Sujets du jour:
Connect with facebook

La Squadra fait du sur-place

Ce soir à Poznan L'équipe d'Italie affrontait les surprenants Croates, pour le compte de la deuxième journée du groupe C. Après un nul encourageant contre les tenants du titre espagnoles, les transalpins devaient confirmer contre le leader du groupe, vainqueur 3-1 de l'Irlande lors de la première journée.

La Squadra fait du sur-place
Italie
1
1
Croatie
La Squadra fait du sur-place

Cesare Prandelli lance les mêmes hommes, dans le même schema tactique que contre l'Espagne. A la surprise générale, c'est Mario Balotelli, si peu convainquant lors du premier match, qui lance les hostilités à la 3' : sur une bonne passe de Giaccherini, le mancunien, dos au but, se tourne et frappe du gauche, non cadré. La Nazionale va monopoliser le ballon durant les quinze premières minutes, avec, bien-sûr, Andrea Pirlo à la baguette. Les tentatives de Marchisio (10') et encore une fois, Balotelli (15') à l'entrée de la surface ne donnent rien, mais ce sont bien les champions du monde 2006 qui font le jeu. Il faut ainsi attendre la 19' pour voir une première véritable incursion croate : sur un centre-tire de Srna dans la surface, Jelavic tente de couper la trajectoire du ballon, Buffon intervient, inextremiste.

La Croatie sort enfin du bois, et tente plus de choses, nottament sur contre, mais la défense italienne est en place et repart de plus belle à l'attaque : Cassano croise un peu trop sa frappe à la 32', et sert ensuite Marchisio dans la surfface, qui rate son duel avec le gardien croate par deux fois (36'). La lumière viendra sur coup de pied arrêté : Balotelli, très en vue dans ce match ( et ça fait plaisir) provoque une faute à l'entrée de la surface, légèrement excentré. C'est le spécialiste Andrea Pirlo qui tire ce coup franc, parfaitement brossé, seulement éfleuré par le portier croate : 1-0 pour l'Italie.

La seconde période est plus équilibrée, deux frappes lointaines de Bonucci et Balotelli n'inquiètent pas des croates plus solides, et plus entreprenants que lors du premier acte. Les transaplins se relâchent, et le payent à la 71' : sur un centre venant de la gauche, la défense "azzurra" se troue et laisse Mandzukic seul au second poteau, qui ajuste Buffon. Poteau rentrant imparable, 1-1. Les dernières minutes seront pour la Croatie, plus physique et plus en jambe. L'Italie tentera par ses nouveaux entrants (Giovinco, Montolivo et Di Natale) de reprendre l'avantage, en vain. C'est même les blancs et rouge qui se procurent l'ultime occasion sur une frappe lourde, repoussée péniblement par Buffon (95')

L'Italie peut nourrire de sérieux regrets, tant ils avaient la place de remporter ce match, mais c'était sans compter sur des croates accrocheurs et motivés jusqu'au bout.