Nantes face à son destin européen

Le Final Four de la Coupe EHF, la deuxième compétition européenne, se dispute ce weekend à Nantes. Entre le H, Holstebro (Danemark), Rhein-Neckar-Löwen et Göppingen (Allemagne), le trophée s’annonce disputé.

Nantes face à son destin européen
Le trophée tout beau tout neuf, présenté lors de la conférence de presse de l'EHF à Nantes ce vendredi (crédits : EHF / Stéphane Pillaud)
HBC Nantes
Holstebro | 15h45

Alors que lors de sa conférence de presse, François Hollande a montré de la volonté pour engager davantage la France dans l’Union Européenne, Jean-Marc Ayrault a déclaré avoir aimé. Mais l’ancien maire de Nantes se rappelle-t-il que dans son ancien fief, le dernier carré d’une compétition continentale débute ce weekend ? Pas sûr. En tout cas, sa ville est gâté, entre la montée du club de football en Ligue 1 et le Final Four de la Coupe EHF dans sa salle, le Palais des Sports de Beaulieu. Aux joueurs du HBC Nantes d’essayer d’être visibles ce weekend, entre ferveur jaune et verte et discours politiques.

Rhein-Neckar-Löwen, le favori ?

Pour le HBC Nantes, le défi est de taille : gagner, pour sa première participation, la Coupe EHF, la deuxième compétition européenne derrière la Velux Champions League. Dunkerque n’était pas passé loin l’année dernière, mais a échoué en finale contre… Frisch Auf Göppingen, présent dans le dernier carré cette année, et déjà vainqueur en 2011 ! Les Allemands avaient battu Rhein-Neckar-Löwen en demi-finale dans une formule de matchs aller-retour, la finale se jouant également sur deux matchs. Cette année, nouvelle formule : tout se joue en un match, demies, match pour la troisième place et finale le même weekend, dans la même salle. Et c’est Nantes qui accueille ce rendez-vous cette saison.

Rhein-Neckar-Löwen, qui a donc échoué aux portes de la finale l’an passé, fait figure d’épouvantail parmi ces quatre équipes. Actuellement deuxième de la Bundesliga, l’équipe où joue le talentueux suédois Kim Ekdahl du Rietz, l’ancien arrière gauche de Nantes, impose sur le papier. Mais Nantes a également son mot à dire, et il ne serait pas étonnant de retrouver les deux équipes en finale dimanche (18h).

Gagner sans Entrerrios

Le H affrontera tout d’abord les Danois d’Holstebro, également des adversaires difficiles. Mais pour les coéquipiers de Jorge Maqueda, poussés par l’ambiance de Beaulieu (un huitième homme que les autres équipes n’auront pas), cette équipe reste prenable, bien que ses joueurs connaissent pour quelques-uns les joies de la sélection nationale. Holstebro est considérée comme l’équipe la plus faible des quatre. De leur côté, les deux allemands joueront l’un contre l’autre. Les deux vainqueurs se retrouveront donc pour la finale demain, et le vainqueur pourra alors soulever le tout nouveau trophée de la compétition.

Pour Nantes, le rendez-vous est attendu depuis longtemps. Les Violets ont eu droit à une mise au vert ce vendredi, pour se préparer à cet événement. Mais Thierry Anti doit déplorer la blessure de la star de son équipe, Alberto Entrerrios, forfait pour ce weekend. Il garde cependant une équipe compétitive, encore en course pour attraper un accessit pour la Ligue des Champions l’an prochain. Et quand on a pu battre Paris deux fois dans la saison…

Le programme :

Demi-finales (samedi) :

HBC Nantes – TT Holstebro à 15h45

Rhein-Neckar-Löwen – Frisch Auf Göppingen à 18h

Match pour la troisième place dimanche à 15h45

Finale dimanche à 18h

Photo : le trophée tout beau tout neuf, présenté lors de la conférence de presse de l'EHF à Nantes ce vendredi (crédits : EHF / Stéphane Pillaud)