Le Barça, tout ou rien

Dauphins du Real Madrid, le FC Barcelone avait refait son avance sur les madrilènes. Aujourd'hui, le clasico, qui se joue au Camp Nou, oppose Barcelone, deuxième à quatre points de Madrid, premier. Un match qui déterminera sûrement le vainqueur du championnat.

Le Barça, tout ou rien
Le Barça, tout ou rien

C'est un match à ne pas manquer pour les hommes de Josep Guardiola. Distancés de dix points par leurs plus grand rivaux madrilènes il y a de ça quelques journées, Barcelone avait refait son avance en terrassant les autres équipes de la Liga et en profitant des contre-performances du Real Madrid (nul face à Valence par exemple). L'issue de ce match est crucial pour obtenir la couronne sacrée : le titre en Liga.

Les enjeux

Depuis quelques années, le clasico sert à boucler le titre final pour les catalans. En effet, les hommes de Guardiola prenaient le large au classement et assouvaient leur avance sur l’ennemi madrilène lors d’un clasico trépide. Aujourd’hui, les rôles ont changés, le Real Madrid pointaient à dix points d’avances sur le Barça il y a quelques semaines, on reprochait aux blaugranas de ne pas avoir cet esprit conquérant pour remonter cette distance, on se prenait même à croire à l’humiliation suprême en pensant à un pasillo au Camp Nou. Alors que Guardiola ou autre affichaient un pessimisme de taille, le Real se faisait accroché par trois fois ce mois-ci, et aujourd’hui, le match le plus important de l’année peut permettre au Barça de se relancer de plus belles dans la course au titre. L’enjeu est de taille, tout ou rien. L’entraîneur catalan affirme d’ailleurs que si le Barça ne gagne pas, « le titre est perdu », les blaugranas devront donc se livrer corps et âmes dans cette bataille pour revenir à un seul point du Real Madrid, et continue de croire à une 4éme Liga consécutive.

La forme du moment

Le Barça est une sur bonne dynamique en Liga, après la défaite face à Osasuna, les hommes de Guardiola ont enchainés onze succès consécutifs dans le championnat espagnol. Seulement, à l’image de cette semaine, les blaugranas ont du mal à s’imposer offensivement. Samedi dernier, ils étaient tenus en échec par Levante jusqu’à la 75éme minute, finalement les joueurs réussirent à trouver quelques espaces pour égaliser, un penalty litigieux dans les dernières minutes leur permit d’obtenir les trois points mais le jeu offensif proposé ne fut vraiment pas glorieux. Contre Chelsea en Ligue des Champions, les catalans se retrouvèrent de nouveau face à une défense serrée, et impossible pour eux de trouver la faille, les ratés d’Alexis Busquets et Fabregas sont vraiment inquiétants. Pourtant, les hommes de Guardiola ont tentés, 24 tirs dans un seul match, mais la réussite face au but ne fut pas de la partie. Une victoire tiré par les cheveux et une défaite dans la semaine précédent le clasico, le Barça a peur de se retrouver dans la même problématique. Il faudra être plus efficace devant, accélérer le jeu et ne pas attendre milles occasions pour réussir à marquer. Ils pourront compter sur la force d’un clasico pour les transcender, il faut rappeler que Guardiola a gagné 5 matchs face à Mourinho en Liga pour un seul nul, en seulement 10 matchs la machine offensive catalane s’est boostée, avec 21 buts marqués.

Dans la peau de Guardiola

L’exigence demandée est haute. Le Barça joue sa saison sur ces deux derniers matchs, et devrait donc aligner son onze de Gala. Avec Alexis touché, l’entraineur catalan a plusieurs possibilités qui s’ouvrent à lui. Le Barça devra chercher à bouger la défense du Real Madrid, il ne serait donc pas anormal de retrouver Pedro entre les défenseurs centraux. L’espagnol trouve parfaitement les espaces et ouvre les dernières lignes à Messi, un rôle qui avait était ultra-important lors du premier match (score 1-3 au Bernabéu). Dans cette même lignée, Guardiola demandera à ses latéraux d’apporter du soutient sur les côtés pour ouvrir la largeur et être plus transcendant. Alors même sil l’on s’attend à un 4-3-3 « classique », l’entraineur catalan qui joue tout sur ce match pourrait tenter d’aligner une défense à trois en récupérant Pique dans son onze, écarté dernièrement, et en avançant Alves. Cesc pourrait aussi jouer plus en haut, ou alors être reposé pour Keita. Dans ce cas là, Guardiola jouerait l’offensive tout en assurant un onze compacte à l’entrejeu. Mais l’entraineur catalan a plutôt bien géré son effectif cette saison, les blessures récurrentes ont permis de tourner, face à un Real qui tire un peu la langue, la pression offensive pourrait étouffer les madrilènes c’est pourquoi on peut réellement croire à une défense à trois du côté du Barça.

Ils pourront faire la différence

Personne ne se surprendra en lisant le nom de Lionel Messi dans cette partie. Le prodige du Barça, Ballon d’Or, est très souvent décisif dans les clasico. 13 buts en 17 matchs, à un but d’égaler le record de César en clasico, et lorsque l’argentin ne marque pas, il distribue des passes décisives, comme l’indique Xavi « Messi fait toujours la différence lors des clasicos ». Pourtant cette année, le blaugrana n’a pas marqué face au Real Madrid dans les trois rencontres les opposants, mais devant son public, Léo devrait une nouvelle fois se surpasser. Ce même public jouera aussi un rôle prépondérant, l’ambiance électrique qui se prévoit devrait donner des ailes à une équipe qui cherche plus que tout la victoire. Réponse ce soir.