"I have a Green" - "Dr." Glenn Anton Rivers

Véritable détournement de l'expression mondialement connue, "I have a Dream" du Dr. Martin Luther King, les C's ont réussi l'exploit de gagner au Madison Square Garden. Ce succès leur donne ainsi une nouvelle chance d'égaliser dans la série en retournant chez eux, au TD Garden, pour le prochain "Game". Boston n'a plus rien à perdre maintenant, donc forcément, ils ont des espoirs faits de "Green". Les Knicks,eux, risquent gros maintenant, malgré leur avantage dans la série.

"I have a Green" - "Dr." Glenn Anton Rivers
New York Knicks (3)
86 92
Boston Celtics (2)

Le Live :

 
Entre le port du noir conseillé pour la mort des C's d'après K-Mart ou encore que "la série serait déjà finie" si Smith avait joué d'après les dires de l'intéressé, les Knicks avaient à coeur d'en terminer au plus vite avec Boston. Ils vont ainsi réussir leur entrée avec un 11-0 que Carmelo Anthony conclura d'un dunk à deux mains. Maladroits, les Celtics ne rentrent aucun shoot dans les premières minutes. Bass donne toutefois un peu d'air aux siens par son activité. Le diable de Melo continue son festival offensif. Incisif et surtout adroit, il va offrir jusqu'à 9 longueurs d'avance aux siens. Mais Brandon Bass va inspirer toute son équipe et les Celtics vont peu à peu revenir, malgré le mauvais soir de Paul Pierce aux shoots. Le n°30 de Boston permet ainsi à sa franchise d'être dans les clous à la fin du 1er quart, 20-22 en faveur des locaux.
 
En début de 2ème quart-temps, Boston laisse trop d'espaces aux shooteurs des Knicks. Réputée pour vivre à travers son shoot, New York pourrait retrouver du rythme d'un tir à un autre. Toutefois, c'est bien Boston qui prend l'ascendant dans cette période. Cette bonne forme est en partie dû à l'impact de Kevin Garnett, offensivement, en provoquant la 3ème faute de Kenyon Martin, et défensivement, par sa présence au rebond et contre. C'est sous cette impulsion que les Celtics vont égaliser puis passer devant. Felton tente de répondre à travers de multiples pénétrations ou encore via un alley-oop avec Chandler mais Boston à le vent en poupe, comme en témoigne un alley-oop version "old school", Pierce pour Garnett. Shumpert montre encore une fois ses qualités défensives en avant, mais les Knicks peinent et les C's en profitent pour pointer le bout de leur nez en deuxième mi-temps avec 6 points d'avance grâce à un 3pts de Jason Terry, 46-40.
 
Le Trèfle a bien appris du passé que les secondes mi-temps sont son point faible de cette série. Green et les siens vont donc entrer immédiatement dans cette 2ème période afin d'éviter toutes mauvaises surprises. Pierce va ainsi convertir son 3ème tir derrière les 7m65 (ligne à 3pts, quoi). Mais le meneur new-yorkais, Raymond Felton, est toujours là sur ses attaques de cercle et maintient les Knicks en vie. Les C's ont toutefois plus d'envie et surtout , arrivent à conclure les actions. Pierce va réussir un premier shoot difficile, auquel le Madison Square Garden répondra par un "defence" (cri des supporters) assez timide. Paul Pierce répondra par un nouveau shoot à 3pts, encore plus difficile, et joue ainsi les climatiseurs de salle bouillante. La mène bostonienne trouve une certaine assurance quand Terrence Williams est aux commandes. Le match s'emballe quelque peu, comme le contre de Terry sur Felton peut en attester. Ce même Terry va jouer les enfants terribles en réussissant son 4ème 3pts de la soirée et, dans le même temps, permettre à Boston d'avoir 9 points d'avance à l'issue de la 3ème période.
 
Entre le manque de réussite de Smith et de Melo, NY montre des carences pour contenir l'engouement bostonien. Garnett, puis Green sur un dunk, vont ainsi corser l'addition en offrant 15 longueurs d'avance à Boston. Mike Woodson prend donc un temps-mort qui sera bénéfique pour les Knicks qui vont revenir avec de bien meilleures intentions. Le problème, c'est que certains joueurs, comme JR Smith, vont confondre vitesse et précipitation. New York pourra néanmoins compter sur Iman Shumpert, des deux côtés du terrain pour revenir à 8 longueurs de Boston. Malgré leur tendresse actuelle sur le parquet, les C's vont maintenir à distance les ardeurs new-yorkaises, notamment grâce au 5ème 3pts de Jason Terry. Felton va bien répondre, encore sur pénétrations mais Green, par deux fois, va trouver la mire à 3pts et reléguer les Knicks à 12 longueurs. La seule chance pour NY de revenir serait de trouver de l'adresse, immédiatement. Et ils vont en trouver ! Réussisant un 7-0 en peu de temps, les Knicks remettent la pression sur les C's. Kevin Garnet jouera les Mister Clutch avec un shoot précédé de multiples feintes face à Chandler pour stopper les espoirs de come-back new-yorkais. Boston s'impose finalement 92-86 avec des esprits échauffés entre Crawford et Felton en fin de rencontre.
 
