Sujets du jour:
Connect with facebook

La Benzema-dépendance

Troisième volet de cette revue d'effectif avec cette fois les ailiers et les attaquants de l'équipe de France.

La Benzema-dépendance
Benzema, une nouvelle fois énorme contre l'Estonie

Ribéry: Francky est de retour ! Car si Kaiser Franck brille de mille feux sous les couleurs du Bayern de Munich, cela a été beaucoup plus difficile en équipe de France. Avec 12 buts et 12 passes cette saison, Ribéry a été un des grands hommes du Bayern cette saison. Une très bonne saison donc pour le français, malgré les cuisants échecs du Bayern ( le championnat et la coupe ont été abandonnés à Dortmund, et défaite en finale de la Ligue des Champions en finale dans leur Allianz Arena). Mais la vie en équipe de France n'est pas aussi tranquille pour "Francky" que sa vie au Bayern. Car depuis la Coupe du Monde 2006 où, encadré par un Zidane en pré-retraite, le marseillais s'était révélé aux yeux du grand public, le parcours de Ribéry en équipe nationale est chaotique. Avec en point d'orge cet épisode de Knysna dont il a été un des investiguateurs. Critiqué, rabaissé, Ribéry a su transformer toutes ces ondes négatives pour revenir en force au meilleur moment: juste avant l'Euro. Alors, le mal-aimé deviendra-t-il le héros de toute une nation?

 

Ménez: Son retour en France lui a fait du bien. Et il lui a surtout (ré)ouvert les portes de l'équipe de France. Issu de cette si belle génération 87', Ménez a mis un peu plus de temps à confirmer que ses petits camarades. Parti se perdre à la Roma, il a effectué un retour salvateur en France l'année dernière, en rejoignant les nouveaux riches du PSG. Avec 6 buts et 10 passes cette saison, Ménez a été un élément incontournable du trident parisien (Nene Pastore Ménez) et peut même se targer d'avoir réussi une bien meilleure saison que Pastore et ses 43 millions. De retour en équipe de France, il doit se satisfaire de son rôle de remplaçant et profiter des 10/15minutes qu'il joue pour faire ses preuves. Mais sa volonté de bien faire lui joue des tours. Sa réputation de joueur personnel aussi. Ainsi le parisien a tendance à tout vouloir faire tout seul, prendre la balle dribbler toute la défense adverse, la gardien et rentrer dans la cage vide avec le ballon. Sifflé au Mans lors de son entrée contre l'Estonie, il lui faudra se montrer bien plus collectif en Ukraine pour espérer faire la différence en fin de match.

 

Valbuena: Malgré ses 9 buts et 16 passes toutes compétitions confondues, le luttin marseillais ne peut être satisfait de sa saison. Très bon jusqu'à la trève hivernal, Valbuena a complètement dsiparu à partir de janvier, à l'image de son équipe. Moins en mouvement, moins précis, moins en réussite, l'aillier de poche a complètement décroché, perdant le fil de la saison et se résignant très tôt à une fin de saison calvaire pour son équipe. Mais il peut quand même se révéler utile pour cet Euro. Sa vivacité, son explosivité et ses dribbles déroutants peuvent faire très mal aux adversaires. Surtout s'il se retrouve remplaçant et entre pour le dernier quart-d'heure, alors que les défenseurs adverses n'ont plus grand chose dans les chaussettes. Titulaire ses derniers temps sur le flanc droit de l'attaque française, reste à voir si Valbuena entamera cet Euro dans la peau du titulaire, ou s'il se fera pousser sur le banc par un Nasri souhaitant évoluer sur ce côté droit.

 

Ben Arfa: Il effectue lui aussi un retour fracassant en équipe de France. Issu de la génération '87 (comme Ménez, Nasri, Benzema), il s'était un peu perdu en route. Entre ses caprices de divas et ses envies d'ailleurs alors qu'il était à Marseille, HBA n'avait plus vraiment la tête au foot. Mais son départ à Newcastle a relancé sa carrière. Blessé durant la préparation, Ben Arfa manque le début de saison. Mais ce n'est que pour revenir plus fort. Auteur de gestes de grande classe, de dribbles foudroyants et de chevauchées improbables, Ben Arfa régale tout le monde à Newcastle, des fans à ses coéquipiers, en passant par son coach, Alan Pardew, qui n'a cessé de vanter les mérites du feu follet français comme après ce but incroyable contre Blackburn après avoir passé en revu toute la défense adverse avant de marquer, ou bien ce but contre Bolton où il part de son propre camp, dribble ses adversaires les uns après les autres avant de marquer. Maintenant, à lui d'exporter son football sous le maillot bleu.

 

Benzema: C'est LA star de l'équipe de France sous l'ère Laurent Blanc. Et pourtant c'était mal parti. Après avoir quitté Lyon pour le grand Real, Benzema vit des moments difficiles. Adulé et respecté à Lyon, il se retrouve dans un edes meilleures équipes du monde, avec une grosse concurrence. Laurent Blanc avait décidé de faire de Benzema son attaquant star en équipe de France. Problème: Benzema n'était pas titulaire à Madrid à l'arrivée de Lolo comme sélectionneur, et Blanc clame haut et fort que la condition indispensable pour être titulaire avec la Franc est d'être titulaire en club. Il fait quand même confiance au madrilène et, face au manque d'ataquant de classe internationale en France, maintient Benzema comme titulaire. Et c'est tout ce  dont il avait besoin, la confiance de son selectionneur. Car cette année 2010 marque le début de la montée en puissance de Benzema, qui a réussi à pousser Higuain sur la touche grâce à des prestations et des statistiques de grande classe. Malgré une demi saison comme remplacant, il finit avec 26 buts toutes compétitions confondues en 2010-2011, et 32 buts la saison suivante. Ses prestations en équipe de France sont presque du même acabit, à l'image de sa prestation exceptionnelle contre l'Estonie, ponctué de 2 buts et une passe décisive. Ce sont ainsi pas moins de 7 buts et 6 passes que Benzema a réalisé depuis l'arrivée de Laurent Blanc, soit une implication dans 35% des buts de son équipe.

 

Giroud: C'est la révélation française avec Debuchy. Et pourtant, vu la réussite de Benzema en ce moment, il ne fait pas bon être attaquant français en ce moment. Mais Olivier Giroud est bien loin de tout cela. Pour sa première saison en L1, il a emmené Montpellier vers le titre de champion de France, et a même fini meilleur buteur et 4ème meilleur passeur. Les chiffres parlent d'eux même: avec 21 buts et 9 passes décisives, le montpelliérains et le deuxième homme le plus efficace du championnat de France derrière le phénomène Hazard. De quoi le propulser directement doublure de Benzema en Equipe de France, envoyant Gameiro, plutôt décevant cette saison, en vacances plus tôt que prévu. Mais surtout Giroud possède plusieurs cordes à son arc. Il est d'ailleurs le seul attaquant français à pouvoir jouer le rôle d'attaquant en pivot, et dévier de bons ballons pour ses ailiers (ou Benzema dans le cas d'une association Giroud Benzema en attaque). Capable de marquer aussi bien du pied que de la tête, en force ou en finesse, Giroud est un attaquant complet qui pourrait très bien se révéler un peu plus durant cet Euro. Et pourquoi pas obliger Laurent Blanc à associer ses deux attaquants.