Un jour à Sotchi : retour sur la huitième journée

Huitième journée ce samedi à Sotchi. Aucune médaille côté Français (même si aucune n'était attendue) mais une magnifique performance du relai Français

Un jour à Sotchi : retour sur la huitième journée
©Reuters et AFP/Alberto Pizzoli ; Montage VAVEL France

Nouvelle journée chargée d'émotion ce samedi à Sotchi. Entre le doublé Russe en short-track, les sorties de pistes à répétition en Super G, l'incroyable finish Suédois en ski de fond, l'improbable issue en patinage de vitesse, l'incroyable dénouement en saut à ski et la fin de match à suspens entre les Etats-Unis et la Russie, nous fumes gâtés.

Quels débuts en Super G ! Sur les neuf premières concurrentes, seule une arriva à franchir la ligne d'arrivée. Toutes les autres ont soit chutées, soit sont sorties de piste. Parmi elles, Marie Marchand Arvier qui pourrait bien annoncer sa retraite après seulement trente seconde de courses (descente et super G combinés). Dans ce chaos général, une fille arriva à s'extraire du lot : Anna Feninger. L'Autrichienne fut - comme les autres favorites - bien indiquée par ses partenaires parties avant elle. Accélerant en bas du parcours, où la plupart des concurrentes se sont faites piéger, elle a fait la différence pour devenir championne Olympique. Derrière elle, l'Allemande Maria Riesch s'empare de la médaille d'argent et Nicole Hosp la médaille de bronze.

+Lire le compte-rendu : Fenninger championne Olympique dans le chaos

Quelle performance Suédoise ! En relai féminin 4x5 km, les Bleues et Jaunes comptaient pas moins de 25 secondes de retard sur le duo de tête Allemagne-Finlande à l'aube du dernier relai. Puis Charlotte Kalla réussit une performance d'anthologie en revenant seule en cinq kilomètres sur le groupe de tête puis en s'imposant dans la dernière ligne droite, avec un finish qui restera dans les annales des Jeux Olympiques. Derrière, la Norvège championne olympique en 2010 termine à une décevante cinquième place derrière... la France ! En effet, les Françaises ont réussies une grande performance en allant chercher la quatrième place au terme d'une course bien construite. Chez elle, la Russie termine sixième devant une Pologne qui a craqué en fin de parcours.

+Lire le compte-rendu : La sensation Suédoise, l'exploit Français

Les principaux outsiders perturbés par un vent capricieux, les favoris allaient pouvoir s'expliquer entre eux en deuxième manche. Sauf qu'un certain Marius Krauss s'amusa à réaliser un deuxième saut de folie. Vingt-quatrième à l'issue de la première manche, l'Allemand resta en tête jusqu'au 23ème concurrent pour finalement terminer sixième. Cet obstacle là passé, la lutte pour le podium allait opposer Peter Prevc à Severin Freund. C'est finalement le Slovène qui l'emporta. Puis, pour la victoire, Kamil Stoch croyait avoir la porte ouverte mais c'était oublier le vétéran Noriaki Kasai. Le Japonais, d'un niveau incroyablement haut à 41 ans termina finalement deuxième à 1.3 points de la première place. Mais ceci restera tout de même un des exploits de ces JO. Ronan Lamy-Chappuis a lui été éliminé en première manche.

+Revivre le live

C'est pour des matchs comme ce USA-Russie que l'on aime le hockey sur glace. Deux gardiens de grande classe, un suspens incroyable (2-2 après prolongations) et finalement une séance de tirs aux buts de pas moins de... seize tirs au lieu des six prévus initialement ! Alors qu'Oshie avait permis à son équipe de mener 1-0 dans cette séance, la Russie devait obligatoirement envoyer le palet au fond des filets pour espérer ne pas s'incliner. Mission réussie. 1-1 dans cette séance, place alors à la mort subite. Après deux tirs manqués de chaque côté, la Russie mis par deux fois la pression sur les Américains qui répondirent deux fois par Oshie. Deux tirs manqués des deux équipes plus tard, les USA avaient le palet au bout de la cross pour s'imposer, ce que la bannière étoilée réalisa par l'intermédiaire d'Oshie. Le joueur de champ a fait gagné presque à lui tout seul son équipe en marquant les quatre buts (sur six tentatives personnelles) de son équipe. Et dire que ce n'est qu'un match de poule...

