Sujets du jour:
Connect with facebook

Magnifique match nul !

Il y a des matchs nuls que l'on aimerai revoir! Celui-ci fait partie de cette catégorie. L'Italie et l'Espagne se sont neutralisé au cours d'une partie disputée, accrochée et parfois rugueuse. Di Natale et Fabregas ont fait vibrer le stade.

Magnifique match nul !
Italie
1
1
Espagne
Italie: Buffon - Maggio, Chiellini, De Rossi, Bonucci, Giaccherini - Pirlo, Thiago Motta, Marchisio - Cassano, Balotelli Remplaçants : Sirigu, De Sanctis, Ogbonna, Balzaretti, Abate, Barzagli, Montolivo, Diamanti, Nocerino, Di Natale, Borini, Giovinco Entraineur : Prandelli
Espagne: Casillas (Cap) - Arbeloa, Sergio Ramos, Piqué, Jordi Alba - Busquets, Xavi, Iniesta - Xabi Alonso, Silva, Fabregas Remplaçants : Victor Valdes, Reina, Raul Albiol, Javi Martinez, Juanfran, Cazorla, Navas, Pedro, Torres, Negredo, Mata, Llorente Entraineur : Del Bosque
SCORE: 1-0 : 61m, Di Natale 1-1 : 64m, Fabregas
ARBITRE: Viktor Kassai Cartons : Italie : Maggio, Bonucci, Chiellini, Balotelli Espagne : Alba, Arbeloa
ÈVÉNEMENTS: Euro 2012, premier match du groupe C, Arena Gdansk

 

A l’annonce des compositions, une stupeur surgie dans le stade. Pas de Torres…L’Espagne va donc affronter la Squadra Azzura sans attaquant de pointe ! La défense centrale italienne, composée de Chiellini, De Rossi et Bonucci, devra donc se contenter de museler David Silva, Iniesta voir Fabregas…Plus que jouable ! Côté Italie, 6 joueurs de la Juventus défendront l’honneur d’un pays au cœur d’un énième scandale de matchs truqués.

Une première mi-temps accrochée

Dès les premières minutes, l’Espagne se met en mode « Barça », avec une possession de balle proche des 70%. Mais il manque un génie en attaque, du nom de Lionel Messi…Personne n’arrive à faire la différence dans l’excellente arrière garde italienne. Les latéraux espagnols ne participent pas aux phases offensives et il manque clairement un attaquant au sein de la défense italienne afin de les surprendre. Les espagnols développent un jeu pro Barcelone mais lorsque les ballons arrivent dans les pieds espagnols, la défense centrale italienne est toujours présente, par l’intermédiaire de De Rossi ou Chiellini pour dégager le danger. Mais après une vingtaine de minutes, le match s’équilibre et les italiens jouent de plus en plus. C’est eux qui vont avoir les plus belles occasions de cette première mi-temps. La première dès la 23ème minute, lorsque Cassano déborde côté droit, servi par Marchisio. L’attaquant croise son tir mais Casillas se détend  et le ballon ne touche personne puis échoue à quelques centimètres derrière le poteau. Ensuite, Cassano, bien servi dans l’axe, se met sur son pied droit, mais sa frappe appuyée est difficilement repoussée par Casillas, d’une façon assez surprenante. A la 36ème minute, Cassano, encore lui, déborde côté gauche, son centre trouve Marchisio qui reprend de volée des 20 mètres, mais Casillas était sur la trajectoire. Pour finir, à la 45ème minute, Maggio déborde sur le côté droit et centre pour Thiago Motta dans l’axe et esseulé, il smash la balle de sa tête, et Casillas se détend magnifiquement puis détourne se ballon d’une main ferme. Les espagnols et les transalpins jouent très physiques, plusieurs coups sont donnés et le seul carton jaune du match aura été pour Balotelli (37ème) après de multiples fautes.  Pour conclure, ce match est finalement très intéressant mais très serré. Les espagnols veulent jouer comme le « Barça » mais personne n’arrive à faire la différence. Ce sont d’ailleurs les italiens qui ont eu les meilleures occasions, butant systématiquement sur un excellent Casillas.

Deuxième période spectaculaire !

Après une première période très animée mais assez pauvre en occasion, nous allons vivre la deuxième mi-temps la plus spectaculaire de cet euro ! Dès la 49ème minute, le jeu espagnol se met en place et Fabregas des 25 mètres frappe mais Buffon détourne déjà une première tentative espagnole. Quelques minutes plus tard, va se dérouler le tournant du match. Balotelli a un contre favorable face à Sergio Ramos, il se présente seul face à Casillas mais il y va tranquillement, trop tranquillement et Ramos a même le temps de revenir…Incroyable erreur de la part de « Super Mario »…Prandelli devient fou sur le banc et deux minutes après, Di Natale, le meilleur buteur du championnat italien fait sa rentrée. Et il ne lui faudra que quelques minutes avant d’ouvrir le score. Quatre exactement. Grâce à une ouverture majestueuse et millimétrée de Pirlo, Di Natale, lancé en profondeur suite à un superbe appel, frappe de l’intérieur du droit et le ballon finit sa course dans le petit filet de Casillas…L’Italie joue bien et mène 1-0 face aux champions d’Europe. Mais après ce but, les italiens s’effritent totalement. Trois minutes après l’ouverture du score, Fabregas égalise. Silva glisse bien le ballon dans l’intervalle et le barcelonais trompe Buffon dans la surface de la Squadra Azzura. L’Espagne revient à hauteur sans avoir eu à douter. Sur leur seule erreur défensive, les italiens sont pris à revers. Italie : 1 - Espagne : 1.

Les italiens ne touchent plus un ballon, souffrent et utilisent des moyens de défense non homologué. C’est logiquement que Bonucci, Chiellini et Maggio écoperont de cartons jaunes. Les espagnols jouent de mieux en mieux, la rentrée de Jesus Navas fait énormément de bien et annihile totalement Giaccherini. En revanche, Torres, entré en jeu à la 74ème minute, aura eu des occasions de briller. Mais l’attaquant espagnol est tombé sur un Buffon en état de grâce. Bien lancé en profondeur, une minute après son entrée, Torres se fait chiper le ballon dans les pieds par Buffon, tel un défenseur. Deux minutes plus tard, sur un contre, Giovinco envoi une merveille de centre pour Di Natale qui reprend d’une volée acrobatique, mais sa tentative passe de très peu à côté. Pour finir son show de tentatives loupées, Torres se retrouve seul face à Buffon, il peut la donner à Jesus Navas sur sa droite, mais il préfère lober le portier italien…Sans succès, le ballon finit au-dessus ! La dernière action sera de nouveau espagnole, avec un Xabi Alonso qui tentera une lourde frappe des 20 mètres, mais sa frappe est trop croisée, même si Buffon était très vigileant. L’arbitre clos les débats au terme d’une sublime seconde période.

 

En clair, nous venons de vivre un magnifique match entre les deux équipes phares de cette poule C. Les espagnols ont eu du mal à lancer leur match, les italiens ont surprit. Après l’ouverture du score, les transalpins ont craqué, mais ramènent tout de même le nul. Côté joueur, les contre-performances de Balotelli et Torres remettent en cause leur participation aux prochains matchs. Mais que le football est beau quand il est joué de la sorte !