Jan Bakelants à la surprise générale!

Dans un final épique marqué par la côte du Sallario à 12 kilomètres de l'arrivée, c'est le Belge de la RadioShack Jan Bakelants qui s'impose à Ajaccio après avoir faussé compagnie à ses compagnons d'échappée. Il endosse du même coup le maillot de leader.

Jan Bakelants à la surprise générale!
Jan Bakelants s'offre la première victoire de sa carrière (DH.be)

Après une étape plate hier, le peloton avait le droit aujourd'hui à une étape accidentée, difficile avec 4 difficultés. Dès les premiers mètres, 4 hommes se détachent du peloton. Parmi eux, Blel Kadri (AG2R La Mondiale), Ruben Perez Moreno (Euskatel-Euskadi), David Veilleux (Europcar) et Lars Boom (Belkin). Ce dernier qui était déjà dans l'échappée lors de la première étape. Le peloton laisse faire, derrière ce groupe Julien Simon (Sojasun) sent le coup partir, le puncheur breton est en chasse patate mais ne reviendra pas. Le quatuor se dégage alors et prend rapidement 3 minutes d'avance, écart maximal au cours de cette étape. 

Le peloton ne laisse pas de marge

Comme hier le peloton ne laisse pas l'échappée prendre 4, 5 minutes, seulement trois petites minutes pour les 4 hommes de tête. Au kilomètre 33, c'est Lars Boom qui passe en tête du sprint intermédiaire, devant le Canadien David Veilleux. Derrière les équipes Cannondale et Argos-Shimano de Peter Sagan et Marcel Kittel le maillot jaune prennent  les choses en main pour la 5ème place du sprint intermédiaire. C'est finalement le champion d'Allemagne André Greipel (Lotto-Belisol) qui règle le sprint du peloton, l'Allemand devance Peter Sagan et le maillot blanc Danny Van Poppel, Mark Cavendish termine seulement 4ème du peloton. Suite à cette accélération, les 4 hommes de tête perdent 1 minute, mais le peloton laisse filer et le quatuor reprend ses trois minutes d'avance. Sous une chaleur importante, le rythme reste cependant élevé avec 45,6 km/h dans la première heure de course. A moins de 100 kilomètres de l'arrivée, l'écart tombe sous les deux minutes, le peloton est mené par l'équipe Katusha de Joaquin Rodriguez. On sent alors dans le peloton du stress, les trois des quatre difficultés de la journée vont être déterminantes pour la suite de l'étape. 

Des Français dans le rythme

Les 4 hommes de tête abordent la 1ère difficulté de la journée, le col de la Bellagranajo classé en 3ème catégorie, 6,6 kilomètres à 4,6% de moyenne. Une mise en route assez tranquille, mais le quatuor perd du temps. Derrière c'est toujours les Katusha qui mènent le rythme, au sommet de cette difficulté, c'est le Néerlandais Lars Boom qui franchit la ligne en tête. Le coureur de la Belkin devance Ruben Perez Moreno, Boom qui pour l'instant est virtuel maillot à pois avec les 2 points pris. Le peloton accélère, il n'est plus qu'à 1 minute des quatre échappées. Dans la descente, il ne compte plus que 35 secondes de retard ! Les hommes de tête arrivent alors au pied de la 2ème difficulté de la journée, le col de la Serra, dès le début de l'ascension, Lars Boom et Ruben Perez craquent devant. Le train imprimé par Blel Kadri fait des dégâts, seul le Canadien David Veilleux parvient à suivre le rythme du grimpeur de la formation AG2R La Mondiale. Dans le peloton, changement de physionomie. C'est l'équipe FDJ.fr qui prend les choses en main, on travaille pour Thibaut Pinot. Le rythme infernal d'Alexandre Geniez fait mal à l'arrière, les sprinteurs tombent les uns après les autres, d'abord Mark Cavendish, l'Anglais est dans un mauvais jour, puis c'est le maillot jaune Marcel Kittel qui craque, le col de la Serra fait mal à plus de la moitié du peloton. Le peloton continue à perdre des unités, devant Blel Kadri et David Veilleux ont toujours quelques secondes d'avance. c'est le Toulousain d'AG2R qui passe en tête du col de la Serra, après une courte descente, place à la 3ème difficulté de la journée, le col de Vizzavona. C'est alors que Thomas Voeckler (Europcar) prend la poudre d'escampette, le chouchou des Français lance la première banderille. L'accélération de la FDJ continue à faire mal, c'est au tour du maillot vert Alexander Kristoff de céder tout comme André Greipel et John Degenkolb, le rythme de la formation Française fait très mal. Devant, Blel Kadri qui part seul, David Veilleux n'arrive plus à suivre le coureur d'AG2R La Mondiale. Voeckler toujours entre les deux groupes n'arrive pas à faire d'écart, la FDJ rattrape le coureur de la formation Europcar. Un Europcar peut en cacher un autre, après Voeckler c'est Pierre Rolland qui passe à l'offensive, le leader des petits hommes verts en quête du maillot à pois, doit prendre des points au sommet. Le grimpeur de Jean-René Bernaudeau rattrape Kadri et le dépose, à l'avant du peloton, ça se regarde et Brice Feillu (Sojasun démarre), suite aux attaques de Rolland et Feillu, la formation SKY de Chris Froome prend les choses en main. Mais seulement deux coureurs aux côtés du Kenyan Blanc. Pierre Rolland passe en tête du grand prix de la montagne, devant Blel Kadri et Brice Feillu. le coureur d'Europcar compte 35 secondes d'avance sur le peloton. Derrière Marcel Kittel est déjà à plus de 5 minutes, le maillot changera d'épaule ce soir à Ajaccio. 

