confortable, les Potters n’allaient faire aucun cadeau à des R’s poussés par un stade de Loftus Road déchaîné encore une fois.

Une entrée en matière délicate

Dès le coup d’envoi, la nervosité fut perceptible dans les rangs des londoniens, et après quelques minutes, Cameron Jerome se présenta en bonne position face à Paddy Kenny, mais le joueur de Stoke envoya sa frappe dans les tribunes. Un premier avertissement sans frais pour les Rangers qui eut le mérite de permettre aux pensionnaires de Loftus Road de resserrer les rangs. Dans une première mi-temps extrêmement physique et hachée, les occasions ne furent pas nombreuses. Seul un coup-franc très bien tiré d’Adel Taarabt ne parut inquiéter le gardien Sorensen.  Privilégiant un jeu aérien, les joueurs de Stoke ne se montrèrent menaçant que sur des corners ou des touches longues, sans que le gardien Kenny n’ait à intervenir. Juste avant la mi-temps, Barton se présenta par deux fois en position favorable, avant que Mackie et Taarabt ne s’allient pour tenter d’aller chercher l’ouverture du score, mais à chaque fois le gardien danois de Stoke s’interposa confortablement.

Dès la reprise, Stoke se montra plus légérement plus conquérant, et malgré un joli tir enroulé de Ricardo Fuller, aucune équipe ne semblait en mesure de rompre la parité. Le tempo du match changea quelque peu à l’heure de jeu, QPR pressant pour obtenir une ouverture du score qui leur donnerait un sursis avant leur déplacement à Manchester City. La solution semblait pouvoir venir des ailes, grâce au bûcheur Jamie Mackie sur la droite et au talentueux Adel Taarabt sur la gauche, mais ni l’un, ni l’autre ne parvint à réellement mettre en position décisive Bobby Zamora, ou Djibril Cissé fraîchement entré en jeu. Face à un Stoke City qui ne se souciait guère plus de faire le jeu, mais se contentait d’attendre en défense, les Rangers savaient que chaque minute les rapprochait de la deuxième division, et même si Djibril Cissé sortit de sa torpeur d’une tête rageuse, le portier Sorensen se montra à encore une fois la hauteur pour garder son équipe dans le match.

Cissé pour la délivrance

Les minutes filant à grande vitesse, Mark Hughes et tout le staff bleu et blanc retint son souffle quand Peter Crouch faillit crucifier le club qu’il supportait étant enfant, sa tête sur corner flirtant avec le premier poteau. C’est à ce moment-là que sur un corner, à la quatre-vingt-neuvième minute, Anton Ferdinand dévia la course du ballon vers le deuxième poteau où attendait le renard Djibril Cissé, lequel ne manqua pas la cible. Dans une euphorie apocalyptique, l’attaquant français s’offrit son quatrième but, peut-être le plus important de sa carrière. Nerveux et presque désespérés quelques minutes auparavant, les supporters locaux purent enfin laisser éclater leur joie. Ce fut avant que Peter Crouch, au bout du temps additionnel, passa tout près d’offrir à Stoke un point inespéré, mais son tir passa devant le goal sans personne pour le dévier au fond des filets.

Sur l’ensemble du match, les Queens Park Rangers n’ont pas volé leur succès, leur gardien Paddy Kenny n’ayant eu qu’un arrêt facile à exécuter, alors que les R’s tirèrent à vingt-et-une reprises en direction du but de Sorensen. Cependant, malgré une nette domination dans la possession de balle, les R’s ont eu toutes les peines du monde pour inquiéter réellement une défense des Potters extrêmement bien en place. Stoke n’aura pas de regrets à avoir, cette défaite n’ayant pas de conséquence majeure au classement pour eux. À l’aise dans le jeu aérien, les rouge et blancs n’ont jamais su profiter de leurs contres, et malgré un très bon match de Peter Crouch, les Potters n’ont pas réussit à ajouter des goals à leur total offensif toujours aussi pauvre. Pour QPR, cette victoire sur le fil conjuguée au match nul de Bolton contre West Brom permet au londoniens d’aborder le fameux Survival Sunday avec deux points d’avance sur la zone de relégation. Ils ont pu compter sur un match très solide de Joey Barton, Adel Taarabt, et Jamie Mackie, et l’impact de Cissé sorti du banc à l’heure de jeu leur permit de s’offrir peut-être une occasion de fêter (eux aussi ?) au Etihad Stadium dimanche prochain. 

Fiche technique:
QPR: Kenny, Taiwo, Onuoha, Hill, Ferdinand, Barton, Derry, Buzsaky, Taarabt, Mackie, Zamora.
Stoke: Sorensen, Huth, Whelan, Fuller, Wilson, Shawcross, Walters, Upson, Delap, Crouch, Jerome.
SCORE: 1-0, 89ème minute, Cissé
ARBITRE: André Marriner
ÈVÉNEMENTS: