Groupe D : Le Real est bien trop grand

La malédiction de Gerland s'est terminée ce soir et solde la qualification directe du Real Madrid en huitièmes de finale. La deuxième place est encore jouable pour les Gones. Ce soir, les hommes de Rémi Garde ont proposés quelque chose de bien mieux qu'il y a deux semaines, mais les madrilènes étaient tout de même supérieurs.

Groupe D : Le Real est bien trop grand
Groupe D : Le Real est bien trop grand

Avec un défense recomposée, Lass, Ramos, Pepe y Coentrão, Mourinho aligna Alonso et Khedira au milieu de terrain et une attaque dynamique composée de Di Maria, Ronaldo, Özil et Benzema. Le Real Madrid venait à Gerland pour prendre les trois points ainsi que son ticket pour les huitièmes de Ligue des Champions.

De son côté l'Olympique Lyonnais, pénalisé aussi par les blessures, tenta dès les premières minutes de rivaliser avec le Real. Ce ne fut malheureusement qu'un feu de paille. Au fur et à mesure que les minutes s'écoulaient, les madrilènes progressaient dans la surface adversaires, et les Gones subissaient de plus en plus. Le collectif du Real Madrid s´est transformé.

L'équipe de Mourinho transmet tellement de sécurité collective que le rôle du soliste Cristiano Ronaldo a changé.. L'attaquant portugais n'est plus indispensable. Aujourd'hui c'est une pièce de plus au puzzle de l'efficacité. Une pièce très précieuse évidemment, destinée à voler au-dessus des autres lors de contres attaques éclairs, à frapper des coup franc majestueux comme celui qui permit d'ouvrir le score et à exécuter des penaltys pour sceller une victoire. Auteur d'un doublé, CR7 est passé à 101 buts sous le maillot blanc. Un chiffre extraordinaire puisqu'il ne lui fallut que 103 matches pour l'obtenir. Si aujourd'hui Ronaldo n'est plus l'axe unique autour duquel tournent les espérances madridistas, son nouveau jeu et ses bijoux font encore rêver.

L'orchestre du Real Madrid, c'est Xabi Alonso. Un maître tacticien et technicien, chaque match de l'espagnol est un récital avec comme cerise sur le gâteau, un Özil majestueux. Cela faisait longtemps qu'on n'avait pas vue l'allemand aussi brillant dans un match. Ses décalages et ses passes entre les lignes furent un régal pour les yeux.

Après une première mi-temps parfaite et un score de 1 à 0, le Real Madrid se relâcha. Les lyonnais cherchèrent à revenir au score par tous les moyens, on assista alors à un match ouvert. Le match pouvait basculer d'un côté comme de l'autre, l'énervement d'Iker ou bien la barre de Briand illustre l'insistance lyonnaise pour égaliser. La prestation des hommes de Rémi Garde fut à la hauteur de la rencontre, bien différente à celle vu il y a deux semaines. Mais, la différence entre le Real et Lyon est aujourd'hui bien réelle, de l´eau est passée sous les ponts.

Un penalty sur Ronaldo (certains le qualifierons de douteux) cloua le match. Le score n'évolua pas. Rémi Garde évoquera l´impuissance ressenti, en effet L'Olympique Lyonnais a fait preuve d'intention ce soir, mais le Real Madrid de talent. Seule équipe qui comptabilise quatre victoires en quatre matchs, le Real Madrid n´a toujours pas encaissé de buts en Ligue des Champions. Des statistiques qui épatent.

Dans l'autre match du groupe, l'Ajax a explosé le Dinamo de Zagreb. Avec 3 points de plus que Lyon, la prochaine rencontre s'annonce extrêmement importance pour la deuxième place. Pour les Gones, tout est encore jouable.