Une Espagne taille patron

Au terme d'une rencontre entamée sur les chapeaux de roue, les Espagnols n'ont jamais été mis en danger par une équipe croate totalement à côté de la plaque. Le favori de cet Euro débute donc la compétition en toute sérénité, sans frayeur par un carton sur le score de 68-40.

Une Espagne taille patron
Première victoire pour l'Espagne de Marc Gasol
Espagne
68 40
Croatie

Un collectif déjà bien rôdé

 

On le savait évidemment à l'avance, l'Espagne était favorite de cette rencontre. Il faut dire qu'à part la Slovénie, aucune autre sélection ne peut vraiment rivaliser avec les Ibériques, pas même la Croatie dans cette Poule C. Cela s'est confirmé d'une façon assez sèche : 68-40. Sous l'impulsion d'un Marc Gasol qui s'est offert son premier et sûrement pas son dernier double-double du tournoi ( 14 pts, 11 reb) et du redoutable duo de shooteurs aux postes 2 et 3 que sont Caledron et Fernandez (29 pts à eux deux), les Espagnols ont laminé leur adversaire. Rien que ces trois joueurs ont marqué plus que l'équipe croate toute entière ! L'adresse au tir en général peut être meilleure (42%) mais tellement ils ont écrasé la rencontre, cela est secondaire. Les hommes de Juan Orenga ont attendu quelques minutes avant de se mettre en route dans le premier quart-temps mais quand la machine s'est lancée, ça a fait mal. Ils vont mettre un fatal 15-0 aux croates en quelques minutes et tuer dans l’œuf les espoirs croates.

 

A la fin des premières dix minutes, il y avait déjà +15 d'avance... Malgré un milieu de match plus compliqué avec seulement 25 points inscrits en deux quart-temps, les Espagnols vont montrer qu'ils possèdent une véritable défense de fer sur laquelle va buter à maintes reprises la Croatie. Avec un Gasol impérial dans la raquette et des montées efficaces sur les extérieurs, ils ont toujours réussi à contrecarrer les plans très brouillons de leur adversaire. Les dix dernières minutes se passeront en toute sérénité et se concluront par un 18-3. Le tout sans vraiment forcer même si Gasol aura passé tout de même près de 35 minutes sur le parquet. Aux autres postes, la rotation a bien eu lieu et personne d'autre n'a dépassé les 22 minutes. Il faut dire que l'opposition a permis ses nombreuses rotations...

 

Une Croatie désolante

 

Avant cette rencontre, on pouvait placer cette nation comme un potentiel poil à gratter pour n'importe quelle équipe. Après cette correction reçue, ce statut a pris du plomb dans l'aile. Jamais ils n'ont existé dans ce match. Après avoir pris un bouillon dans le premier quart-temps, ils ont vivoté et ont même réussi à revenir à -9 par moments. Mais ce n'était pas suffisant. Tout a été catastrophique pour eux. Sur le plan collectif, c'est le néant le plus total. Retrouver une action croate dans laquelle un système efficace a été mis en place est rudement compliqué. La majorité de leurs actions se sont résumées à faire tourner le ballon de façon inefficace pendant de nombreuses secondes avant de tenter des tirs forcés improbables et donc ratés. Bien évidemment, l'adresse s'en est faite ressentir et au final, cela donne un pourcentage catastrophique de 25% de tirs réussis dont seulement 2/17 à 3 points...

 

Alors qu'il est sensé être le leader de l'équipe, le pivot barcelonais Ante Tomic a été transparent tout au long de la partie. Face à Marc Gasol, la partie ne s'annonçait pas des plus faciles mais en plus, ses partenaires l'ont très peu cherché malgré la multiplication d'appels en position préférentielle qu'il a effectué dos au panier. C'est d'ailleurs un résumé du jeu croate. Dans la raquette, ils n'ont jamais cherché à mettre à mal les Espagnols. Au contraire, ils se sont entêtés avec des tirs extérieurs forcés... Bogdanovic a notamment fini la partie avec un 4/15... Seul le jeune espoir de 19 ans, Dario Saric, a apporté un peu de satisfaction. Mais ça reste évidemment bien trop peu pour espérer quelque chose. Une réaction est attendu dès demain face à la Géorgie. L'Espagne affrontera quant à elle la Slovénie dans le choc du groupe.