Peter Sagan ouvre son compteur

Le Slovaque Peter Sagan (Cannondale) s'est adjugé la 7ème étape du Tour de France. La Cannondale, son équipe, a roulé durant les 100 derniers kilomètres pour faire la sélection parmis les sprinteurs. Il devance Degenkolb et Bennati sur la ligne.

Peter Sagan ouvre son compteur
(crédits photo : Zimbio)

Cette 7ème étape reliant Montpellier à Albi, longue de 205,5 kilomètres, est la dernière occasion pour les sprinteurs de briller, avant un week-end placé sous le signe de la montagne. Malgré quelques difficultés durant le parcours, la plus complexe se situe à plus de 100 kilomètres de l'arrivée.

Début d'étape animé

Le premier attaquant n'attend pas et dès les premiers mètres, c'est  Sep Vanmarcke (Belkin) qui tente de partir ! Un petit  groupe se forme avec, en plus du belge, Jens Voigt (Radioshack), Blel Kadri (AG2R La Mondiale), Enrico Gasaparotto (Astana), Julien El Fares (Sojasun) et Ruben Perez Moreno (Euskaltel). Cependant,  le peloton va rapidement revenir avant de voir une nouvelle offensive de deux coureurs : Kadri et Voigt. Le pack laisse les deux hommes prendre de l'avance. Une chute intervient alors, impliquant des  coureurs comme Dani Moreno (Katusha), Richie Porte (Sky), Nairo Quintana (Movistar), Michael Schär (BMC) et Christian Vande Velde (Garmin). Sans gravité, sauf pour ce dernier, qui va poser pied  à terre trois kilomètres plus loin. Pour sa dernière Grande Boucle, celui qui avait terminé 4e du général en 2008, quitte les routes du Tour par un troisième abandon. Dans cette chute, on note que  Thibaut Pinot (FDJ.fr) ou Edvald Boasson Hagen (Sky, 2e du général) ont été retardé. A l'avant de la course, le duo de tête possède, après 20 kilomètres de course, déjà cinq minutes d'avance. L'écart va  d'ailleurs se stabiliser avant de se réduire progressivement puisque les formations Omega Pharma-Quick Step, Argos-Shimano et Lotto-Belisol roulent en tête du peloton.



Cannondale accélère l'allure et fait des dégats

Dans la première ascension du jour, c'est le français de la formation AG2R La Mondiale qui passe en tête et récolte deux points. Ayant cinq points de moins que Pierre Rolland (Europcar), le leader du  classement de la montagne, Kadri vise aujourd'hui la tunique à pois. Ça va se confirmé dans le Col de la Croix de Mounis, 6,7 kilomètres à 6,5% de moyenne. Classée en deuxième catégorie, cette  difficulté offre, à celui qui passe en tête, 5 points.  Blel Kadri passe donc logiquement en tête, et devient le leader de la montagne, mais que provisoirement. En effet, derrière, Rolland sort avec dans sa  roue un coureur un coureur de la formation AG2R. C'est Romain Bardet, le jeune  français qui va prendre les points devant le maillot à pois. La bataille va faire rage puisqu'il y a un point d'écart entre les  deux coureurs, à la faveur de Kadri alors qu'il reste deux difficultés. Dans le peloton, Cannondale accélère pour son leader Peter Sagan. Effet immédiat, tous les sprinteurs lâchent prise. Un par un !  Cavendish (OPQS), Greipel (Lotto) et Kittel (Argos) ne sont plus dans le pack, fortement réduit. Au sommet du col, le Britannique est pointé à trois minutes. Greipel et Kittel sont, eux, intercalés. Les co- équipiers de Sagan continuent leur boulot, et les deux hommes sont repris, malgré une dernière tentative de l'inusable Voigt.

