Fin de la saison régulière du Top 14

Pour cette 26 ème journée de Top 14, les matchs vont être abordés de façon inhabituelle. A chaque match les enjeux seront précisés avec les résultats. De plus, les conséquences de ces résultats seront abordées. Quels vont être les affiches des quarts de finale ? Qui a terminé premier de la phase régulière ? Qui accompagnera le LOU en Pro D2 ? Voyons le ensemble !

Fin de la saison régulière du Top 14
Fin de la saison régulière du Top 14

Avec 36 essais marqués et des matchs parfois serrés jusqu'au bout, le suspens était au rendez-vous cette après-midi partout en France.

 

Biarritz Olympique – Stade Français : 16-5

 

L'enjeu était une chance infime pour le Stade Français de se qualifier en décrochant le bonus offensif. Et pour Biarritz, finir en beauté devant son public. Hors du point de vue comptable, c'était aussi la fin de l'aventure pour Sylvain Marconnet, pilier français le plus capé. Il est passé dans les deux clubs qui s'affrontaient (1997-2007 à Paris, 2007-2012 à Biarritz). C'était donc un monstre de rugby qui foulait pour la dernière fois la pelouse en tant que professionnel.

 

Dans une rencontre plaisante dans la première partie mais sans grande intensité, les basques se sont imposés devant leur public et finissent bien une saison extrêmement compliquée pour eux, devant se battre pour le maintien jusqu'à la fin. Désormais, le BO pense à la finale de l'Amlin Cup contre le RCToulon pour une place en H-Cup l'an prochain. Par contre, les parisiens, qui ne croyaient pas vraiment à leurs chances, finissent leur saison blanche qui fut si prometteuse.

 

Union Bordeaux-Bègles – USA Perpignan : 37-29

 

Pour ces deux équipes, le classement n'avait aucun intérêt. Les deux équipes ayant validés leur maintien dans la précédente journée, un air de vacances flottait un peu à Bègles. Sur ce terrain aussi, des grands joueurs tiraient leur révérences, surtout du côté de Perpignan. Les rescapés de la grande épopée de la finale de H-Cup de 2003 stoppent leur carrière après des titres de champion de France.

 

Entre les ex champions de France et les néo promus (et oui!), le jeu fut à l'image de la saison de Bordeaux : du jeu champagne. Avec la bagatelle de 8 essais, les supporters se sont régalés pour la dernière sortie de leurs équipes avant des vacances bien méritées. Les transferts de ces deux équipes vont être importants pour assurer le maintien à nouveau du côté de Bordeaux, pendant que les catalans vont tenter de revenir au très haut niveau, qui les a quitté avec Jacques Brunel la saison dernière.

 

ASM Clermont – CA Brive : 57-14

 

Le maintien, les Brivistes ont pu y croire. Pendant 20 minutes, ils ont fait jeu égal avec les demi finalistes européens. Mais les Coujous, surs à 90% de redescendre, n'ont pas tenu le rythme et se sont écroulés. Ce score fleuve n'est pas flatteur pour les corréziens, qui sont officiellement relégués avec les Lyonnais après bien des saisons prolifiques au haut niveau.

 

Pour les Auvergnats, l'enjeu était de conserver leur invincibilité à domicile. Avec 56 points sur 65 possibles pris à domicile cette année, Marcel Michelin est vraiment une forteresse imprenable. Aucune défaite et 4 bonus offensifs, le bilan est impressionnant. Le nouvel objectif des Clermontois est de rejoindre le Stade de France pour aller disputer une finale, mais pour cela il faut passer par une demi-finale à Toulouse.

 

Lyon OU – RC Toulon : 5-29

 

Cette rencontre, pour les Lyonnais, était importante pour finir en beauté devant son public, qui l'a soutenu malgré les mauvais résultats cette année. Mais pour le maintien, les carottes sont cuites depuis quelques temps. Les toulonnais, quant à eux, se devaient de gagner pour conforter leur réception pour les barrages.

 

Dans une rencontre qui s'est débridée seulement dans la deuxième mi-temps (0-3 à la mi temps), les lyonnais se sont distingués par leur indiscipline , écopant de 4 cartons jaunes. Pour Toulon, la rencontre ne fut pas glorieuse. Trop de ballons perdus et relâchés n'ont pas permis aux hommes de Bernard Laporte de prendre le large au score. Avant de jouer un quart de finale surchauffé à Mayol et une finale de Amlin Cup contre le Biarritz Olympique, les varois doivent se ressaisir pour pouvoir espérer des titres.

 

SU Agen – Racing Métro 92 : 25-22

 

A Armandie, agennais et franciliens se sont donnés rendez-vous pour croiser les armes. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on a pas été déçus. Dans un match qui s'est décidé à la 79ème minute, l'enjeu était surtout pour le Racing-Métro. Pour se qualifier en quart de finale, les hommes de Pierre Berbizier avaient besoin de ramener un point du Sud de la France.

 

Pour le retour au haut niveau de Benjamin Fall après une grave blessure (staphylocoque doré), les franciliens voulaient se rassurer avant des échéances importantes et sûrement à l'extérieur. Mais face à la furie et à l'envie agennaise, le match était loin d'être gagné. Pour les adieu du légendaire capitaine Badenhorst, les joueurs de Jean Jacques Crenca ont remportés une belle victoire, le meilleur moyen pour partir en vacances. Pour le Racing, les vacances ne sont pas encore à l'ordre du jour, et il est certain qu'elles ne sont pas encore désirées.

 

Castres Olympique – Aviron Bayonnais : 31-29

 

Pour les castrais, l'enjeu était énorme. Une réception en quart de finale dans leur jardin de Pierre Antoine, tombé seulement sous les coups du Racing Métro cette année. Contrairement aux Bayonnais, fraîchement maintenus dans l'élite et servant de sparring partner ce samedi. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les basques n'ont pas fait le voyage pour la beauté du Tarn.

 

Rapidement distancés au score, les bayonnais se sont repris à la fin du match, revenant de 31-15 à 31-29 sur la sirène. Il s'en est fallu de peu, pour une équipe castraise qui ne doit pas oublier que les matchs durent 80 minutes. Avant un remake du quart de finale dernier encore dans la mémoire des castrais (défaite contre Montpellier), les hommes du tandem Travers-Labit auront à cœur de s'offrir une place de demi-finaliste.

 

Stade Toulousain – Montpellier Rugby Hérault : 20-13

 

Le choc de la dernière journée de la saison ! Bien que Montpellier ait très mal commencé la saison, il ne faut pas oublier que ce match est simplement l'affiche de la dernière finale du Top 14. Et comme à Paris, Toulouse l'emporte au final. L'enjeu pour Toulouse était de conserver la première place, menacée par Clermont, et de rester invincible dans la ville rose cette saison. Et pour Montpellier, le défi était de l'emporter pour recevoir en quart de finale.

 

Dans une rencontre sous le signe de la tension, la boite à baffes fut vite ouverte. Dès la 23ème minute, Maestri et Gorgotze se font des amabilités lourdes de conséquences : un carton rouge. Espérons que la commission de discipline n'empêche pas ces joueurs de disputer les phases finale. Autre fait marquant : le triplé de Matanavou, sous un public acquis à sa cause pour sa première saison au bord de la garonne.

 

Calendrier des phases finales :

Barrages :

25 Mai 2012 : Castres – Montpellier

26 Mai 2012 : Toulon – Racing Métro

 

Demi finale :

2 Juin 2012 : Toulouse – Gagnant 1

3 Juin 2012 : Clermont – Gagnant 2

 

Relégués :

CA Brive et Lyon OU