Une longue descente vers Ajaccio

Place maintenant à une longue descente, les coureurs qui étaient à plus de 1000m d'altitude au sommet du col de la Vizzavona, Rolland en tête. Le Français qui voit revenir sur lui le peloton. Un peloton réduit, de 70 unités, la plupart des sprinteurs ne sont plus là, dans les voitures on compte les sprinteurs qui restent. On remarque rapidement que Peter Sagan est présent, tout comme Philippe Gilbert. Les Cannondale et les BMC prennent alors les reines du peloton. Sous une chaleur torride, Jean-Christophe Péraud est malchanceux, le leader de la formation AG2R La Mondiale crève par deux fois, mais il parvient à revenir rapidement à chaque fois. 

Un final imprévisible

A 20 kilomètres de l'arrivée les équipes des leaders commencent à remonter, on essaye de se placer à l'avant, notamment l'équipe Sojasun qui travaille pour Julien Simon et Jonathan Hivert. Dans 6 kilomètres le peloton sera au pied d'un mur, la côte du Salario, un kilomètre à 9% de moyenne. On arrive au pied, c'est alors que Juan Antonio Flecha (Vacansoleil) accélère, derrière lui Cyril Gautier d'Europcar prend la roue, les deux hommes prennent rapidement quelques secondes d'avance. Le peloton est emmené par Richie Porte, mais aucun des leaders ne semblent prêt à attaquer, à l'avant Cyril Gautier dans les derniers hectomètres parvient à décrocher Juan Antonio Flecha, le Guingampais s'en va vers le sommet. Froome à la surprise générale place alors une accélération, le coureur de la SKY suprend ses rivaux, il prend quelques mètres dans la descente, mais finalement tout rentre dans l'ordre. Gautier ne parvient pas à creuser l'écart, le coureur breton est repris à 8 kilomètres de l'arrivée. Sylvain Chavanel 34 ans aujourd'hui attaque à son tour, dans sa roue on retrouve Mori (Lampre) Izaguirre (Euskatel), Bakelants (RadioSchak), Fuglsang (Astana) et encore Juan Antonio Flecha (Vacansoleil), les 6 hommes parviennent à prendre 9-10 secondes, le peloton n'est cependant pas très loin, à 3 kilomètres de l'arrivée. L'échappée a toujours 10 secondes d'avance, on tente le tout pour le tout, avec notamment un gros travail de Chavanel. Derrière les Cannondale de Peter Sagan n'arrivent pas à revenir, nous sommes quasiment sous la flamme rouge. Jan Bakelants sentant le peloton revenir tente sa chance, le Belge prend 2-3 secondes d'avance sur Izaguirre et Chavanel, le Français tente d'y aller, mais Bakelants file vers la victoire. Malgré le retour du peloton, le coureur de la RadioSchak s'impose à Ajaccio, il s'offre ainsi sa première victoire, la plus belle sans doute. Peter Sagan règle le peloton devant Edvald Boassen Hagen. Jan Bakelants endosse le maillot jaune. 

Etape

-

Général