 
La Match :
 
Les provocations, motivation Celtic ?
 
Le contexte du match est tout de même particulier. Avant le dernier Game à Boston, NY menait la série 3-0. L'histoire NBA, à l'inverse de celle NFL ou NHL, retient qu'aucune équipe n'a jamais réussi un tel retour pour se qualifier. Qui plus est, la dernière rencontre avait vu les Knicks être privés de JR Smith suite à un mauvais geste sur Terry au Game 3. Alors, il était logique de se demander "Et si Smith avait été là ?" Le joueur dira que la série aurait déjà un terme et que les C's se seraient retrouvés en vacances en train de "jouer au golf". Le tatoué ira même plus loin en jouant les amnésiques, disant qu'il ne connaît aucun Jason Terry. Et comme si ceci ne suffisait pas, le bon Kenyon Martin avait demandé à son équipe de porter du noir pour la mort des Celtics au Madison Square Garden. Ce que les deux têtes brûlées ont oublié, c'est que l'équipe de Boston a du coeur et surtout de l'orgueil. Se nourrissant du moindre "manque de respect", les Celtics ont su aller chercher un match crucial à NY pour mettre la pression sur la série. Si jamais les C's remportent l'affrontement, non prévue par les Knicks, de vendredi au TD Garden, un Game 7 se profile à l'horizon. Et tant mieux pour nous.
 
 
Une rotation à 7
 
Doc Rivers a tenté un pari cette nuit, qui pourrait trouver ses conséquences dans les jours qui viennent. On le sait que Boston est bien meilleure avec Garnett et Pierce sur le terrain. Mais les deux compères ne sont plus tous frais et passer, respectivement, 38 et 44 minutes sur le terrain risque de ne pas être sans conséquence. Toutefois, les deux effectifs ont pu profiter d'un repos de trois jours avant ce Game 5, expliquant sûrement le choix de Rivers. Toutefois, cette courte rotation, inédite avec Rivers, peut aussi s'expliquer par les bonnes performances de Bass et Green très adroits ce soir (35 pts et 11/15 aux tirs combinés). On a ainsi pu voir plus longuement Terrence Williams à la mène. Même si le shoot n'est vraiment pas son fort, l'ex-King a offert une belle alternative à Rivers pour mener son jeu. Juste dans ses choix, Williams prend peu à peu du galon et exploite ses qualités naturelles de dribleur. Enfin, malgré leurs difficultés chroniques à marquer ce soir, Jason "Jet" Terry et Paul "The Truth" Pierce ont été adroits à 3pts. Cumulées, leurs stats aux tirs est de 6/16 pour le premier et 6/19 pour le second. Toutefois, si on ne prend que l'adresse derrière la ligne, ils sont, respectivement, à 5/9 et 4/8. Réussissant des shoots cruciaux, les deux arrières ont su mettre les bons tirs et surtout aux bons moments.
 
 
Arrogance et gâchis, la mauvaise combinaison new-yorkaise
 
NY est arrivée sûre d'elle. Son début de match est à l'image de sa confiance affichée sur l'issue de ce match. Mais au fil des minutes, la machine s'est peu à peu enrayée pour tout simplement déraillée. JR Smith a, par exemple, dû attendre sa 11ème tentative pour enfin marquer son premier panier du match. Ce dernier terminera avec un bien triste 3/14 aux tirs. Côté Melo, les conclusions ne sont pas meilleures. Pourtant, le All Star avait commencé sur les chapeaux de roues en première mi-temps. Mais peu à peu, il est apparu moins flamboyant, moins en réussite et tout ceci se conclut par un 8/24 aux tirs avec des regrets dans la bouche. Carmelo, d'habitude si clutch, ne trouve la mire dans les ultimes minutes et bafouille depuis deux matchs son basket. Même si nous sommes encore loin du 10/35 du Game 4, le pourcentage de Melo est indigne de son statut et encore plus, au regard de sa fin de saison tonitruante. A côté de ceci, Kidd et Prigioni ont été quasiment inexistants cett nuit et n'ont jamais apporté à leur équipe, expliquant ainsi leur faible temps de jeu. La seule satisfaction que l'on peut trouver est du côté de Felton et d'Iman Shumpert qui apporte 12 pts (à 4/7 aux tirs) ainsi que 6 rebonds, mais surtout, il apporte défense de fer qui explique, en grande partie, le mauvais pourcentage de Pierce. Avec un déplacement dans le Massachussets, NY est dans une situation qu'elle n'escomptait pas il y a deux matchs de cela. Attention au TD Garden, car si les C's venaient à l'emporter, qui sait quelle sera l'issue de cette série.
 
 
-> [STATS COMPLETES] <-