Le Tour, 100 éditions d'émotions - 2nd épisode, 1919-1929 : les années belges

Le Tour n'a pas construit sa légende en un jour. Mais en 100 éditions. Anecdotes croustillantes, hommages au grands champions... "Le Tour, 100 éditions d'émotion", chronique. Second épisode.

Le Tour, 100 éditions d'émotions - 2nd épisode, 1919-1929 : les années belges
Jean Alavoine lors de la 2ème étape du Tour 1921. © L'Auto / L'Equipe

L'unanimité du Tour de France ne fait plus de doute. Les jets de clous sur la route et les favoritismes sont maintenant loin. Henri Desgrange est encore pessimiste quant à l'assistance et aux nouveautés.

 

1919 : Au sortir de la guerre

La France sort d'une Première Guerre Mondiale coûteuse en vie. Les Français veulent s'évader et le Tour de France contribue à la chose. La passion sur les bords de route, les émotions transportées par cette course font sortir ne serait-ce que quelques instants de la morosité ambiante. Cette édition fut celle du renouveau. Celui d'une France qui se relève de ces quatre années difficiles et terribles notamment pour les familles du Grand Est. A l'appel manquent bon nombre de champions. Octave Lapize est tombé, abattu alors qu'il était dans son avion de chasse. Petit-Breton a eu un accident de la route. Ces deux-là sont disparus en 1917. François Faber, chaque année aux avant-postes est tombé sous les balles. Vu le manque de pneumatiques (comme beaucoup d'autres choses, d'ailleurs), Peugeot comme Alcyon s'unissent dans une nouvelle formation appellée "La Sportive".

Pour ce qui est de la course, le sens du tracé s'inverse. Il est maintenant contraire aux sens des aiguilles d'une montre. Les Français donnent tout dans ce qui est pour eux un échappatoir. Mais c'est finalement un Belge qui s'impose, Firmin Lambot. C'est le début d'une longue hégémonie. Ce Tour est aussi celui du début d'un symbole. Le début du Maillot Jaune. Pourquoi est-il jaune ? Tout simplement parce que la couleur des pages du journal organisateur (L'Auto) étaient jaunes. C'est le début d'un symbole. 

 

1920 : Thys, encore lui

Le Tour est marqué une nouvelle fois par une victoire de Philippe Thys. Sur des routes qui n'ont pas encore été rénovées, le Belge ne perd pas le coup de pédale qui lui avait permis de remporter deux précédentes éditions (1913, 1914). Il s'impose encore une fois et confirme une décennie sous l'empreinte belge (5 victoires en 10 éditions). Par ailleurs, il est le premier coureur à réaliser un triplé. Pour ce qui est cette fois de l'organisation, les coureurs sont classés en deux catégories. Une A et une B. Les catégories B n'avaient pas de sponsor.

 

1921 : Scieur sans grand panache

Alors certes, Léon Scieur a remporté cette nouvelle édition avec 18 minutes d'avance sur le second mais il ne faut pas non plus trop l'encenser. Le Belge a pris la première place à l'issue de la seconde étape et l'a gardé tout le long du Tour. En général, ce Tour ne fut pas très passionnant. Les 9 minutes prises par Scieur à Cherbourg ont tué le suspense et le reste de cette 15ème édition ne fut pas franchement exaltante.

 

1922 : La découverte de l'Izoard

La situation financière de la France s'améliore. Du coup, celle des constructeurs de cycles aussi. Pour fêter cette bonne nouvelle, les organisateurs inscrivent sur le parcours le col de l'Izoard. Une montée à priori sans charmes, où la verdure est inexistante par endroits. Mais toujours au programme actuellement. La victoire reviendra à Firmin Lambot, qui aura plus gagné grâce aux problèmes de ses adversaires que par sa supériorité. Journaliste à L'Auto, Pierre Charny analysera : "Firmin Lambot, coureur harmonieux mais dépourvu d'initiative, l'emporta encore à l'usure, comme en 1919, n'ayant gagné aucune étape". Cette victoire est la dernière d'une longue série de 7 éditions consécutives gagnées par les Belges.

 

1923 : Le retour de la France qui gagne

Henri Pélissier l'avait annoncé : "Nous n'entendons pas tout bouffer mais nous partons pour gagner et montrer à Desgrange que nous ne sommes pas des guignols". Effectivement, en 1920, les deux frères Pélissier, Henri et Francis, avaient abandonné et leur comportement avait été largement stigmatisé. En 1923, ils ont déclenché une lisse exceptionnelle sur le bord des routes. Les Français sont comme transportés à l'idée de pouvoir envisager une victoire française, quelque chose qu'ils n'ont plus ressenti depuis plus de dix ans. Alors, quand Henri Pélissier est arrivé à Paris avec le maillot jaune, imaginez la liesse qui s'est emparé de la Capitale. Il a réussi à mettre un terme à la domination belge, un exploit que le peuple français lui rend bien. A noter la deuxième place d'un certain Ottavio Bottechia, très prometteur.

