Orlando Magic: reconstruction discrète mais prometteuse

5 ans après la finale perdue face à Los Angeles, le Magic d'Orlando commence à se bâtir une équipe intéressante pour le futur.

Orlando Magic: reconstruction discrète mais prometteuse
Vucevic et Oladipo, le futur de la franchise. (crédit-photo : bleacherreport.com)

2009. Le Magic y était presque. Après une très belle campagne de Play-Off sur la conférence Est, avec notamment un Hedo Turkoglu règnant sur Boston au Garden, la franchise se retrouve en finale face aux Lakers de Kobe Bryant et Pau Gasol. Défait 4-1, Dwight Howard voit le titre s'envoler devant lui tel un Shaq face à Houston avant lui. Depuis cette défaite, les mauvais choix s'enchainent: départ de Turkoglu, arrivée d'Arenas etc.. Orlando ne digère pas sa finale et tente chaque été de rafistoler un effectif dont le mal est bien plus profond. Joueurs en régression, envies de départ, fin de cycle pour Stan Van Gundy: à l'été 2012, la franchise décide de prendre un nouvel élan. Exit Howard et surtout nouveau General Manager avec Rob Hennigan. Une arrivée bien plus importante que ce qu'on a pu penser à l'époque.

Repartir de zéro

Plus jeune GM de l'histoire à seulement 30 ans, cet ancien de San Antonio et Oklahoma City y a ramené leur savoir-faire. Bonne pioche à la Draft et joueurs sous-estimés, voilà les nouvelles cibles. Jameer Nelson se voit former un nouveau backcourt avec Aaron Afflalo. Souvent contenté au rôle de poste 2 de défenseur/bon shooteur, l'ancien Piston est désormais plus libre et atteint régulièrement la barre des 20 points par match. Même si le Magic reste dans les profondeurs de la conférence Est, Afflalo remplit son contrat en attendant l'émergence d'un franchise player parmi les promesses qui l'entourent.

Et ce n'est pas le potentiel qui manque autour de lui. Dans l'excitation autour du trade d'Howard aux Lakers, très peu relèvent qu'Orlando récupère les droits de Nikola Vucevic, pivot drafté l'année précédente par les Sixers. D12 parti, le Monténégrin grandit loin de toute pression. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat est probant. Machine à rebond, il enchaine les double-doubles et finit 3e meilleur rebondeur de la ligue (avec une pointe à 29, record de la franchise battu). L'année dernière, il s'est vu renforcé par d'autres belles promesses comme Tobias Harris ou bien le dernier numéro 2 de la draft, Victor Oladipo. Coaché par Jacques Vaughn, l'équipe n'explose évidemment pas mais l'avenir promet, quand tous ces joueurs seront arrivés à maturation.

2014, un premier été charnière

Une nouvelle fois très attentif à la Lottery, le Magic récupère le 4e choix. Impossible d'obtenir un du trio Wiggins/Parker/Embiid qui affole tous les scouts. Pour autant, il reste à faire sachant qu'ils disposent aussi du 12e choix. Parmi les besoins de l'équipe, on pourrait penser à un complément intérieur à Vucevic ou bien à un meneur. Ce dernier poste semble être la priorité, les différentes prévisions parlant d'un intérêt pour Dante Exum. Un profil très proche d'Oladipo, combo guard très athlétique mais surtout scoreur avant d'être organisateur. Or, Jameer Nelson ne sera pas éternel et commence même à perdre un peu de sa superbe. Marcus Smart, aussi envisagé, n'est pas un réel point-guard. Le seul avec ce profil reste le prometteur Elfrid Payton, qui sera surement disponible pour un 12e pick. Dans cette optique là, Rob Hennigan pourrait se tourner vers le plus gros prospect au poste 3/4, soit Julius Randle ou bien Noah Vonleh.

Cependant, outre ces besoins, Orlando souhaiterait remonter son adresse extérieur, la deuxième plus mauvaise de la ligue. Pour cela, les scouts auraient ciblé Nik Stauskas, un 2/3 plutôt adroit. Ce qui pousserait Afflalo vers la sortie ? Cela dépendra des choix 2 et 12. Mais il ne faut pas seulement se focaliser sur les potentiels rookies. Le Magic dispose d'une belle marge avant d'atteindre le salary cap. Un joueur comme le très convoité Kyle Lowry pourrait intéresser la franchise. Encore auteur d'une belle saison, il pourrait être ce meneur confirmé qui tire les autres vers le haut. En tout cas, ce qui est sur, c'est que cela risque de se renforcer du côté de la Floride. Avec de très bons jeunes (Vucevic, Oladipo), deux très haut picks et une masse salariale très faible, la franchise dispose d'une très belle marge de manoeuvre. A elle d'en faire bon usage, avec comme premier objectif cette draft 2014 si attendue.