Naples bat Palerme tranquillement

Le Napoli n'a guère eu à forcer son talent pour disposer de siciliens guère au mieux

Naples bat Palerme tranquillement
Naples
2
0
Palerme
Naples: De Sanctis - Fernandez (Britos 85ème), Cannavaro, Aronica - Maggio, Gargano, Inler, Hamsik (Dossena 81ème), Zuniga - Pandev (Lavezzi 76ème), Cavani
Palerme: Viviano - Pisano, Munoz, Labrin, Milanovic (Zahavi 63ème) - Bertolo (Aguirregaray 70ème), Donati, Migliaccio, Barret - Ilicic (Mehmeti 50ème) - Hernandez
SCORE: Cavani (1-0, sur pénalty, 15ème), Hamsik (2-0, 35ème)
ARBITRE: Arbitrage de M. De Marco - Avertissements pour Maggio et Labrin
ÈVÉNEMENTS: Série A - 36ème journée - Stade San Paolo à Naples

L’entraîneur de Naples, Mazzarri aligne une équipe en 3-5-2, avec cette fois Pandev associé devant à Cavani et Hamsik repositionné au milieu de terrain. Quant à Lavezzi, il est encore relégué sur le banc. De son côté, l’entraîneur de Palerme, Mutti, positionne lui son équipe en 4-4-1-1 mais doit se passer de son capitaine Miccoli.

Très rapidement, le Napoli prend l’avantage. Pandev frappe, son ballon rebondit sur le pied puis ensuite sur le bras de Milanovic. Le pénalty quelque peu généreux est accordé. Cavani le transforme (1-0, 15ème). Une vingtaine de minutes plus tard, Pandev offre ensuite un caviar par dessus la défense à Hamsik, qui contrôle et ajuste Viviano (2-0, 35ème). C’est le score à la mi-temps.

Les siciliens ont eu du mal à surnager et vont tenter de réagir en début de seconde période malgré la sortie d’Ilicic sur blessure suite à un tacle appuyé de Cannavaro. Mais quelques coup-francs bien placés et des centres dans le paquet n’inquiètent guère la défense napolitaine. Juste à signaler un but d’Hernandez refusé pour hors-jeu. Naples qui se contente d’opérer en contre, Cavani manquant d’ailleurs une bonne occasion.

Les changements de fin de match ne changeront rien de part et d’autre. Naples confirme sa belle forme en enchaînant une troisième victoire de suite et conforte son ambition pour la troisième place. De son côté, Palerme confirme sa saison difficile et n’est pas encore mathématiquement sauvé.