Nasri : qui sème le vent récolte la tempête

Nasri : qui sème le vent récolte la tempête

Alors que le Citizen fête aujourd'hui ses 25 ans, il pourrait voir cet anniversaire gâché par une suspension de deux ans en Equipe de France après de multiples incidents lors de l'Euro 2012.

 

Tout commence par un doigt sur la bouche, en guise de célébration de but lors de France-Angleterre (1-1). Alors qu'il rejoignait les vestiaires, Samir Nasri, surnommé "le petit prince de Marseille", ne s'est pas caché pour expliquer son geste. Les téléspectateurs avaient pu lire sans problème "Ferme ta g..." sur les lèvres du joueur français. Le milieu de terrain de Manchester City, tout juste auréolé du titre de champion d'Angleterre, expliqua que cette "célébration" était adressée aux journalistes de L'Equipe, ceux qui l'avaient critiqué.
 
Après une prestation bien terne face à la Suède (défaite 0-2), Nasri avait réédité une faible performance en quarts de finale, face à l'Espagne, cette fois-ci. La Roja, déjà dure à battre, était quasiment imbattable avec ce genre de prestation. Encore une fois, Nasri s'est fait remarquer, et ce non pas pour son jeu, mais pour son vocabulaire bien développé. Alors qu'un journaliste de l'AFP lui demande à chaud une réaction sur le match dans le couloir menant aux vestiaires, Samir dégaine. "Vous les journalistes, vous cherchez toujours la m...". Un communiqué de l'AFP dans la soirée retraçant l'histoire, indique que le journaliste "lui répond poliment que dans ces cas là, ses commentaires ne l'intéressent pas". Mais la vraie version (qui n'excuse en rien le comportement de Samir Nasri, qui porte le maillot tricolore, maillot de tout un pays derrière son équipe) raconte que le rédacteur lui aurait répondu "hé ben casse-toi alors..". Le Citizen serait alors revenu sur ses pas, et lui aurait asséné "Ah ouais ? Viens là bas on va s'expliquer. Va n... ta mère fils de p... ! Comme ça tu pourras dire que je suis malpoli !".
 
Le lendemain de l'évènement, et donc le lendemain de la piètre élimination des Bleus, malgré leur auto-satisfaction affichée, toute la presse française et anglaise blâme le joueur pour ses propos virulents, indignes d'un joueur de niveau international. Alors que Laurent Blanc et Noël Le Graët préféraient dans un premier temps jouer la carte de "la réaction à chaud, la déception de l'élimination, le fort caractère du personnage", la FFF pourrait revenir sur ses pas, notamment suite aux interventions de membres du Comité Exécutif, et suspendre le joueur de l'Equipe de France durant deux ans.
 
Hier, un sondage L'Equipe montrait la colère des français, puisque 56% des interrogés se disaient désireux de voir Samir Nasri radié à vie des Bleus. Affaire à suivre.