Des Français à Pékin

À quelques heures du début des Mondiaux de Pékin (22 au 30 août), petite revue des forces françaises en présence.

Des Français à Pékin
Renaud Lavillenie, leader de l'équipe de France aux Mondiaux de Pékin [© Joe Klamar, AFP]

Alors que les championnats du monde se profilent, difficile de ne pas penser que cette équipe de France aura bien du mal à glaner davantage de médailles que lors des derniers Mondiaux de Moscou (4 médailles : 1 en or ; 2 en argent ; 1 en bronze). Les quelques mois précédents ce grand rendez-vous ayant été fatals à de nombreuses pointures de l'athlétisme français. Exit les Teddy Tamgho (champion du monde en titre de triple saut), Mahiedine Mekhissi (vice champion olympique du 3000 m steeple en 2008), Eloyse Lesueur (championne du monde en salle du saut en longueur), ou autres Yohann Diniz (recordman du monde du 50 km marche), Kevin Mayer (décathlon), Nana Djimou (heptathlon) et Wilhem Belocian (110 m haies). Mais ceux qui entreront en piste cette nuit dans le Nid d'oiseau, le stade mythique des JO de Pékin 2008, espèrent malgré tout briller et pourraient bien nous réserver quelques surprises. Passage en revue des effectifs.

Renaud Lavillenie en chef de file

Le perchiste français domine sa discipline depuis plus de cinq ans maintenant. Renaud Lavillenie c'est d'abord un palmarès exceptionnel. Champion olympique en 2012 à Londres (5m97), champion du monde en salle (2012), quadruple champion d’Europe en salle (2009, 2011, 2013, 2015) et triple champion d’Europe en plein air (2010, 2012, 2014). Il a tout gagné, ou presque. Le titre de champion du monde en plein air est le seul qui lui résiste encore. À Pékin, le recordman du monde (6m16) à l'occasion de réparer cette anomalie. Attendu, il est incontestablement le leader de l'athlétisme français.

Des sprinters en embuscade

Jimmy Vicaut arrive à Pékin sûr de ses forces. Quelques jours après avoir égalé le record d'Europe (9''86) chez lui à Paris lors du Meeting Areva, il avait confirmé en redevenant champion de France en 9''92 à Lille. Après un mois de juillet époustouflant, et enfin épargné par les blessures, le français peut, à 23 ans, légitimement prétendre à une médaille mondiale sur le 100 m.

La mission semble en revanche beaucoup plus improbable pour Christophe Lemaître. Blessé au fessier droit, le protégé de Pierre Carraz arrive à Pékin en plein doute. Sa participation aux Mondiaux a d'ailleurs été longtemps incertaine. S'il sera bien présent, c'est surtout pour se rassurer en vue des Jeux de l'an prochain à Rio. Mais avec l'explosion de Vicaut, Christophe Lemaître, moins attendu, se retrouve libéré d'une certaine pression. L'occasion peut-être pour lui de créer la surprise. Il sera aligné sur 100 m et 200 m à la différence de Vicaut, seulement qualifié sur la distance reine. À noter que les deux sprinters français devront faire face aux américains Gatlin et Gay tous deux revenus de suspension et à un Usain Bolt visiblement retrouvé.

Des femmes en retrait

Sans Eloyse Lesueur blessée au genou droit, il faudra se tourner vers les lancers pour voir une chance de médaille chez les femmes. Au disque, Mélina Robert Michon, vice championne du monde en 2013, espère bien rééditer la performance. À 36 ans, celle qui a pronostiqué un podium entre 66 et 67 m, a l'expérience et le talent pour.

De 15 ans sa cadette, la lanceuse de marteau Alexandra Tavernier ne vient pas à Pékin pour apprendre. Cet été, la championne du monde juniors (2012) s'est rapprochée du record de France de Manuela Montebrun (74,66 m) en lançant son marteau à 74,05 m (5ème meilleure performance de l'année). Alors que tout est ouvert derrière la grande favori Anita Wlodarczyk, elle peut être une outsider sérieuse pour la médaille.

Des espoirs et des relais

Une course de haies se joue souvent à peu de choses. La différence entre une course réussie et une autre ratée est parfois minime. L'année dernière, Pascal Martinot Lagarde (110 m haies) en a fait les frais aux championnats d'Europe de Zurich. Après avoir survolé la saison, il était passé à côté de sa finale (3ème après la disqualification de Dimitri Bascou). Un temps meilleur performeur de l'année avec ses 13''06 à Eugène fin mai, il est, sur le potentiel, la meilleure chance de médaille française derrière Lavillenie. Et s'il manque encore de régularité (13''18 étant son deuxième chrono de 2015), le hurdler francilien aborde ces Mondiaux «avec envie et beaucoup de passion». Le 110 m haies est l'épreuve où la densité française est la plus grande avec également Dimitri Bascou (troisième aux Europe de Zurich en 2014 mais disqualifié pour être sorti de son couloir) et Garfield Darien.. Dans cette épreuve où les fautes techniques et les chutes font partie de la course, ils peuvent, avec un peu de chance, rêver d'un podium à Pékin.

Sur 800 m, Pierre-Ambroise Bosse cherchera à confirmer les attentes placées en lui depuis quelques temps déjà. S'il reste sur une saison estivale mitigée (1'43''88 à New York en juin mais 1'45''62 à Lausanne en juillet), le Français de 23 ans assure être «plus fort que l'an passé» lorsqu'il avait établi son record à Monaco (1'42''53). Pour pouvoir prétendre à une médaille, Bosse devra répondre présent, mentalement et physiquement, dès les séries face au champion du monde éthiopien Mohammed Aman.

Les relais 4x100 m masculin et 4x400 m féminin respectivement emmenés par Christophe Lemaître, Jimmy Vicaut et Floria Guei seront, on l'espère, dans la course à la médaille.

Sélection française :

MESSIEURS
100 m: Jimmy Vicaut, Christophe Lemaitre
200 m: Christophe Lemaitre, Jeffrey John
400 m: Mame-Ibra Anne
800 m: Pierre-Ambroise Bosse
1500 m: Morhad Amdouni
110 m haies: Pascal Martinot-Lagarde, Garfield Darien, Dimitri Bascou
3000 m steeple: Yoann Kowal
Longueur: Kafétien Gomis
Triple saut: Benjamin Compaoré
Perche: Renaud Lavillenie, Kévin Ménaldo
Décathlon: Bastien Auzeil
Marche: Kévin Campion (20 km)
4x100 m: Christophe Lemaitre, Jimmy Vicaut, Guy-Elphège Anouman, Emmanuel Biron, Pierre Vincent, Pierre-Alexis Pessonneaux, Jeffrey John
4x400 m: Teddy Atine-Venel, Mamoudou-Elimane Hanne, Thomas Jordier, Ludvy Vaillant, Mame-Ibra Anne

DAMES
400 m: Floria Gueï, Marie Gayot
800 m: Rénelle Lamotte
100 m haies: Cindy Billaud
400 m haies: Aurélie Chaboudez
Triple saut: Jeanine Assani Issouf
Perche: Marion Lotout
Disque: Mélina Robert-Michon
Marteau: Alexandra Tavernier
Marche: Emilie Menuet (20 km)
4x100 m: Stella Akakpo, Céline Distel-Bonnet, Sandra Gomis, Lénora Guion Firmin, Maroussia Pare
4x400 m: Marie Gayot, Floria Guei, Estelle Perrossier, Agnès Raharolahy, Déborah Sananes, Brigitte Ntiamoah