Seattle revient de l'enfer

Dans un match au scénario improbable les Seahawks éliminent Green Bay après prolongation, 28-22. Seattle pourra défendre son titre lors du Superbowl le 1er février.

Seattle revient de l'enfer
Marshawn Lynch a livré une performance de taille pour sauver son équipe.

Seattle recevait Green Bay en finale de conférence pour s'offrir une chance de défendre son titre. La première mi-temps catastrophique de Russell Wilson aurait du condamner les espoirs des Seahawks. Mais Pete Caroll et ses hommes ont cette réussite des grandes équipes.

Le quaterback vedette des locaux n'a réussi qu'une seule passe et lancé 3 interceptions lors du premier acte. Cependant, hormis un touchdown capté par Randall Cobb pour les Packers, Aaron Rodgers ne parvient pas à capitaliser sur les balles perdues adverses. L'attaque ne se contente que de coups de pieds à 3 points, de quoi porter le score à 16-0 à la pause. 

Au retour des vestiaires Seattle tente de se refaire une santé. Et du côté de l'Etat de Washington, lorsque la passe ne fonctionne pas on s'en remet au surpuissant Marshawn Lynch (157 yards, 1 TD). Le running back fait avancer ses coéquipiers et remet Seattle dans le sens de la marche. Et sur une feinte de coup de pieds les locaux score enfin (7-16). Mais le travail d'harcèlement de Clay Mathews sur Wilson limite considérablement le retour au score. Moins à la fête en seconde période, Aaron Rodgers (19/34, 178 yards, 1 TD, 2 interceptions) ne parvient pas à mettre à l'abri les siens. 

Touchés par la grâce

Une nouvelle interception des Packers à 5 minutes du terme semble clore le match. Mais non, non et non. Seattle, à l'image de son cornerback Richard Sherman qui a joué toute la fin de match bléssé au coude, a quelque chose de plus que les autres. A tour de rôle, Wilson et Lynch font parler leurs jambes et inscrivent deux touchdowns. Une conversion à 2 points miraculeuse porte même le score à 22-19 pour Seattle. Mais Green Bay ne perd pas ses moyens et arrache la prolongation sur un field goal de Mason Crosby.

A la fin, c'est Seattle qui gagne !

En prolongation, comme un symbole, Russell Wilson (14/29, 209 yards, 1 TD, 4 interceptions, 1 TD à la course) mène son attaque de main de maître. Alors qu'il n'a été que l'ombre de lui même pendant 60 minutes. En une attaque il rappelle au monde qu'il est un grand joueur. Il trouve deux fois Doug Baldwin (6 réceptions, 106 yards) puis Jermaine Kearse pour inscrire le touchdown victorieux. Wilson a réussi a effacer un déficit de 16 points pour offrir un deuxième Superbowl consécutif aux Seahawks.