La maîtrise texane

Et c'est parti pour les finales de Conférence. Pour l'occasion, les Spurs accueillaient les Grizzlies dans leur antre. Habitués à cette position, les hommes de Popovich doivent se méfier de la doublette intérieure de Memphis qui fait partie des plus prolifiques de la NBA.

La maîtrise texane
San Antonio Spurs (1)
105 83
Memphis Grizzlies (0)

Le Live :

Le moins que l'on puisse dire, c'est que San Antonio veut frapper fort dans ce premier quart-temps. Eux, habitués des finales de conférence à l'inverse des Grizzlies, novices en la matière, et personne d'autre. Tony Parker va en profiter pour mettre tout le monde d'accord que ce soit dans l'organisation du jeu ou à la finition. Grâce à une belle adresse et un jeu fluide, les Spurs prennent 12 pts d'avance, forçant Lionel Hollins à prendre un temps mort. Mais Fort Alamo ne reste pas sur ses acquis et continue à prodiguer énergie et volonté pour éteindre les Grizzlies. La seule bonne action que l'on peut souligner en faveur de Memphis est un coast-to-coast de Mike Conley mais cependant trop isolé pour réellement avoir un impact. Les deux missiles longue distance lâchés par Matt Bonner offrent un véritable coussin aux Spurs qui mènent à la fin du quart-temps, 31-14

Dans ce début de deuxième quart-temps, Memphis trouve un peu d'adresse via Prince et Pondexter. Mais les Spurs maîtrisent tellement leur sujet qu’ils vont obtenir 20 pts d’écart, grâce à TP qui enregistre déjà 12 pts à 5/5 aux tirs. Mike Conley tente toutefois de redonner un nouvel élan aux siens en étant plus agressif vers le panier.  Avec un regain d’énergie, Memphis s’avère plus présent en défense et retrouve un peu de couleurs, malgré un écart toujours conséquent. Les Grizzlies, bien emmenés par Gasol aux tirs, vont tenter un come-back sur les Spurs qui sera gâché par l’adresse de Leonard et Bonner (encore) à 3 pts. Les Spurs partent aux vestiaires sur le score de 51-37.

 Les Spurs vont continuer sur leur belle lancée. Avec leur adresse extérieure, San Antonio contrôle ce match de la plus belle des manières. Toutefois, sur un sursaut d’orgueil, les Grizzlies vont mettre la pression sur les épaules de San Antonio. Pondexter, chaud derrière la ligne, balance deux pépites primées puis Bayless intercepte et finit en contre-attaque. Memphis est tout simplement revenu à 6 pts en passant un 10-0. Le problème, c’est que les hommes de Popovich ont de la ressourc ce et vont répondre avec un 11-0. Rien que ça. Même quand on a pu penser les Spurs inquiétés par le retour des visiteurs, TP & co. remettent la pression et s’en sortent avec 16 pts à la fin du 3ème, 73-57.

Difficile de trouver du bon dans le néant qu’offrent les Grizzlies en termes de jeu. Parker joue les chefs d’orchestre et tout le monde est au diapason. La soirée vire au cauchemar pour les Grizzlies avec la pluie de 3 pts que San Antonio distribue dans ce quart-temps. Zach Randolph réussira enfin à mettre son premier panier, ainsi que premiers points, du match mais les Spurs sont trop loin, trop forts. Memphis chute lourdement à San Antonio et les coachs décident de faire tourner les effectifs en prévision de Game 2. Au final, les Spurs mènent désormais dans la série grâce à une victoire 105-83.

 

Le Match :

Spurs en mode record

Pour venir à bout de Memphis, que tout le monde escomptait plus valeureux, les Spurs ont pu compter sur une adresse à 3 pts qui frise l’insolence. Avec une adresse proche des 50% (14/29), c’est une véritable pluie de météorites qui s’est abattue sur les têtes des Ours du Tennessee. En tête de file, Leonard (4/5), Green (3/6) et Bonner (4/6) ont été les artilleurs pour l’offensive texane derrière l’arc. Précisons toutefois qu’il s’agit d’un record en playoffs pour la franchise de San Antonio. Réussissant à parfaitement alterner intérieur-extérieur, les hommes de Popovich n’ont laissé aucune chance à ceux de Hollins. Preuve de la fluidité du jeu Spurs, la majorité des tentatives ont été des shoots construits et non des exploits individuels.
Qui plus est, ajoutons que notre TP national est devenu cette nuit le 18ème scoreur de toute l’histoire des playoffs NBA. Et ouais, quand même.

 

Quand Z-Bo rime avec « zéro »

On peut vanter les mérites de la défense de Memphis, mais surtout on attendait beaucoup de sa raquette. Le problème, c’est que le duo d’intérieur a plus ressemblé à une partition solo de Gasol. On peut ainsi pointer du doigt le mauvais match de Zach Randolph qui signe ici son pire match des playoffs : 2 pts à 1/8 et 7 rbds. La défense de Duncan a tout simplement épuisé l’intérieur All-Star au point même de le frustrer. Incapable d’obtenir une balle au poste, notamment grâce au superbe travail défensif de Tony Parker sur Mike Conley, Z-Bo n’a jamais pu prendre un shoot dans de bonnes conditions qui, forcément, limitent les possibilités d’apporter à l’intérieur. Quand bien même nous jugeons la performance plus que douteuse de Randolph, celle de Gasol n’a pas été des plus impressionnantes. Il faut toutefois souligner que l’ensemble des Grizzlies est passé à travers ce match si ce n’est Quincy Pondexter qui signe 17 pts sur ce match. Les stats de Mike Conley sont en trompe l’œil. Bien qu’il réussisse 14 pts, 8 pds et 4 rbds, le meneur n’a pas eu l’impact nécessaire pour parfaitement insuffler son équipe.

 

Une équipe et le jeu qui va avec

Les mots ne sont pas suffisants pour décrire la véracité du titre de cette section. Bien menés par notre Frenchy national, les Spurs ont tout simplement maîtrisé le match du début à la fin. Le seul instant où les Grizzlies sont revenus sur les talons de San Antonio, les texans ont répondu par 11-0. La manière avec laquelle les hommes de Popovich ont tenu ce match était juste incroyable. Ils ont aussi réussi à jouer régulièrement l’extra-passe, expliquant la si grande réussite à 3pts texane. Toutefois, cette performance est à relativiser car on ne sait pas encore s’ils seront capables de tenir un tel rythme sur l’ensemble de la série. Entre contenir la raquette du Tennessee et confirmer l’adresse derrière la ligne à 3pts, San Antonio aura encore fort à faire dans cette série. Mais bon, avec cette équipe, tout est possible.

 

-> [ STATS COMPLETES ] <-

 

Vidéo à venir..