Une victoire convaincante pour les Bleus

Pour son deuxième match du 1er tour de l'Euro, les Experts devaient faire face à une équipe de Serbie très solide qui pouvait poser des problèmes aux Français après avoir fait vaciller la Pologne chez elle. La France l'a finalement emporté assez facilement dans un véritable festival offensif 36 à 26.

Une victoire convaincante pour les Bleus
Pour sa première compétition internationale, Olivier Nyokas a survolé la rencontre face à la Serbie avec 8 buts, photo dna.fr
France
36
26
Serbie
France: Omeyer, Guigou (3), Nyokas (8), Karabatic.N (4), Porte (3), Abalo (6), Sorhaindo (3) Remp: Gérard, Remili, Narcisse, Honrubia (1), Mahé (5), Karabatic.L (1), Fabregas, Derot (2), Kounkoud
Serbie: Stanic, Niksevic (3), Nenadic (4), Sesum (7), Zelenovic (1), Djukic (3), Marsenic (1) Remp: Djukanovic, Pusica, Marjanovic (1), Boskovic (3), Rnic (2), Beljanski, Abutovic, Orbovic, Elezovic
SCORE: Score mi-temps: 19-16

Dans un deuxième match qui s'annonçait plus compliqué que le premier, les Experts ont réussi une rencontre de qualité qui leur a permis de battre la Serbie avec pas moins de 10 buts d'avance. La Serbie se présentait pourtant avec une équipe comprenant des joueurs de talents à pratiquement tous les postes et notamment une base arrière de grande qualité avec le meilleur buteur de Bundesliga: Petar Nenadic. Cette équipe est tout de même amputée de ses deux maîtres à jouer durant cet Euro que sont l'arrière gauche de Vesprem: Momir Ilic et l'arrière droit de Kiel: Marko Vujin, ces deux absences se sont fait sentir dans le money-time de vendredi face à la Pologne et durant ce match face aux champions du monde. Les Français ont su profiter de ses joueurs manquants pour battre assez facilement cette équipe amoindrie et fatiguée. Cependant, tout n'a pas été parfait dans ce match particulièrement au niveau défensif, un secteur dans lequel la France a concédé pas moins de 16 buts à son adversaire en première période. La France peut par contre se réjouir du niveau de ses remplaçants qui ont pesé sur le match avec comme symbole Olivier Nyokas qui a été le meilleur joueur sur le terrain.

Une première mi-temps serrée

La France se devait de réussir une meilleure entame de match que celle qu'elle avait réalisé face à la Macédoine, pour cela, Claude Onesta et Didier Dinart ont décidé de faire souffler Daniel Narcisse et de donner sa chance à Olivier Nyokas qui n'était pas entré sur le terrain lors du premier match. Ce choix s'est révélé être payant puisque il va rapidement permettre à la France de prendre un petit avantage (4-2 à la 6e) avec son premier but dans une grande compétition imité une minute plus tard par Valentin Porte qui permet à ce moment-là à la France de compter 3 buts d'avance (5-2 à la 7e). Cet avance va être l'avance maximal dont la France va disposer durant cette période très offensive qui va laisser la part belle aux tireurs au détriment des gardiens de but. L'écart entre les deux équipes va toujours varié entre 1,2,3 buts, toujours en faveur de l'équipe de France et la Serbie va même revenir au score grâce au 500ème but dans une grande compétition pour l'expérimenté ailier serbe Ivan Nikcevic (12-12 à la 22e). C'est ce moment que va choisir Thierry Omeyer pour enfin prendre le pas sur les tireurs serbes puisqu'il va réaliser 3 arrêts de grande classe à 6 mètres sur 3 contre-attaques serbes, ces 3 arrêts vont finalement être les seuls de cette première période pour les 2 gardiens puisque de l'autre côté, l'extravagant gardien serbe Darko Stanic va être transparent et finir la mi-temps avec tenez-vous bien aucune parade sur 19 tentatives françaises. Ce bref réveil du meilleur gardien de tous les temps ne va pas permettre à la France d'augmenter l'écart au score puisque le serbe Zarko Sesum (5 buts en première mi-temps) va parfaitement répondre à l'étonnante première période d'Olivier Nyokas qui va inscrire la bagatelle de 6 buts avant la pause avec aucun échec au tir et qui comme un symbole, va réussir le dernier tir permettant à la France de rentrer aux vestiaires avec 3 buts d'avance (19-16 à la 30e).

Une seconde période largement dominée par les Français

La deuxième mi-temps va connaître une physionomie complètement différente, les Experts vont appuyer là où ça fait mal d'entrée de jeu pour ne pas laisser une chance aux serbes de rester le match. Dès la 36ème minute, Kentin Mahé va réussir son second but du match pour faire monter le score à +5 pour la France. A partir de ce moment-là, les Bleus vont faire la différence en profitant de la baisse de régime des serbes pour rapidement faire grimper l'écart au score qui va atteindre près de 8 buts à la 48ème minute avec un des 6 buts de Luc Abalo (29-21). Ce match va finir en roue libre pour les Français qui vont maintenir cet avance ce qui va permettre de faire tourner dans les 10 dernières minutes pour faire souffler les titulaires. Vincent Gérard, par exemple, va parfaitement remplacer Thierry Omeyer avec quelques parades qui vont on l'espère le mettre en confiance pour la suite du tournoi. Enfin, le dernier point positif à retenir de cette seconde période est la première apparition du jeune arrière droit de Créteil Théo Derot pour sa première grande compétition qui a magnifiquement répondu présent avec deux buts dans les 5 dernières minutes. Les Experts auront besoin de tout le monde pour poursuivre leur série de trophées, victoire finale 36 à 26 face à la Serbie.

Le joueur du match: Olivier Nyokas (France)

N'ayant pas disputé la moindre minute face à la Macédoine, on s'attendait mal à voir le joueur de Balingen commencer la rencontre importante face à la Serbie. Pourtant, Claude Onesta et Didier Dinart ont choisi de faire confiance au néophyte connaissant ses qualités et dans l'optique de faire souffler Daniel Narcisse. Il a fait mieux que le remplacer puisqu'il a compilé pas moins de 8 buts à 100 % au tir et il se présente désormais comme une alternative crédible pour le reste de tournoi. Si il reste à ce niveau, il va devenir le facteur X de cette équipe et va peut-être lui permettre de conserver son titre de championne d'Europe.

Les autres matchs

Dans l'autre rencontre du groupe, la Pologne -chez elle- a remporté son deuxième match de justesse d'un but comme le premier face à la Macédoine (24-23). Le match de mardi soir à 20h30 entre la France et la Pologne sera donc décisif pour savoir qui terminera premier du groupe et ira avec 4 points au tour principal.   

Dans le groupe B, c'est statut quo en tête puisque la Biélorussie a surpris l'Islande dans un festival offensif (39-38) alors que les jeunes Norvégiens ont battu une décevante Croatie (34-31). Toutes les équipes ont donc remporter un match, la dernière journée sera primordiale pour la qualification.

Samedi, l'Espagne et la Suède ont battu respectivement l'Allemagne (32-29) et la Slovénie (23-21) dans le groupe de la mort. Alors que dans l'autre groupe, la Hongrie est venue à bout du Monténégro (32-27) alors que le Danemark a sereinement débuté son tournoi face à la Russie (31-25).