Mondial Handall 2015. France-Slovénie : les réactions

De nombreux joueurs français ont tenu à s'exprimer après la rencontre. Tous souligne la belle prestation des Experts ce soir, avec une mention spéciale pour Thierry Omeyer, le dernier rempart des Bleus.

Mondial Handall 2015. France-Slovénie : les réactions
Thierry Omeyer (ici face à l'Algérie) a encore réalisé un match plein face à la Slovénie, qu'il a disputé de bout en bout avec une constance qui force le respect. (Photo AFP.Fr)
France
32 23
Slovénie

Michael Guigou (Arrière Gauche de l’Équipe de France) : « Comme dans le match face à l’Argentine on est très bien rentré dedans, on a très bien défendu. Thierry (Omeyer) a fait les arrêts à faire et derrière ça a été compliqué pour notre adversaire. Même si les Slovènes sont revenus à la fin, on a fait le match qu’il fallait pour l’emporter.

Le début de la seconde mi-temps est mitigé. On passe de +8 à +12 (il est interrompu par les « bon anniversaire ! » que lui lancent ses coéquipiers de l’Équipe de France). On va aller boire une petite bière pour fêter ça" s’exclame-t-il en rigolant.

Jérôme Fernandez (capitaine et Arrière Gauche de l’Équipe de France) : « On a réalisé une grosse prestation ce soir. C’est vrai qu’il y a eu 5-10 minutes de flottement au cours de la deuxième mi-temps, mais on avait tellement bien fait le travail avant qu’on ne s’est même pas fait peur !

Je crois qu’à un petit moment y a un réveil Slovène, mais il s’est vite éteint. Grâce à 1 ou 2 buts et à 1 ou 2 arrêts de Thierry. Moi ce que je retiens c’est la performance de l’équipe, notamment une défense énorme et Omeyer qui est fantastique.

Sur ces bases-là, on peut encore aller très loin dans cette compétition. (À propos du titre de meilleur homme du match du Gardien de l’Équipe de France) : À partir des phases finales c’est souvent lui qui l’a (rires). C’est vrai qu’il a cette détermination, cette exigence envers lui-même qui fait qu’il répond présent dans les grands rendez-vous. Il a encore le niveau, il l’a prouvé aujourd’hui. Les 2 premiers matchs il a eu du mal à trouver son rythme mais depuis le 3e il est bien.

Pendant la préparation on avait senti qu’on avait une grosse défense, ça s’est confirmé au cours de ce Mondial. Ce qui fait la force de cette équipe, c’est qu’on ne regarde pas le tableau d’affichage pendant le match. On continue à pousser et à travailler parce qu’on sait très bien qu’il y aura à un moment donné un match qui sera compliqué pour nous et que justement il faudra toujours être bon. Donc cette exigence au quotidien fait qu’on arrive souvent au moment T dans les meilleures conditions. »

Daniel Narcisse (Arrière Gauche de l’Équipe de France) : « Il faut reconnaître que nos derniers matchs sont de qualité, face à des adversaires contre qui on a réussi à créer de gros problèmes grâce à une bonne défense, ou on était vraiment bien organisés. Et quand on a un « titi » comme ça derrière c’est d’autant plus facile à jouer. Ça met tout le monde en confiance donc oui en ce moment on joue bien, ce soir on a réussi à trouver pas mal de solutions, surtout que le jeu offensif des Slovènes était très dangereux. On a réussi à les contrer dans ce domaine-là, en les obligeant à jouer pas mal de ballons en attaque placée, ce qui a fait la différence dans ce quart de finale. »

Guillaume Joli (Ailier Droit de l’Équipe de France) : « Encore une fois on est très vite rentré dans le match, on avait une très bonne défense avec Titi qui a enchaîné les arrêts, et quand on joue comme ça, et qu’on prend beaucoup d’avance au début c’est quand même plus facile.
Ensuite on a connu un petit trou d’air en début de 2e mi-temps, puis la machine s’est remise en route et on peut dire qu’on est très contents de notre match de ce soir.

Après son entrée, Zkov a fait quelques arrêts qui ont permis aux Slovènes de revenir dans le jeu. Mais ce soir on a fait l’essentiel, qui était de se qualifier pour les demi-finales. »

Thierry Omeyer (Gardien titulaire de l’Équipe de France et homme du match face à la Slovénie) : « On peut être satisfait de la prestation qu’on a rendue aujourd’hui. On s’était dit qu’il fallait bien rentrer dans le match, en mettant la même intensité que celle qu’on avait mise contre l’Argentine. Ça a été très bien fait. On les a mis en échec, on s’est bien appuyé sur notre défense pour ensuite pousser sur les phases offensives ou on a creusé l’écart. C’est très bien.

En début de 2e match on s’est rendu le match difficile parce qu’en face ça joue très vite, on voit qu’ils sont bien rodés sur les remontées de balles et les engagements rapides. Donc on est content d’être en demi-finales ce soir.

En début de 2nde période après notre coup de moins bien on a essayé de reprendre notre rythme, de repartir sur le même tempo, pour ne pas leur donner d’espoir de revenir au score. Et même s’ils sont un peu revenus, on a su mettre le coup d’accélérateur pour maintenir l’écart et même le faire grandir. »