Ça commence bien mal

L'Eurobasket débute de la pire des manières pour l'Equipe de France. Face à ce qui était certainement l'adversaire le plus compliqué à jouer dans cette poule, les Bleus sont tombés sous les missiles répétés envoyés à trois points par les allemands en début et surtout en fin de match.

Ça commence bien mal
France
74 80
Allemagne

Des Bleus encore très irréguliers

 

En préparation, cette Équipe de France avait déjà énormément souffert face à l'Allemagne, l'emportant à l'arrachée dans une rencontre compliquée. Ce soir, ce fut la même chose, sauf que le résultat finale diffère. Cette fois-ci, c'est la défaite qui est au bout. Il y aura des regrets, beaucoup de regrets même car cette victoire était à portée de mains. En trouvant une continuité, cela aurait pu se faire. Sauf que les Bleus sont branchés sur courant-alternatif. Ainsi, durant le premier quart-temps et une grande partie du troisième, les Allemands ont profité des défaillances bleues pour enchaîner de grosses séries et creuser des écarts qui s’avéreront fatals au final. Face à l'adresse insolente des Allemands à trois points, les Français n'ont jamais vraiment pu trouver une solution.

 

La défense fut le véritable gros problème. L'adresse extérieure obligea la défense à sortir très loin de la raquette, laissant dans le dos de nombreux espaces dans lesquels Pleiss a réussi à s'engouffrer souvent pour apporter un peu de variété au jeu allemand. Cela posa un problème d'équilibre défensif qui n'aura jamais été résolu malgré quelques changements, avec notamment une pression extérieure très haute qui porta ses fruits quelques instants. Offensivement, Tony Parker a été comme à son habitude décisif avec 18 points, bien accompagné à certains moments par Gélabale (11 points), Batum (9 points) ou encore Diot (8 points). Les extérieurs ont donc fait ce qu'il fallait pour porter l'équipe. A l'intérieur par contre, Lauvergne, Diot et Ajinça ne combinent à eux trois que 17 points. C'est évidemment trop faible. Sans compter que le rebond a été largement dominé par les Allemands qui en ont accumulé 29 contre seulement 18 à la France... Les Bleus n'ont déjà plus le droit à l'erreur et une victoire est obligatoire face à la surprenante Grande-Bretagne dès demain.

 

Les snipers allemands

 

Le danger était connu. Avec Schaffartzik, Benzing ou Staiger, les Allemands possédaient des artificiers capables d'arroser le panier avec des tirs à longue distance. Et c'est à ça qu'on a eu droit. Avec un taux de réussite hallucinant de 60%, similaire à celui de l'adresse globale, cette capacité à shooter de n'importe où a fait la différence. Dans le premier quart-temps, ils ont réussi à planter 27 points en tournant à plus de 80% de réussite avec notamment des paniers monstrueux rentrés à neuf mètres ! Dans ces conditions, c'est forcément difficile d'aller chercher quelque chose. Mais au contraire de la France qui peut d'appuyer sur un banc de qualité, les Allemands l'ont emporté aujourd'hui exclusivement grâce à leur cinq majeur.

 

En effet, sur les 80 points, seulement 8 ont été inscrit par des joueurs du banc. Les rotations ont été peu nombreuses mais malgré ça, ils ont réussi à résister. Alors que les Bleus étaient passés devant à quelques minutes de la fin, ils s'accrocheront et grâce à deux nouveaux coups de canon de Staiger dans les dernières secondes, ils assureront la victoire. Le joueur du Bayern Munich terminera à 14 points, laissant la place de meilleur marqueur à son coéquipier en club Benzing avec 19 points. Cette victoire face au favori du groupe ouvre en grand les portes du Deuxième Tour à nos voisins d'Outre-Rhin et même de la première place s'ils ne font pas d'erreur. Pour cela, il faudra commencer par battre la Belgique dès demain.