Bolton est relégué, QPR se sauve in extremis

Dans un duel à distance poignant, ce sont finalement les Wanderers de Bolton qui ont dit au revoir à la Premier League, en ne parvenant pas à s'imposer à Stoke. Leur défaillance sauve QPR qui malgré un match plein, est revenu les mains vides de Manchester City.

Bolton est relégué, QPR se sauve in extremis
Malgré les prières des fans de Bolton, ils suivront leur club en Championship l'an prochain.
Stoke City
2
2
Bolton Wanderers
Stoke City: Sorensen, Huth, Shawcross, Upson, Wilkinson, Whelan, Whitehead, Etherington, Fuller, Walters, Crouch
Bolton Wanderers: Bogdan, Knight, Ricketts, Boyata, Ream, Eagles, Petrov, M Davies, Reo-Coker, K Davies, Klasnic
SCORE: 1-0 Walters 1-1 M Davies 1-2 K Davies 2-2 Walters (SP)
ARBITRE: Chris Foy
ÈVÉNEMENTS: Bolton est relégué

Deux matches à la vie à la mort

Au coup d'envoi de la dernière journée de Premier League, seuls deux points et 60 kilomètres séparaient Bolton des Queens Park Rangers, les premiers devant s'imposer à Stoke et espérer une victoire de City face à QPR pour se maintenir. Les chances de maintien des deux clubs étant assez égales, impossible à dire qui finirait la soirée en tant que club de Premier League, et quel écurie préparerait la prochaine saison en deuxième division. Owen Coyle ayant décidé de reléguer David N'Gog sur le banc, c'est Ivan Klasnič qui se présenta aux côtés de Kevin Davies sur le front d'attaque des Wanderers. Du côté du Etihad Stadium de Manchester, Djibril Cissé  et Wright-Phillips effectuaient leur retour pour les Rangers, titularisés en lieu et place du franco-marocain Adel Taarabt, et d'Akos Buzsaky. Revenons à présent sur les rebondissement ayant marqués cette lutte à distance incroyable. 

Bolton se redresse et prend l'avantage

D'entrée de jeu, les joueurs de Bolton semblèrent en difficulté, subissant une pression terrible des géants de Stoke City. Sur la troisième occasion des Potters, c'est John Walters qui donna l'avantage aux Potters, plongeant les Wanderers dans une détresse sans fin. Pour ajouter à leur misère, les hommes d'Owen Coyle buttèrent par deux fois sur le gardien Sorensen, puis sur l'arrête du but, ne parvenant pas à égaliser. Au même moment, ce fut la fête au Etihad Stadium, les fans de QPR apprenant le score de leur adversaire pour le maintien. Sur la pelouse, les Rangers se battaient bien, mais ne semblaient pas capable de sortir de leur propre moitié de terrain. Une opportunité pour Cissé sur coup-franc offrit un peu de répit à la défense des visiteurs, mais sans réellement inquiéter Joe Hart. Le match s'annonçait bien long, autant pour QPR que pour Bolton, mais à ce moment-là, c'étaient les R's qui se sauvaient de la relégation. 

Cependant, le ciel si bleu des londoniens tourna vite à l'orage, Manchester City s'infiltrant dans leur surface de réparation par Yaya Touré, lequel transmit à Zabaleta qui catapulta le ballon au fond des filets, entre les doigts du malheureux Paddy Kenny, pas vraiment à son avantage sur ce coup-là. 1-0 City. Pour ajouter à leur malheur, les Rangers apprirent que dans la foulée, Mark Davies égalisa pour Bolton, profitant d'un cafouillage dans la surface, avant que Kevin Davies ne donne l'avantage aux Wanderers d'une frappe venu d'ailleurs dans un angle invraisemblable. 2-1 Bolton. Les Wanderers qui semblaient bien mal-en-point venaient de subtiliser la dix-septième place à QPR, alors que l'arbitre sifflait la mi-temps sur les deux pelouses. 

