Dominer n'est pas gagner

Les Ecossais ont livré une belle prestation face aux Anglais mais cela n'aura pas suffit. Ne concluant pas leur domination, le XV du Chardon s'incline finalement face à des Anglais réalistes et solides en défense.

Dominer n'est pas gagner
Ecosse
6
13
Angleterre
Dominer n'est pas gagner

L'Angleterre ouvre son Tournoi en terre hostile en se déplaçant eà Murrayfield où le XV du chardon compense souvent ses faiblesses techniques par une envie décuplée, surtout lorsque l'adversaire est le XV de la rose.

Des Anglais en reconstruction, coupe du monde décevante oblige, qui répondent au défi physique écossais malgré un manque de cohésion. Comme attendu, le match est plus un affrontement physique qu'une démonstration de beau jeu. Un combat que les Anglais dominent, notamment dans le secteur de la mélée. Malgré tout, les Ecossais montrent quelques velléités offensives et de bonnes séquences de jeu, un élan offensif se heurtant à une bonne défense anglaise difficile à dépasser.

Finalement, lors des quarante premières minutes, la débauche d'énergie du XV écossais ne leur rapporte que 6 petits points (Parks 26e, 33e) contre 3 aux Anglais  (Farrel 22e), tous ces points marqués sur pénalité.

La seconde mi-temps commence de la pire des manières pour les Ecossais. Après le coup d'envoi donné par les Anglais, Dan Parks cherche à dégager son camp et se fait contrer par son homologue Anglais, Charlie Hodgson, qui marque le premier essai du match (41e). Farrel transforme l'essai et les Anglais passent devant au tableau d'affichage avec un avantage de quatre points.

Ce coup de massue ne semble pas avoir raison de la volonté écossaise. Reprenant confiance en jouant des ballons portés, les écossais tentent encore de développer du jeu pour revenir dans le match. Au fil des minutes, le XV du chardon domine la partie mais continue à ne pas trouver la solution face à la défense anglaise. Le sélectionneur écossais fait entrer du sang neuf pour dynamiser son équipe qui semble payer ses efforts, entrent alors Laidlaw, Kellock, et Blair (59e). La XV écossais continue sa domination avec notamment une énorme troisième ligne à l'image de la performance de son numéro 8 Denton. L'Ecosse arrive à déstabiliser la défense anglaise, mais n'arrive pas à traduire sa domination au tableau d'affichage. Pourtant il s'en faut de peu pour que Laidlaw marque un essai (62e, essai refusé après arbitrage vidéo), de même une minute plus tard lorsque Rennie transperce le rideau défensif blanc mais gère mal son action tardant trop à donner son ballon il termine plaqué par Ben Foden.

L'Angleterre fait aussi tourner son effectif pour essayer d'amener une réponse à la domination écossaise, la charnière est notamment changée. A la moindre occasion, les Anglais ramènent les Ecossais dans leur propre camp, ils doivent alors repartir à l'attaque de très loin. Finalement, en défendant dans le camp écossais, les Anglais obtiennent une pénalité décisive qu'Owen Farrel transforme. A cinq minutes de la fin le XV de la Rose ne semble plus pouvoir perdre en Ecosse avec ses 7 points d'avance. Malgré les dernières tentatives écossaises à la recherche de l'égalisation, le score en restera effectivement là.

Malgré la défaite, les Ecossais peuvent croire en leur potentiel pour se battre pour autre chose que l'avant dernière place. Quant aux Anglais, ils n'ont rien montré offensivement, la faute sûrement à un manque de préparation pour une équipe toute "neuve" qui commence à se construire.  Ils peuvent tout de même retenir de cette victoire leur envie de se battre ensemble, une solidarité qui leur a permis de ne pas rompre face aux charges du XV du chardon.