Osasuna découronne le Barça

Dans son antre du Reyno de Navarra, Osasuna domine et gagne le FC Barcelone sur le score de 3 à 2. Le FC Barcelone dit très certainement adieu à son titre de champion d'Espagne.

Osasuna découronne le Barça
Osasuna
3
2
FC Barcelone
Osasuna: Andrés Fernández, Marc Bertrán , Sergio, Flaño, Raitala, Cejudo, Nekounam, Puñal, Nino (Lolo 77e), Raúl García (Damia 90e) , Lekic (Baldé 71e)
FC Barcelone: Víctor Valdés; Alves, Piqué (Cesc 71e), Puyol (Cuenca 46e)), Abidal; Mascherano, Thiago, Sergi Roberto; Alexis, Messi, Pedro (Tello 46e)
SCORE: Lekic (4e, 22e) Alexis (50e) Raul Garcia (55e) Tello (72e)

Le FC Barcelone n’a plus le droit à l’erreur s’il veut encore espérer remporter le titre, le déplacement à Pampelune pour affronter Osasuna fait parti des voyages les plus compliqués. Osasuna a toujours eu la réputation d’une équipe rugueuse à domicile. Cette saison l’équipe navarraise développe en plus un jeu intéressant avec Raúl García à la baguette, permettant aux Navarrais de prétendre à la qualification européenne.

La coupe d’Europe approchant, Guardiola débute le match en laissant Xavi, Iniesta et Cesc sur le banc pour les laisser souffler après les matchs de Copa del Rey qui ont densifié le calendrier. Comme prévu, Osasuna débute le match avec de l’intensité mais aussi des ambitions dans le jeu en tentant de développer du jeu sur une pelouse de mauvaise qualité, la faute au froid.

Les joueurs d’Osasuna vont être rapidement récompensés de leur bonne entrée dans le match, Lekic ouvrant le score sur un bon service de Raúl García dès la 4e minute. Les joueurs du FC Barcelone essaient alors de mettre en place leur jeu mais sont totalement bloqués par le système défensif d’Osasuna. Les Catalans n’arrivent pas à arriver dans la surface de réparation navarraise, la défense d’Osasuna coupant à la perfection les bandes, empêchant ainsi le Barça de développer ses attaques à partir des ailes avec Pedro, Dani Alves ou encore Alexis.

Osasuna va finalement marquer un second but. Alors que le FC Barcelone est de plus en plus méconnaissable, les rojillos reprennent le jeu à leur compte. Raúl García décale le jeu sur Cejudo qui trouve Lekic dans la surface, l’attaquant serbe n’a plus qu’à fusiller Victor Valdès (22e). Le reste de la première mi-temps est toujours étonnant côté catalan, les joueurs confondant vitesse et précipitation se débarrassent même du ballon sur de longs ballons, chose rare du côté du Barça de Guardiola.

En seconde mi-temps les joueurs du Barça reviennent sur le terrain décidés à mettre plus d’intensité dans leur prestation, ce qui a certainement fait la différence lors des premières 45 minutes. Ils peuvent espérer revenir dans le match lorsque Alexis ouvre le compteur but du Barça(50e). Alors que ce but semble lancer la révolte catalane, le Barça encaisse un nouveau but, œuvre de Raúl García à la conclusion d’un centre de Nino (55e).

Finalement, c’est à partir de ce but que le FC Barcelone va jouer à son meilleur niveau. Amené par ses jeunes joueurs comme Cuenca, Thiago et Tello, le Barça va se montrer plus incisif et inspiré. Passant à une défense à trois ils vont se procurer des occasions mais en concéder aussi, ce qui peut leur coûter définitivement le match, les navarrais touchant la transversale de Valdès. A la 72e minute, Tello marque un joli but plein de sang froid. Décalé sur la droite, il efface un défenseur et envoie le ballon au fond des filets. Mais ce réveil est assez tardif, surtout face à un des meilleurs gardiens du championnat espagnol cette saison, Andrés Fernández. A plusieurs reprises il s’oppose avec toute sa classe aux actions barcelonaises.

Le temps s’écoulant éloigne le FC Barcelone du titre. Même une égalisation ne servirait pas à grand-chose dans la course pour le titre face au Real Madrid qui a déjà 7 points d’avance. Une égalisation qui ne viendra même pas, Osasuna réussit à faire tomber le FC Barcelone et se propulse dans les places européennes.

Les Catalans confirme leur grande faiblesse à l’extérieur cette saison. Déjà qualifiés pour la finale de la Copa del Rey, les hommes de Guardiola peuvent désormais se concentrer sur leur parcours européen, car ils ne peuvent raisonnablement plus rien espérer en championnat.