Nicolas Roche en costaud !

Nicolas Roche s'est adjugé la seconde étape de la Vuelta, qui se concluait déjà par une arrivée au sommet. L'Irlandais est sorti peu avant la flamme rouge pour finir avec quelques mètres d'avance sur les favoris du général. Nibali est le nouveau leader.

Nicolas Roche en costaud !
L'ancien leader d'AG2R souhaite viser un top 5 sur cette Vuelta (crédits photo : RTE Sport)
Nicolas Roche (Saxo-Bank) s'est imposé au sommet de l’Alto do Monte da Groba, col de première catégorie, à l'occasion de la deuxième étape du Tour d'Espagne. L'ancien pensionnaire de l'équipe AG2R La Mondiale est sorti en costaud peu avant la flamme rouge en compagnie de deux autres coureurs, qu'il a réussi à se défaire dans les derniers mètres de l'ascension. Roche a pu savouré la plus belle victoire de sa carrière. Sur la ligne, il devance de deux secondes Daniel Moreno (Katusha) et de six Domenico Pozzovivo (AG2R). Ce sont donc des secondes couteaux qui se sont mis en lumière aujourd'hui Les favoris sont restés sagent durant les 11 kilomètres de la montée finale. Ils sont, pour la plupart, arrivés à 14" du vainqueur du jour. Alejandro Valverde (Movistar) et Joaquim Rodriguez (Katusha) ont cependant pris deux petites secondes en accélèrant dans les tous derniers mètres. Côté français, Thibaut Pinot (FDJ.fr) a rassuré en finissant avec les meilleurs tout comme Warren Barguil (Argos-Shimano).
 
Des leaders en difficulté
 
Ce premier "petit" rendez-vous sur cette Vuelta a déjà démontré certaines limites pour quelques leaders. Rapidement, les Euskaltel ont vus Igor Anton - qui a perdu plus de deux minutes hier - et Samuel Sanchez lâchés du groupe des favoris. Et l'addition est lourde à l'arrivée puisque Sanchez a laissé 2'45" dans la bataille. L'ancien meilleur grimpeur du Tour de France peut quasiment dire adieu au podium. Autre leader proclamé en difficulté, Sergio Henao. Le colombien a été distancé a cinq kilomètres du sommet pour finalement terminé à 2'40". Si l'équipe Sky l'avait désigné comme leader, c'est bel et bien Rigoberto Uran qui assumera le poids du leadership au sein de la formation britannique. Pas sûr que cela ravive tout le monde, rappelons qu'il partira à l'issue de la saison chez Omega Pharma-Quick Step. Carlos Betancur a aussi été lâché. Plus précisemment, il n'a jamais essayé de suivre. Le meilleur jeune du dernier Giro termine à plus de dix minutes. Un mal pour un bien puisqu'il pourra désormais aller chercher des étapes sur un parcours taillé pour lui. Et surtout monter en puissance d'ici à Florence, pour les championnats du Monde.
 
Nibali nouveau maillot rouge
 
Janez Brajkovic n'aura tenu qu'une petite journée en rouge. L'ancien vainqueur du Dauphiné n'a pas réussi à tenir dans les plus forts pourcentages de l'ascension. Ce n'est pas faute d'avoir voulu s'accrocher en queue de peloton où il a longtemps figuré. Le slovène concède 37" sur la ligne d'arrivée et laisse sa tunique de leader à... Vincenzo Nibali, son coéquipier. Le Requin de Messin, annoncé comme le favori de cette 68ème édition, prend déjà les commandes au soir de la deuxième étape. Cela semble beaucoup trop tôt, et son équipe devra travailler pour conserver le maillot rouge alors que l'épreuve débute à peine. A moins qu'elle n'assume pas et qu'elle le laisse dans la semaine à venir. Une première réponse dès demain où le final sera aussi escarpé. Certes moins long, mais les puncheurs seront à l'oeuvre. Et peut-être Nicolas Roche en rouge, lui qui est désormais deuxième à huit secondes et en grande condition.