James McClean, le dragster Irlandais

L'Irlandais est la véritable révélation à Sunderland depuis l’arrivée aux commandes de Martin O’Neill début décembre. Mis au placard par Steve Bruce, il aura fallu le renvoi de ce dernier pour voir apparaître ce jeune joueur méconnu du grand public, recruté pour une bouchée de pain à Derry City durant l'été. Au delà des limites du terrain vert comme celui du maillot de la sélection qu'il défend désormais ; James McClean illustre aussi la complexité de situation géopolitique Irlandaise actuelle.

James McClean, le dragster Irlandais
James McClean sous le maillot de Sunderland, ici lors du quart de finale de FA Cup à Goodison Park contre Everton. Le nul concédé (1-1) précédera un replay perdu par les Black Cats (0-2)

Arrivé début décembre alors que Sunderland glissait dangereusement vers le bas de tableau (17e à la 13e journée avec seulement deux victoires), l’ancien entraîneur de Villa, Leicester et du Celtic Glasgow avait posé les bases de son projet en arrivant dans le nord de l’Angleterre, voulant s’appuyer sur le centre de formation et les jeunes du cru pour s’inspirer du FC Barcelone. Arrivé trop tard pour prendre place sur le banc de Sunderland lors de la rencontre face à Wolverhampton, O’Neill avait profité de son vendredi soir pour aller voir un match de la réserve des Black Cats, les pieds dans la boue sous une pluie torrentielle. Initialement venu afin de juger l’état de forme du prometteur Ryan Noble (qui marquera 4 buts face à Manchester United pour une victoire finale 6-3), c’est James McClean qui tapera véritablement dans l’œil de son futur manager avec « ses débordements  à 30km/h ».

McClean était pourtant jugé « pas prêt » par Steve Bruce qui a passé les premiers mois de la saison à se lamenter sur les recrues qu’il n’a jamais réussi à faire jouer ensemble et sur les joueurs qu’il n’a pas pu avoir, l’ailier Charles N’Zogbia notamment. L’ancien défenseur de Manchester United remettait en question tel un Alan Hansen avec la jeune génération de MU dans les 90’s la possibilité que ce jeune joueur soit un « instant success » en Premier League. McClean lui prouvera rapidement le contraire. Après trois entrées en jeu convaincantes face à Blackburn (où il débordera en puissance et centrera sur son premier ballon), Tottenham et Everton, le puissant ailier a été titularisé pour la première fois à l’occasion de la victoire 4-1 de son équipe à Wigan, inscrivant son premier but sous ses nouvelles couleurs.

Titulaire depuis sur les deux ailes ou dans l’entrejeu et crédité de 4 buts et 3 passes décisives lors de ses 10 premières titularisations (un total porté à 6 buts et 4 passes en 22 rencontres), l'Irlandais surprend surtout par son style de jeu. D’une simplicité et efficacité dévastatrices, les débordements de McClean sont assez peu variés mais en ressort une constante systématique. Lorsque il attaque son ballon avec cet entrain, on sent qu’il peut faire la différence à tout moment notamment grâce à une conviction énorme dans les premiers contrôles. McClean profite également d’un gabarit peu fréquent pour un ailier (où les Aaron Lennon, Theo Walcott, Alex Oxlade-Chamberlain, Juan Mata, Matthew Jarvis sont foison dans le Championnat) avec son mètre 80 et sa puissance athlétique. Capable de répéter les efforts, les courses et les replis défensifs, McClean dispose également d’une technique de centre appréciable et d’une capacité à centrer sans déborder systématiquement son vis-à-vis.

McClean apparait similaire en certains points à Gareth Bale, mais avec en plus une attirance au contact et au duel ainsi que davantage de facilités face à un bloc regroupé.

Bien que né à Derry City et ancien International U21 Nord-Irlandais, l’ailier de 23 ans est sur le point de profiter de l’autorisation de la FIFA permettant aux joueurs de l’île de changer de nationalité footballistique (a l’image de ce qu’ont également fait Darron Gibson, Shane Duffy ou Mark Wilson avant lui). McClean a, en effet, été élevé dans une famille catholique fervente supportrice du Celtic Glasgow.

Alors même que Giovanni Trapattoni avait déclaré vouloir maintenir une continuité dans son groupe de joueurs en emmenant à l'Euro les acteurs de la qualification de la sélection du Trèfle, l'Italien a dérogé à la règle convoquant James McClean qui devra donc revoir le programme de ses vacances et annuler ses réservations. Fort d'une entrée en jeu en fin de la rencontre amicale face à la République Tchèque fin février, on voit mal ce qui pourrait freiner le dragster Irlandais qui a de toute façon réussi  son pari et se voit délesté de toute pression si il doit entrer en jeu en Pologne et Ukraine. Et ce ne sont pas les menaces de la part de loyalistes Nord-Irlandais qui empêcheront McLean de faire assurément partie des joueurs sur qui il faudra garder un œil lors de la compétition.

 

Cet article fait partie du bilan intégral du mercato estival publié par MyPremierLeague