QPR revient de nulle part

Dès la reprise, malgré une première occasion pour City, les Rangers montrèrent des signes de révolte. L'incontournable Djibril Cissé, profitant d'une erreur défensive de Lescott pour se présenter seul face au gardien Hart, fusilla le portier de City pour offrir l'égalisation à Mark Hughes et à ses partisans. Cissé qui depuis son arrivée n'a laissé personne indifférent, terminant chaque match avec soit un goal, soit un carton rouge, a repayé ainsi au centuple le club pour ses erreurs de discipline sur le terrain, les plaçant en position de se maintenir. Dans la foulée, Joey Barton fut sanctionné d'un carton rouge pour un geste peu évident sur Tevez, le petit argentin profitant de la mauvaise réputation du Scouser pour tromper l'arbitre d'une simulation crasse. Fou de rage, Barton se vengea bassement en assénant un coup de genou à Aguero qui n'avait rien demandé, un comportement pour lequel Barton devrait payer sous peu. 

Archi-dominés et en infériorité numérique, les Rangers prirent miraculeusement l'avantage grâce à un déboulé d'Armand Traoré offrant un service parfait pour Jamie Mackie qui n'en demandait pas tant pour donner l'avantage à QPR. Devant un stade désabusé, QPR jouait à merveille son rôle d'empêcheur de tourner en rond. La nouvelle du but de Mackie replongea Bolton dans la morosité, et leur souffrance ne s'arrêta pas là, Peter Crouch, ancien joueur de QPR,  profita d'un ballon relâché par le gardien Bogdan pour obtenir un penalty. Et ce fut Walters qui convertit l'offrande, plongeant les Wanderers dans la tombe. 

A ce moment-même, QPR souffrait le martyr contre City, assiégé de toutes parts par les Citizens, animés par la faim d'une victoire qui les sacrerait champions. Les SkyBlues affichèrent même jusqu'à 80% de possession de balle, mais sans parvenir à convertir leurs chances, Paddy Kenny s'interposant face à Aguero, Dzeko et Balotelli. Cependant sur corner, Edin Dzeko offrit une égalisation logique à Manchester City, un but qui plaçait les Rangers sous pression. Cependant, au même moment, Thomas Sorensen, d'un arrêt difficile sur la ligne, précipitait Bolton en Championship, alors que le coup de sifflet final retentissait. Du côté de City, dans la dernière minute de temps additionnel, Aguero donnait le tournis à une défense des Rangers exténuée, pour fusiller Kenny et offrir aux supporters de City le titre qu'ils attendaient depuis quarante-quatre ans. Cela ne changeait plus rien pour QPR, qui se maintenait grâce au match nul de Bolton à Stoke. Cette défaite n'enlève rien au match vaillant et héroique des hommes de Mark Hughes, qui n'auront pas volés leur survie en Premier League. 

Le regard vers l'avenir

Le football peut être cruel par instant, et la survie des Wanderers a tenu à la main ferme du gardien de Stoke, les privant d'une fantastique remontée. Cependant, le club criblé de dettes semble promis à un futur difficile, les joueurs cadres semblant voués à l'exode, et les caisses toujours autant vides. Un homme doit être soulagé de ce dénouement: Mr Pollock, arbitre assistant de Bolton-Queens Park Rangers il y a peu, qui a annulé un but de QPR ayant franchi la ligne de presqu'un mètre, but avec lequel les R's auraient été saufs depuis un moment. Sur l'ensemble de la saison, QPR mérite son maintien, notamment grâce à ses cinq victoires consécutives à domicile en fin de saison. Mark Hughes aura réussi à maintenir les hommes du président Tony Fernandes en Premier League, et touchera par conséquent une somme coquette en récompense. Hughes et Fernandes peuvent à présent regarder vers demain, et construire encore un peu plus ce club en plein développement, qui vise chaque année plus haut. Difficile à dire où seront les Rangers dans douze mois, mais qui sait ce que le football peut leur réserver.  Pour cela, rendez-vous dès le mois d'août pour une saison de Premier League encore plus folle que les précédentes, car ce championnat d'Angleterre se révèle chaque année plus passionnant.