Une Russie froide de réalisme

La Russie sort victorieuse de son duel face au Portugal pour le compte de la 3ème journée du Groupe F des qualifications pour le Mondial 2014 au Brésil. Un but de Kerzhakov à la 5ème minute suffit aux Russes pour s'isoler en tête du groupe au détriment d'un Portugal très peu inspiré.

Une Russie froide de réalisme
Russie
1
0
Portugal
Russie: Akinfeev; Anyukov, Ignashevich, Beresutskiy, Kombarov; Denisov, Shirokov, Bystrov (Samedov, min. 83); Kokorin, Fayzulin (Glushakov, min. 46), Kerzhakov (Yeschenko, min. 65).
Portugal: Rui Patricio; João Pereira, Pepe, Bruno Alves, Fabio Coentrão (Miguel Lopes, min. 19), Miguel Veloso, Ruben Micael (Silvestre Varela, min. 66), João Moutinho; Nani, Cristiano Ronaldo, Helder Postiga (Eder, min. 74).
SCORE: 1-0, min. 5, Kerzhakov.
ARBITRE: Viktor Kassai (Hongrie) Cartons jaune à Miguel Veloso (min. 43), Shirokov (min. 89) et Kokorin (min. 90).
ÈVÉNEMENTS: Match de la 3ème journée du groupe F de la qualification pour la Coupe du Monde 2014 opposant la Russie au Portugal au Stade Luzhniki (Moscou, Russie) 50, 000 spectateurs.

Froid, pluie, pelouse synthétique et... manque d'inspiration, de motivation pour le Portugal qui perd pour la première fois dans cette phase de qualifications pour la Coupe du Monde 2014 chez les frères brésiliens.
En cinq minutes seulement la Russie a gagné le match face à un Portugal qui s'est réveillé bien trop tard et qui n'a jamais montré l'envie de mieux faire dans cette rencontre.

Il fallait se réveiller tôt

A part ça tout est allé de travers pour les Portugais, Raul Meireles blessé a débuté le match sur le banc puis a vite rejoint la tribune, c'est Ruben Micael qui a été titulaire à sa place et le milieu de terrain du SC Braga a participé au but...de la Russie. Une passe ratée a permis à Shirokov de démarquer rapidement Kerzhakov qui n'avait plus qu'à choisir s'il voulait marquer à gauche ou à droite de Rui Patricio.
A ce moment précis le Portugal a bien tenté de réagir mais à la 20ème minute nouvel imprévu pour Paulo Bento, avec blessure de Fabio Coentrão. Miguel Lopes qui est un latéral droit le remplacera mais ce dernier n'a pas la rapidité et l'apport offensif que le défenseur du Real Madrid peut avoir avec sa sélection.
Pendant que le Portugal faisait tourner le ballon sans prendre d'assaut les buts d'Akinfeev, la Russie s'est contenté de tranquillement défendre face à un Portugal inoffensif et de temps en temps contre-attaquer mais eux aussi n'ont plus mis le danger dans la surface de Rui Patricio.

Le Portugal congelé

La seconde période a débuté sur un faux rythme pendant quinze minutes il ne se passait pas grand chose jusqu'à l'heure de jeu où le Portugal a commencé à se prendre un peu plus au sérieux c'est le moment où Paulo Bento a décidé de lancer son plan B, Silvestre Varela à la place de Ruben Micael, puis son plan C, Eder à la place d'Helder Postiga. Mais l'intensité est vite redescendue et on comprennait à ce moment précis que le Portugal n'allait pas faire mieux, la pelouse synthétique du Stade Luzhniki n'a pas aidé et a contrarié le style de jeu des Portugais mais en aucun cas cela sert d'excuse à la triste prestation du Portugal, Paulo Bento l'avait prévenu. Comme en première mi-temps, le Portugal avec le ballon (72% de possession de balle) mais avec aucune idée au devant de l'attaque pendant que les Russes assuraient les trois points regroupés en défense.
Symbole du manque de créativité portugais, Cristiano Ronaldo, le jour de sa 99ème sélection il ne pourra pas se plaindre du public qui n'a même pas crié les "Messi!" habituels. De petits sifflets comme d'habitude, mais surtout une grande ambiance avec les supporters qui frappaient du pied à en faire trembler le stade, peut-être à cause du froid, peut-être pour se réveiller devant un match qu'aucune équipe a su emballer. La réalité, c'est que la Russie est rentré bien réveillé dès le début du match et a marqué rapidement. Quant au Portugal, les peu de fois où les joueurs se sont réveillés ils n'ont jamais eu assez de lucidité pour arriver aux buts d'Akinfeev.

Montrer un autre visage le soir de sa 100ème

La Russie prend la tête du groupe F avec trois points d'avance sur le Portugal qui passe donc sa 18ème année sans gagner ses trois premiers matchs de qualifications. Dans un groupe à deux, la perte de point face à l'adversaire direct peut-être fatal, mais ce qui l'est d'autant plus c'est de perdre des points contre les autres équipes du groupe. Le Portugal a bien failli laisser deux points contre le Luxembourg et contre l'Azerbaidjan. C'est pour cela que Mardi soir prochain à l'Estadio do Dragão le Portugal de Cristiano Ronaldo qui passera centenaire comme Luis Figo et Fernando Couto devra absolument rassurer le peuple portugais qui aimerait éviter une fois de plus de finir deuxième et par conséquent devoir jouer les barrages.
Après s'être tranquillement imposé 2-0 face à l'Israel et 4-1 contre l'Irlande du Nord c'est sans se fatiguer que la Russie gagne son troisième match face à l'adversaire le plus difficile du groupe. Les hommes de Fabio Capello aborde donc sereinement le match de Mardi contre l'Azerbaidjan.