Les Colchoneros, direction Bucarest

Demi-finale bien gérée par les joueurs de Diego Simeone, profitant d'un superbe but de Adrian Lopez pour mettre fin aux rêves du public de Mestalla.

Les Colchoneros, direction Bucarest
Les joueurs madrilènes fêtent la qualification en finale avec leur public présent à Mestalla ce soir
Valencia
0
1
Atletico Madrid
Valencia: Diego Alves - Barragán, Ricardo Costa, Rami, Jordi Alba - Albelda, Parejo - Feghouli, Jonas, Canales - Soldado.
Atletico Madrid: Courtois - Juanfran, Miranda, Godín, Filipe - Mario, Tiago, Arda, Diego - Adrián & Falcao.
SCORE: 0-1: 60e min. Adrian
ARBITRE: Damir Skomina

Suite à sa défaite 4-2 au Vicente Calderon, Valence avait pour obligation de gagner par minimum deux buts d'écart. Les deux équipes, ayant signé des bons résultats lors de la dernière journée de Liga, se présentent ce soir sur le terrain avec la finale de Bucarest en ligne de mire.

C'est donc avec une mentalité résolument offensive que les joueurs d'Unai Emery sont sortis sur la pelouse ce soir. Le milieu de terrain composé de Albelda, Parejo et Canales aligné ce soir par le coach valencian s'avère être une franche réussite; empêchant les milieux madrilènes de se projeter vers l'attaque et assurant parfaitement la liaison entre la défense et les joueurs offensifs. Les occasions se multiplient devant la surface de Thibaut Courtois grace aux montées de Jordi Alba et Barragan sur les côtés notamment, avec Jonas, Soldado ou Feghouli à la conclusion, mais les joueurs ne parviendront pas à ouvrir le score, en partie grace à plusieurs interventions décisives du portier belge. Les madrilènes n'ont pas su se créer d'occasion en cette première mi-temps, le ballon ne parvenant pas à Falcao grace au bon travail défensif de l'équipe.

La blessure de Canales, tournant du match

La deuxième mi-temps commence de la même manière que la première a fini, une équipe de Valence tournée vers l'attaque et une équipe madrilène qui subit. A la 58e minute, Canales, auteur d'un très bon match, se blesse en disputant un ballon dans la surface adverse. Le jeune espoir espagnol, qui a fait son retour sur les terrains de jeu il y a deux semaines après une rupture des ligaments croisés en octobre dernier, sortira sur civière. Les ralentis des caméras de télévision laissent présager une blessure du même type.

C'est quelques minutes après, à la 60eme minute, que Adrian Lopez, en profite pour placer une superbe frappe dans la lucarne. Très bien servi par Diego Ribas, Adrian lobe le gardien avec une frappe en puissance qui finit dans la lucarne du gardien de Valence. Les valencians, abbatus par la blessure de leur meneur de jeu et par le but madrilène, sont au fond du trou et c'est l'Atletico qui va prendre l'ascendant psychologique. Arda Turan et Falcao vont se procurer deux occasions, détournées avec brio par Diego Alves. 

L'action polémique du match qui privera l'ancien lyonnais de la finale. Suite à un centre de Barragan, l'arbitre siffle une main de Ricardo Costa dans la surface alors que les joueurs madrilènes partaient déjà en contre-attaque. Tiago, qui était au contact avec le joueur de Valence sur  l'action, pense que la main est sifflée à son encontre et que l'arbitre accorde un pénalty à Valence. Il s'énèrve et semble totalement perdre les pédales, jusqu'à gifler Roberto Soldado suite à une altercation entre les deux. L'arbitre n'hésite pas et sort le carton rouge. Même si la réaction de Tiago est clairement démesurée et anti-sportive, la décision de siffler une main à faveur de l'Atletico au lieu de laisser jouer alors que l'Atletico partait en contre-attaque en supériorité numérique peut-être contestable et déstabilisante pour les joueurs.

Les madrilènes affronteront les basques de l'Athletic Bilbao, qui ont défait les joueurs du Sporting Portugal 3-1 à San Mamés. Une finale qui s'annonce passionante, avec un duel dans le match entre les purs renards de surface que sont Falcao et Llorente.