Omega, Lotto et Argos s'associent

Alors qu'on apprend l'abandon d'Adriano Malori (Lampre), les sprinteurs se retrouvent ensemble. Kittel, Cavendish et Greipel sont dans un second groupe, pointé quand même à 2'45 du groupe maillot  jaune. C'est donc naturellement que leurs équipes s'associent. A ce moment-là, il reste un peu moins de 90 kilomètres et l'écart est de 2'40". La bataille démare. Pendant 20 kilomètres, l'écart ne bouge  pas. Il reste aux alentours de 2'30". Le sprint intermédiaire intervient, et Peter Sagan passe en tête facilement devant Juan Antonio Flecha (Vacansoleil-DCM) venu se mêler au sprint. Le groupe  Greipel/Cavendish continue de rouler fort alors que la Cannondale, juste après ce sprint, décide de ne plus rouler ! L'équipe Orica se place en tête, mais l'allure est bien moins forte. Plusieurs coureurs  décident alors de prendre la poudre d'escampette. Après quelques kilomètres de récupération, pour notamment aller chercher des bidons, les maillots verts se replacent à l'avant. L'écart a baissé un petit  peu, et est désormais de deux minutes quinze. Un trio s'est formé : Gautier (Eurocpar), Oroz (Euskaltel) et Bakelants (RadioShack). Il reste alors moins de 65 kilomètres. Les trois hommes abordent la  troisième difficulté de la journée avec une trentaine de secondes sur le groupe maillot jaune. Au sommet, l'avance a augmenté et est désormais de 50". Le groupe Greipel/Cavendish/Kittel est pointé à  deux minutes du peloton maillot jaune.

Les sprinteurs lâchent finalement prise

A 50 kilomètres de l'arrivée à Albi, le trio de tête augmente gentillement son avance, qui a passé la barre de la minute. Du côté des sprinteurs, il y a toujours un écart conséquent, bien que celui baisse  légèrement : 1'50". Le coureur le mieux placé dans l'échappée est Jan Bakelants, l'ancien maillot jaune. Il est à 33" de Daryl Impey (Orica-GreenEDGE). Du coup, l'équipe australienne décide de  collaborer avec les co-équipiers de Sagan. Mais pour les sprinteurs, on y croit plus et la solidarité n'est plus présente entre les équipes. Les co-équipiers de Cavendish ne roulent plus, la Lotto décide d'en  faire de même tout comme Argos. On baisse les bras ! C'en est terminé, on fini l'étape en roue libre. A l'avant, c'est toujours Cannondale qui roule, en compagnie d'Orica, à la chasse du trio de tête, qui ne  compte plus que 40" à 37 kilomètres. Dans la côte de Teillet, dernière difficulté, aucune bagarre. C'est donc Blel Kadri qui prendra le maillot à pois aux dépens de Pierre Rolland. A 15 km de la ligne, alors que l'échappée se bat bien pour resister, l'écart baisse toutefois petit à petit. Il est de 30" ! Cannondale et Orica roulent toujours en tête de peloton pour tenter de revenir. Ça sera fait à trois kilomètres de l'arrivée. Le sprint est donc inévitable avec le train vert qui est en route. Degenkolb, Boasson Hagen ou encore le maillot jaune se replacent aux avants-postes. Et finalement, c'est Peter Sagan qui s'impose en costaud ! Il conclu le gros boulot de son équipe tout au long de la journée. Il devance John Degenkolb (Argos) et Daniele Bennati (Saxo-Bank). 

Etape :

1. SAGAN Peter CANNONDALE en 4h54'12"
2. DEGENKOLB John ARGOS-SHIMANO m.t.
3. BENNATI Daniele SAXO-BANK m.t.
4. KWIATKOWSKI Michal OMEGA PHARMA-QUICK STEP m.t.
5. BOASSON HAGEN Edvald SKY m.t.
6. GAVAZZI Francesco ASTANA m.t.
7. GALLOPIN Tony RADIOSHACK-LEOPARD m.t.
8. VICHOT Arthur FDJ.FR m.t.
9. MORI Manuele LAMPRE-MERIDA m.t.
10. CHAVANEL Sylvain OMEGA PHARMA-QUICK STEP m.t.

Général :

1. IMPEY Daryl ORICA-GREENEDGE en 27h12'29"
2. BOASSON HAGEN Edvald SKY + 3"
3. GERRANS Simon ORICA-GREENEDGE + 5"
4. ALBASINI Michael ORICA-GREENEDGE m.t.
5. KWIATKOWSKI Michal OMEGA PHARMA-QUICK STEP + 6"
6. CHAVANEL Sylvain OMEGA PHARMA-QUICK STEP m.t.
7. FROOME Christopher SKY + 8"
8. PORTE Richie SKY m.t.
9. ROCHE Nicolas SAXO-BANK + 14"
10. KREUZIGER Roman SAXO-BANK m.t.