Moerman quitte les Bleus après un succès sur la Belgique

Après un succès facile sur la Belgique à la Kindarena lors du premier match de préparation à la Coupe du Monde 2014 en Espagne, Antoine Moerman a été écarté du groupe France par Vincent Collet.

Moerman quitte les Bleus après un succès sur la Belgique
© Panoramic
France
79 57
Belgique

Avec un temps de jeu réduit (7 minutes pour 0 point inscrit), Adrien ne pouvait espérer grand chose. Vincent Collet, coach des champions d'Europe 2013, l'a confirmé à peine le succès 79-57 face à la Belgique entériné : ''J'ai indiqué à Adrien Moerman que nous avions été particulièrement satisfaits de son comportement. Cependant je ne tenais pas à garder Adrien dans le groupe alors qu'il est en concurrence directe avec deux joueurs-cadres de l'équipe. A ce jour il n'est pas en mesure de les déloger. Malgré cela, Adrien a montré de très bonnes choses et l'avenir nous dira s'il peut apporter à l'équipe de France. Dans ces conditions, nous avons préféré libérer Adrien afin qu'il puisse se reposer après une très grosse saison''.

Moerman, de son côté, a réagi à sa non-sélection : ''Je ne suis pas déçu. J'ai tout donné mais je m'y attendais plus ou moins parce qu'il faut être patient quand on joue derrière Flo et Boris. Je n'ai que vingt-six ans, à moi de travailler plus dur pour revenir. Ca a été une belle expérience, ça m'a permis de progresser, j'ai appris beaucoup avec ce groupe-là''.

Un bon succès sur la Belgique

Le Limougeaud ne sera donc pas à Pau pour la suite de la préparation des Bleus. Dans ce premier match de préparation, le joueur NBA, Rudy Gobert, a marqué les esprit en terminant meilleur marqueur avec 16 points. Alors que les Bleus menaient ''seulement'' 36-33 à la pause, le troisième quart temps a viré à la démonstration et la France s'est envolée (62-43). La 4ème quart n'est qu'une formalité. Pour Nicolas Batum, patron des Bleus en l'absence de Tony Parker : ''Il y a encore deux, trois trucs à régler en défense, surtout en homme à homme, dans les mouvements du ballon, dans les systèmes, dans le timing. Il reste quatre semaines, on a le temps. On est sur la bonne voie''

  • Gobert qui a survolé le match :
© L'Equipe