 

1924 : Bottecchia les a réduit à néant

Révélé lors de la précédente édition et désigné par Henri Pélissier comme son successeur, Ottavio Bottecchia n'a pas déçu les personnes qui croyaient en lui. Il remporte la première étape. Henri Pélissier déclare : "Dans sa forme actuelle, Ottavio Bottechia nous dépasse tous de la tête". Quelques jours plus tard, Pélissier et son frère quitteront la course. Dans les Pyrénées, il accroit son avance. On ne le reverra plus. Leader du début à la fin de cette Grande Boucle, Ottavio Bottechia mérite complètement cette victoire.

 

1925 : La même

Moins de facilité mais toujours le même résultat. Quatre étapes, aucune inquiétude et un nouveau Tour pour Ottavio Bottechia. Une surprise arrive cependant au classement. Aucun français ne se classe dans le Top 10 pour la première fois de l'histoire de cette épreuve. Ceci confirme l'internationalisation du Tour, même si pour l'instant, cela reste principalement une compétition entre européens. Les équipes sont apparues lors de cette édition. Composées chacune de 12 coureurs, Henri Desgrange explique : : "Chaque équipe de 12 coureurs constitue une entité dont les hommes pourront s’entraider de façon à se présenter en plus grand nombre possible à l’arrivée, ou à faire gagner la marque qu’ils représentent".

 

1926: Lucien Buysse... et les autres

Pour la première fois de son histoire, le Tour de France part de Province. Et d'Evian plus particulièrement. Avant d'effectuer le tour habituel de l'Hexagone et de revenir dans cette ville puis de repartir vers Paris. C'est la plus longue édition du Tour de France de sa création à nos jours. Pour ce qui est de la course, elle ne fut pas franchement passionnante. Des innovantions inutiles, un public observateur et un vainqueur déjà connu à l'avance. Lucien Buysse avait terminé 3ème en 1924, 2nd en 1925 et sa victoire lors de cette édition fut sans surprises. Grâce à deux énormes étapes que sont Bayonne-Luchon et Perpignan-Luchon, le Belge mérite sa victoire. Cependant, le Tour cherche son second souffle.

 

1927 : C'est quoi ce bazar ?

Des innovations improbables et incompréhensibles. Ce Tour de France 1926 fut très bizarre au niveau de son organisation. Le Tour cherchait un second souffle, mais sûrement pas de cette façon. Le nombre de journées de repos passe à sept, toutes suivies d'une grande étape de montagne. Et pour briser avec la monotonie des étapes de plaines, Desgrange décide de lancer une formule aussi originale qu'étrange. Départs séparés entre chaque écurie comme un contre-la-montre par équipe mais avec classement individuel. Le public n'y comprend pas grand chose. 87 ans plus tard, nous non plus à vrai dire. Pour ce qui est de la course, Nicolas Frantz s'impose en ayant, encore une fois fait la différence dans l'étape Bayonne-Luchon.

 

1928 : Alcyon domine, Frantz réalise le doublé

13 étapes sur 22 et les 3 premières places du général pour Alcyon. Voilà un bilan que bon nombre de formations accepteraient volontiers. C'est donc le bilan d'Alcyon lors de cette 22ème édition. Et son leader Nicolas Frantz réussit l'exploit réalisé par Bottechia 4 ans plus tôt, soit porter le maillot jaune de bout en bout. A noter aussi l'arrivée des équipes régionales : Normandie, Ile-de-France, Sud-Est, Lorraine-Champagne... 45 coureurs au total composent ces équipes qui appellent les nationales, lancées deux ans plus tard.

 

1929 : "On a fait gagner un cadavre !"

Cette phrase, c'est Henri Desgrange qui l'a prononcé. En effet, pris d'un syncope au moment du départ, le Belge Maurice de Waele n'aurait jamais dû repartir de Grenoble. Il a souffert le martyre mais s'est finalement imposé. Petite anecdote croustillante, au soir de la 7ème étape (Les Sables d'Olonnes-Bordeaux), le maillot jaune fut porté par 3 coureurs. A l'époque, les coureurs étaient séparés à la seconde.

 

1930 : Le début d'une grande et longue histoire

Quelle idée de génie qu'a eu Henri Desgrange. Accumulant les mauvaises décisions ces derniers temps (départs séparés par équipe, refus de l'asssistance, mépris pour les innovations, défiance envers les arrivées groupées...), Desgrange s'est bien rattrapé avec cette superbe idée : faire des équipes nationales. Mais pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt ? Cette idée a complètement révolutionné le Tour de France. Et ce, pendant un quart de siècle. L'intérêt revient pour une course qui avait été terne pour ne pas dire plus lors de la dernière édition.

Cette réforme sourit aux français. Et à André Leducq en premier lieu. En s'imposant lors de cette édition du renouveau,  le Français régale le public qui se passionne de nouveau pour ce qui est devenue petit à petit la plus prestigieuse course au monde. 2 millions de personnes à l'arrivée, aucune place disponible sur les bas-côtés lors des 100 derniers kilomètres... Le Tour a trouvé le second souffle qu'il cherchait il y a encore quelques années. Et cela plaît au public.

 

+ Retrouvez le numéro précédent : 1903-1914 - Le commencement

+ Retrouvez le numéro suivant : 1930-1939 - La passation de pouvoir