Première salve pour les huitièmes

La dernière ligne droite de la Ligue des Champions commence cette semaine avec quatre matchs allers des huitièmes de finale. Les autres matchs auront lieu la semaine prochaine.

Première salve pour les huitièmes
Première salve pour les huitièmes

Les matchs de mardi

Bayer Leverkusen - FC Barcelone

Sorti d'une poule délicate, le Bayer Leverkusen n'a guère eu de chance au tirage puisque c'est bien le tenant du titre catalan qui se présente mardi à la Bayarena. Distancé en Bundelsiga, le Bayer a fort peu de chance de retrouver la C1 l'an prochain. Nul doute que les allemands voudront prolonger au maximum la présente aventure, ou au moins en sortir la tête haute. Leverkusen sera privé de Ballack qui s'est blessé dimanche, mais l'ancien international aurait de toutes façons pris place sur le banc, comme souvent ces derniers temps.

Guardiola

Le FC Barcelone ne semble plus aussi surnaturel que l'an passé. La défaite de samedi a sans doute sonné le glas des espoirs de titre en Liga. L'entraîneur catalan avait d'ailleurs choisi de faire tourner son effectif, notamment au milieu, ce qui indique fortement l'ordre de ses priorités actuelles. Seule la victoire en Ligue des Champions pourra, un peu, atténuer la déception logique de voir le rival madrilène redevenir Roi d'Espagne. L'obstacle allemand ne semble guère insurmontable, à condition de ne pas rater la première marche. Pour cela, Guardiola peut compter sur l'ensemble de son effectif, hormis Villa, même si Busquets semble incertain.

Olympique Lyonnais - Apoel Nicosie

Sortie des poules d'une manière pour le moins extravagante, Lyon n'en finit pas de souffler le chaud et le froid. Qualifié dans les deux coupes nationales grâce à des retournements de situations épiques, Lyon a cependant perdu en championnat face à Caen ce qui complique son parcours en Ligue 1. La Ligue des Champions est l'occasion de redorer un blason quelque peu terni ces dernières saisons. Cela commence bien sûr par un match maîtrisé à domicile ce qui nécessite une rigueur défensive mise à mal par les blessures (Lovren est toujours absent, Mensah vient juste de reprendre)  par toujours compensées par un Cris vieillissant.

 

    

 

L'adversaire des lyonnais est la surprise de l'année. Novice à ce niveau, l'Apoel Nicosie en est d'autant plus dangereuse car n'ayant rien à perdre. Même si Nicosie présente des statistiques moyennes (seulement 6 buts marqués en phase de poules), son jeu en mouvement a beaucoup perturbé ses adversaires, au moins autant que la surprise d'avoir affaire à une équipe bien meilleure que ne le laisse supposer le niveau de son championnat national. Hormis son attaque, la vraie faiblesse des chypriotes est le nombre de joueurs sous la menace d'une suspension au prochain carton, ils sont pas moins de cinq joueurs sous la menace.

 

Les matchs de mercredi

Zenith Saint Petersbourg - Benfica

Deuxième qualifié du groupe G derrière la surprise Nicosie, le Zenith compte sur son bon parcours à domicile (2 victoires, 1 nul) pour prendre l'avantage lors de ce match aller. D'autant plus que les russes ont dominé le FC Porto, ce qui leur donne confiance à l'heure d'affronter une autre club portugais, Benfica

            

Mais le grand rival du FC Porto est cette année le club phare lusitanien. Benfica s'est montré intraitable lors des poules en restant invaincu, tant à domicile (1 victoire et 2 nuls) qu'à l'extérieur (2 victoires et 1 nul). Pourtant Benfica a peu marqué ce qui pourrait s'avérer handicapant lors de cette confrontation décidément très ouverte.

 

Milan AC - Arsenal

L'affiche de cette première semaine est sans conteste cette affrontement entre le champion italien et l'outsider anglais. L'AC Milan n'est pas dans la meilleure des passes en championnat et ne doit de surnager que grâce à son expérience, comme l'illustre sa dernière victoire sur le fil à Udine. Son jeu fait débat ainsi que sa dépendance à son emblématique avant-centre, Ibrahimovic. Le suédois, qui a écopé de trois matchs de suspensions en championnat, est par conséquent  frais et sans nul doute revanchard. Cela suffira-t-il à vaincre la malédiction qui a vu les milanais pedre par trois fois face à un club anglais à ce stade de la compétition ?

                

Si Milan sait inquiéter ses supporters, que dire d'Arsenal. Capables du meilleur comme du pire, les hommes d'Arsène Wenger sont difficiles à cerner. Que valent-ils réellement au niveau européen ? Personne ne le sait mais la réponse viendra certainement à l'issue de cette confrontation. Milan peut compter sur Ibrahimovic, le sauveur des gunners est bien souvent Van Persie, qui sera la meilleure arme londonienne. A moins que Thierry Henri, dont ce sera la dernière pige avant de regagner la MLS, n'apporte une ultime touche à sa légende.