Warren Barguil passe la deuxième

Warren Barguil a remporté la 16e et dernière étape de montagne du triptyque Pyrénéens de la Vuelta. D'un boyau, il devance Rigoberto Uran, revenu dans le dernier kilomètre sur lui. Chez les favoris du classement général, Vincenzo Nibali a été mis en difficulté par Christopher Horner. L'écart se resserre entre les deux hommes.

Warren Barguil passe la deuxième
Sur cette Vuelta, le jeune coureur français en impressionne plus d'un. (crédits photos : cyclingnews)
Vainqueur il y a trois jours à Castelldefels à l'occasion de la 13e étape, Warren Barguil (Argos-Shimano) a remis le couvert à l'occasion de la dernière étape du tryptique pyrénéens. Le jeune coureur français a impressionné tout le monde. D'abord, à 50 kilomètres, dans le Puerto de Cotefablo (2e catégorie), quand il a rejoint l'échappée du jour. Puis, une fois devant, il n'a cessé d'être omniprésent dès qu'un petit groupe sortait et en demandant des nombreux relais. S'agaçant parfois. Mais alors qu'on pensait qu'il en faisait trop, Barguil est sorti en solitaire à huit kilomètre du but. En costaud ! L'écart est monté petit à petit, jusqu'à atteindre 38" à moins de cinq kilomètres. Le coureur d'Argos a géré, si bien que quand Rigoberto Uran est revenu assez fort dans le dernier kilomètre, il a pu répondre de suite à son accélération avant de le marquer à la culotte dans les derniers mètres. C'est finalement dans un sprint à deux que la victoire allait se jouer. Le lauréat du Tour de l'Avenir 2012 se montre le plus fort et aligne Uran, 2e du Giro cette année. Mais de très peu, de quelques millimètres. Comme en atteste la photo finish :
 
 
A 21 ans, Warren Barguil signe sa deuxième victoire d'étape sur cette Vuelta 2013.  Le dernier à avoir réaliser cette performance aussi jeune est nul autre que le phénomène Peter Sagan il y a deux ans, en 2011. Perturbé par une blessure au dos en début de saison, il démontre aujourd'hui son incroyable talent et prend rendez-vous avec l'avenir.

 

Et chez les favoris ?

Au milieu de tout ça, Vincenzo Nibali (Astana) a été mis en difficulté avec plusieurs attaques dans la montée finale. C'est d'abord une timide accélération de Alejandro Valverde, mais vite annéantie par un coéquipier du maillot rouge. Mais une fois seul, ce dernier n'a pas été à son aise à moins de deux kilomètres de la ligne. Joaquin Rodriguez a alors posé une mine. Aidé ensuite par un équipier qu'il a repris, "Purito" a repris 28" sur l'italien d'Astana, qui a perdu du temps sur ses principaux adversaires, et notamment un : intercalé, Chris Horner a profité de la petite baisse de niveau du "Requin de Messine" pour grapiller quelques secondes précieuses. L'écart n'a jamais été aussi faible alors que Pena Cabarga et l'Angliru se profilent jeudi et samedi. Thibaut Pinot (FDJ.fr) reste quant à lui 7e du classement général, mais a montré une fois qu'il était un des meilleurs de ce Tour d'Espagne en terminant avec Horner, 23" devant Vincenzo Nibali. A 59" de la cinquième place, le grimpeur français devra mettre à mal Domenico Pozzovivo et Nicolas Roche pour pouvoir conclure sa première Vuelta dans le top 5. En devançant ses deux concurrents de quelques secondes aujourd'hui, Pinot a lancé un message : il va se battre jusqu'au bout et saisira la moindre opportunité.