Dans les autres rencontres, signalons la surprenante victoire de la Slovénie sur la Slovaquie (3-1), celle de la Suisse sur la République Tchèque (1-0) et la prolifique victoire de la Suède contre la Lettonie (5-3). Chez les femmes, nous connaissons maintenant les demis-finale. Le Canada affrontera la Suisse, tombeuse de la Russie (2-0) et les USA affronteront une équipe Suédois tombeuse de la Finlande (4-2).

Quand on parle de patinage de vitesse, on parle directement des Pays-Bas. Le pays plat, qui fonde tous ses espoirs sur cette discipline raffle tout. Sauf ce samedi, où le représentant Batave en la personne Koen Werweij termina deuxième du 1500 mètres. Le Orange peut avoir de la rage en lui, parce qu'il termina dans le même centième de seconde que le vainqueur Polonais Zbignew Brodka et qu'au lieu que les deux concurrents recoivent une médaille d'or, il a été décidé que les concurrents soient départagés au millième. Et il se révèle que Werweij a terminé à trois millièmes de seconde de la médaille d'or... C'est la première compétition de patinage de vitesse que les Pays Bas ne remportent pas.

Ce doublé Russe aux deux premières place est hautement symbolique. Tout d'abord, c'est celui de la Russie sous son meilleur visage : un pays qui accueille des étrangers et leur donne une seconde chance, comme pour le vainqueur Viktor Ahn ; celui d'une Russie qui n'est pas repliée sur elle même en faisant appel à un technicien étranger en la personne du Français Sébastien Cros, qui emmène la nation Blanc-Bleue-Rouge vers les sommets ; mais enfin celle d'une Russie qui vibre pour ces JO d'hiver, en témoigne l'engouement populaire lors de cette finale. Viktor Ahn a donc terminé devant son compatriote Vladimir Grigorev. Chez les femmes, belle performance de la Chinoise Yang Zhou qui a créée la surprise en s'imposant devant l'immense favorite Sud-Corenne Shim Suk-Hee.

+Lire le compte-rendu : Doublé Russe (H), inattendue Chinoise (F)

Comme en luge ou en bobsleigh, la différence en skeleton ne se joue à rien. Pour preuve, la différence entre la première et la deuxième place n'est que de 81 centièmes de seconde après quatre manches. Ou encore, l'écart entre le troisième et le cinquième n'est que de 33 centièmes. Pour parler de la course, ce sont les Russes qui se sont imposés par l'intermédiaire de Alexandre Tretiakov, 0"81 devant le Letton Martins Dukurs. Troisième place pour Matthew Antoine, qui a lui un peu plus d'écart avec le duo de tête, étant à 2"97 de Tretiakov.

Le tournoi de curling poursuit paisiblement son cours. Et à raison d'un à deux matchs par jour pour les différentes nations dans une poule unique, nous en sommes à l'avant veille de la fin des qualifications avant que ne se disputent mercredi les demis-finale et vendredi la finale. Petit point donc sur le classement avec la Suède et la Chine qui occupent toutes deux la première place devant le Canada et la Grande Bretagne. Sachant que les quatre premières nations sont qualifiées pour les quarts de finale. Chez les femmes, même format avec en tête du classement l'invaincue équipe Canadienne devant la Suède qui compte cinq victoires pour deux défaites. C'est ensuite que c'est serré avec la lutte pour les troisième et quatrième place entre la Grande-Bretagne, la Suisse et la Chine.

8h : Ski Alpin - Super-G Hommes
10h40 : Snowboard - Finales du Snowboard Cross Dames
11h : Ski de Fond - Relais 4x10km (2x10km classique + 2x10km libre) Hommes
15h : Patinage de Vitesse - 1 500m Hommes
16h : Biathlon - 15km Mass-Start Hommes

+Le programme complet